Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 517-519

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

Ninfa dolorosa, ou les figures de la lamentation (suite)

1Nous avons, cette année, continué notre enquête sur la mémoire des gestes à travers le motif de la Ninfa dolorosa, qui est un peu le croisement de la Ninfa selon Aby Warburg et du Man of sorrows selon Erwin Panofsky. Notre champ d’étude dépasse cependant celui de la stricte histoire de l’art, puisque nous avons, cette année encore, exploré le champ contemporain d’une histoire et d’une anthropologie politiques. Partis du binôme que constitue une photographie de presse (Georges Mérillon, Veillée funèbre au Kosovo, 1990) et une œuvre d’art (Pascal Convert, Pietà du Kosovo, 1999-2000), nous avons questionné les rapports qui se tissent aujourd’hui entre champ esthétique et champ politique à travers le matériau fourni par les photographes de presse et différemment montré – mais aussi monté, édité, légende, modifié – par les médias d’un côté, et d’un autre côté certains artistes actuels qui tentent de mettre en forme ce que serait une véritable contre-information historique et politique. Afin de trouver les outils critiques de notre enquête, nous sommes revenus sur les Mythologies et, en général, sur la façon dont Roland Barthes a développé sa vision des images de lamentation comme « images lamentables », depuis Eisenstein jusqu’à Don McCullin. Mais, à la lumière des concepts introduits par Aby Warburg – au premier rang desquels les notions de Nachleben et de Pathosformel, dont ce séminaire n’est qu’un cas d’espèce – nous avons nous-mêmes critiqué la vision de Barthes et de ses nombreux disciples. La question restant, bien sûr de savoir comment arracher le pathos au « pathétique », l’affect au sentimentalisme, l’événement à l’« événementiel » et, finalement, l’image de la douleur à l’imagerie doloriste.

Publications

  • Le Danseur des solitudes, Paris, Minuit, 2006. 186 p.
  • Ex voto. Image, organe, temps, Paris, Bayard, 2006, 111 p.
  • L’image ouverte. Motifs de l’incarnation dans les arts visuels, Paris, Gallimard, 2006. 408 p.
  • « L’espace danse. Étoile de mer Explosante-fixe », Les cahiers du Musée national d’Art moderne, 94, 2005-2006, p. 37-51.
  • « Israel Galván, El Disloque : la solitude du danseur profond », Art Press, 319, janvier 2006, p. 50-54.
  • « The order of material : plasticities, malaises, survivais », trad. J. Matlock et B. Taylor, dans Sculpture and psychoanalysis, sous la dir. de B. Taylor, Aldershot-Burlington, Ashgate, 2006, p. 195-211.
  • « Das hypochondrische Bild », trad. E. Alloa, dans Verklärte Körper. Ästhetiken der Transfiguration, sous la dir. de n. Suthor et E. Fischer-Lichte, Munich, Wilhlelm Fink Verlag, 2006, p. 223-247.
  • « Pensamento por imagem, pensamento dialético, pensamento alterante : a infância da arte segundo Georges Bataille », trad. M. Amazonas et A. Fabris, dans Imagem e conhecimento, sous la dir. de A. Fabris et M. L. Bastos Kern, São Paulo, Edusp, 2006, p. 75-112.
  • « Das Auge öffnet sich, die Lampe erlischt. Bemerkungen über Bergson und die Kinematographie », trad. W.-M. Stock, dans Instrumente in Kusnt und Wissenschaft. Zur Architektonik kultureller Grenzen im 17. Jahrhundert, sous la dir. de H. Schramm, L. Schwarte et J. Lazardzig, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2006, p. 462-479.
  • « L’image brûle », dans Penser par les images. Autour des travaux de Georges Didi-Huberman, sous la dir. de L. Zimmermann, Nantes, Cécile Defaut, 2006, p. 11-52.
  • « L’origine, c’est maintenant », 29e Hestejada de las Arts d’Uzeste musical, Uzeste, Uzeste Musical, 2006, p. 13-13.
  • « Une maille... », dans Du fil, sous la dir. de I. Gautray et A. Leloup, Paris, Passage Piétons-Esperluète, 2006, p. 158.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [trad, japonaise], Delta. Revue internationale pour la poésie expérimentale, 23, 2006, p. 35-45.
  • « Ästhetik und Ethik — Das Bild brennt », trad. A. Gerleit et J. Grewe, dans Iconic Worlds. Neue Bilderwelten und Wissensräume, sous la dir. de C. Maar et H. Burda, Cologne, DuMont Verlag, 2006, p. 286-311.
  • « Die Nadel und der Schmetterling, oder : Das Dispositiv der durchdringenden Stille », trad. M. Muhle, dans Literaturals Philosophie — Philosophie als Literatur, sous la dir. de E. Horn, B. Menke et C. Menke, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2006, p. 127-138.
  • « Figurants », dans Dictionnaire mondial des images, sous la dir. de L. Gervereau, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2006, p. 398-400.
  • « Die ästhetische Immanenz », trad. E. Alloa, dans Bild und Einbildungskraft, sous la dir. de B. Hüppauf et C. Wulf, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2006, p. 65-78.
  • « Ouvrir les camps, fermer les yeux », Annales. HSS, LXI, 2006, 5, p. 1011-1049.
  • « Das hartnäckig Ungreifbare, oder Die Kraft des Schattens bei Victor Hugo », trad. M. Sedlaczek, dans Das Unsichtbare sehen. Bildzauber, optische Medien und Literatur, sous la dir. de S. Haupt et U. Stadler, Zürich-Vienne-New York, Voldemeer-Springer, 2006, p. 267-285.
  • « Bildliches Denken, dialektisches Denken, veränderndes Denken. Die Kindheit der Kunst nach Georges Bataille », trad. C. Hollender, dans Piktogramme. Die Einsamkeit der Zeichen, sous la dir. de M. Ackermann, Stuttgart-Münich-Berlin, Kunstmuseum-Deutscher Kunstverlag, 2006, p. 281-303.
  • « Dialectical thinking as thinking in images and thinking through alteration : Georges Bataille and the childhood of art », trad. T. Ohlsen, dans ibid., p. 364-380.
  • « Opening up Venus: nudity, cruelty and the dream », trad. R. Zorach, dans The beholder. The experience of art in Early Modern Europe, sous la dir. de T. Frangenberg et R. Williams, Aldershot, Ashgate Publishing, 2006, p. 37-52.
  • « Figurants », Photos nouvelles, 42, 2006, p. 47.
  • « Le son provient de la nuit (Der Ton stammt aus der Nacht) », Transversale, 2, 2006, p. 44-51.
  • « Le son provient de la nuit », Ahl Revue éthique esthétique, 4-5, 2006-2007, p. 128-139.
  • « Le lait de la mort », Sarkis : « Au commencement, le toucher », Sélestat-Colmar, FRAC Alsace-Musée d’Unterlinden, 2005-2006, p. 99-120.
  • « Supposition der Aura. Vom Jetzt, dem Gewesenen und der Moderne », trad. E. Passet, dans Raum. Orte der Kunst, sous la dir. de M. Flügge, R. Kudielka et A. Lammert, Berlin-Nuremberg, Akademie der Künste-Verlag für moderne Kunst, 2007, p. 70-82.
  • « The Site, Despite Everything », trad. S. Liebman, dans Claude Lanzmann’s Shoah. Key Essays, sous la dir. de S. Liebman, Oxford-New York, Oxford University Press, 2007, p. 113-123.
  • « Costruire la durata », trad. E. Borgese, dans Del contemporaneo. Saggi su arte e tempo, sous la dir. de F. Ferrari, Milan, Bruno Mondadori, 2007, p. 21-52.
  • « L’image-papillon », José María Sicilia. Éclipses, Paris, Galerie Chantai Crousel, 2007, p. 11-33.
  • « The Butterfly Image », trad. C. Penwarden, ibid., p. 45-67.
  • « Image. Q comme Quad », Beckett. Objet, Paris, Centre Pompidou-IMEC Éditeur, 2007, p. 113-127.
  • « Die Frage des Details, die Frage des pan », trad. W. Rappl, dans Was aus dem Bild fällt. Figuren des Details in Kunst und Literatur, sous la dir. de E. Futscher, S. Neuner, W. Pichler et R. Ubl, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2007, p. 43-86.
  • « Souffle de la parole et souffle de l’image », dans Autour de Pierre Fédida. Regards, savoirs, pratiques, sous la dir. de M. David-Ménard, Paris, PUF, 2007, p. 217-227.
  • « Modeste chef-d’œuvre », Art Press 2, 5, mai-juillet 2007, p. 14-19.
  • « Les images votives », dans Annette Messager. Les messagers, Centre Georges-Pompidou-Éditions Xavier Barrai, 2007, p. 264.
  • « Un conocimiento por el montaje. Entrevista con Pedro G. Romero », Minerva. Publicación cuatrimestrial del Círculo de Bellas Artes, IV, 2007, 5, p. 17-22.
  • « L’émotion ne dit pas ”je“. Dix fragments sur la liberté esthétique », dans Alfredo Jaar. La politique des images, sous la dir. de N. Schweizer, Lausanne-Zurich, Musée cantonal des Beaux-Arts-JRP/Ringier, 2007, p. 57-69.
  • « Emotion Does Not Say ”I“. Ten Fragments on Aethetic Freedom », trad. J. Hayward, Alfredo Jaar, dans ibid., p. 57-69.
  • Avec D. Fabre, Y. Le Fur, P. Descola, S. Breton, P. Gagliardi, S. Gruzinski, S. Houdart, E. Viveiros de Castro, F. Zonabend et J.-L. Paudrat, « De combien de manières un objet peut-il être authentique ? » dans Le Dialogue des cultures. Actes des rencontres inaugurales du musée du Quai Branly (21 juin 2006), sous la dir. de B. Latour, Paris, Musée du Quai Branly-Babel, 2007, p. 327-368.
  • « Mélodie fantôme », Po&sie, 120, 2007, p. 207-218.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 517-519.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18861

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals