Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire visuelle

André Gunthert
p. 519-522

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Gunthert, maitre de conférences

1. Problèmes d’histoire visuelle.

1S’inscrivant dans la continuité du séminaire « Nouvelles pratiques de l’image », proposé en 2005-2006, le premier volet du séminaire « Problèmes d’histoire visuelle » visait à élaborer un bilan d’étape de la transition numérique affectant le paysage des images d’enregistrement. Pour atteindre cet objectif, il convenait au préalable de faire le tri parmi les notions ou les interrogations qui obscurcissent la question. Une fois passé l’obstacle de la définition indicielle de la photographie, qui a longtemps empêché de ranger les technologies numériques au sein des instruments de l’enregistrement visuel, il convenait de dégager les prérequis supposés permettre de conférer la dignité de « révolution » au phénomène, parmi lesquels l’attente d’un changement dans les images. Appuyé simultanément sur l’histoire comparée et sur l’observation des pratiques, le travail mené en séminaire a permis de démontrer qu’il n’y avait pas lieu, pour des raisons tenant aux caractéristiques techniques de la transition, d’attendre une modification fondamentale sur le terrain iconographique. En revanche, il a permis de déplacer le point nodal du questionnement vers le domaine des usages, qui constitue celui qui est principalement affecté par le phénomène.

2Une fois la question reformulée, l’enquête a isolé quatre modifications majeures. 1) Le facteur d’abaissement du prix unitaire de l’image, rendu négligeable par la transition numérique, qui se traduit une considérable augmentation quantitative du nombre des images. Plutôt qu’un obstacle à l’analyse, cette dimension doit plutôt devenir son objet. 2) La transformation des images en fichiers numériques, qui a pour conséquence le passage de la photographie à un système de lecteur-décodeur, mais aussi l’accès à la diffusion par internet, désormais l’un des plus puissants vecteurs de son usage. 3) La rationalisation technologique apportée par le dynamisme du marché, qui a pour effet de poursuivre sur le plan du stockage et de la présentation le processus de simplification opératoire qui caractérise la photographie. Au terme de ce processus, la photographie numérique représente le loisir le plus automatisé et le plus simple des sociétés développées, ce qui explique en bonne partie son succès. 4) La gadgétisation croissante des appareils, marquée notamment depuis 2000 par leur exportation sur les téléphones portables, qui entraîne une désacralisation de l’image et de ses usages.

3Ces éléments de bilan, qui permettent notamment de vérifier l’indexation stricte des modalités du changement sur les caractéristiques du dispositif, adressent une série de questions de méthode qui seront examinées en 2007-2008 dans le séminaire « Les Images entre histoire et mémoire ».

2. Problèmes d’histoire visuelle. II. La légende des amateurs

4L’une des caractéristiques insistantes des nouvelles pratiques des images semble être le renouveau de leurs usages sociaux. Ce constat a servi de grille pour la construction du second volet du séminaire « Problèmes d’histoire visuelle ». Mettant en parallèle les pratiques des amateurs de science, le rôle des amateurs de photographie ou des radioamateurs, enfin celui des partisans du logiciel libre, nous avons tenté de dégager les éléments d’un paradigme qui se met en place à certains moments du développement technologique, dans des opportunités de niche, et présente les modalités d’une économie parallèle.

5Revenant sur l’invention de la figure de l’amateur dans l’histoire de la photographie, nous avons pu reconstituer les principaux aliments, d’origine anglaise, de cette légende vivace, et en dessiner une nouvelle chronologie, en pointant le tournant fondateur des années 1880. Grâce à la participation de la sociologue Irène Jonas, les évolutions de la photographie familiale ont pu faire l’objet d’un examen approfondi.

6Une troisième partie du séminaire a été consacrée aux nouveaux usages sociaux des images sur les plates-formes visuelles (Flickr, YouTube, Dailymotion, etc.), notamment dans le contexte de la compétition politique occasionnée par l’élection présidentielle française. Grâce à la collaboration de l’ENST, un dispositif de mesure quotidienne des audiences des vidéos politiques sur Dailymotion et Youtube, le vidéomètre, a été mis en place pendant le second semestre, permettant de systématiser l’observation et de dresser un premier bilan du rôle des « images parasites » dans une campagne politique nationale.

3. Pratiques des sources numériques en histoire visuelle

7L’atelier « Pratiques des sources numériques en histoire visuelle » est né de deux constats. 1) De l’ordinateur au web 2.0 en passant par les revues électroniques ou les logiciels de bibliographie, la communauté académique dispose d’un bouquet d’outils informatiques chaque année plus vaste et plus puissant. 2) Alors que la formation à la recherche intégrait autrefois une initiation à des méthodologies beaucoup plus élémentaires, l’apprentissage de cet ensemble complexe de technologies se borne aujourd’hui à peu près exclusivement à l’horizon de l’autoformation.

8L’atelier a proposé une réponse concrète et volontariste à cet état de fait. Composé d’un groupe restreint sans autres moyens que ceux dont disposent ses participants, il n’était pas piloté par un informaticien, mais par un enseignant-chercheur, simple usager des outils disponibles. Sa constitution relève d’une logique de l’appropriation et d’une mise en commun des compétences, sur le modèle des clubs d’amateurs chers à l’histoire de la photographie. Considère-t-on qu’il est crucial que les chercheurs s’emparent de ces outils ? Alors il convient de ne pas laisser à d’autres le soin de témoigner de l’intérêt qu’on leur porte. Sans doute, devant la complexité du paysage, nul ne peut prétendre maîtriser l’ensemble des outils disponibles. Mais à l’heure du web 2.0, une telle situation n’est pas forcément un inconvénient. Au sein de l’atelier, chacun a été considéré comme dépositaire d’un lot de savoirs, d’expériences et d’interrogations ayant vocation à former la matière d’un enseignement mutuel. Plutôt que d’envisager les ressources informatiques comme un savoir fermé, il est utile d’observer nos propres incertitudes comme autant de manifestations de notre rapport au domaine.

9L’atelier a débuté par l’examen des fondamentaux du web dynamique. Le web 2.0 a été décrit comme caractérisant la culture web – une netophilie –, avec ses références, ses héros, sa légende. Les participants se sont essayés à la création de blogs, sous divers environnements (Blogger, Dotclear, WordPress, etc.). Plusieurs séances ont été consacrées à la pratique des ressources en ligne : usages des moteurs de recherche, des logiciels de bibliographie (Endnote, Zotero), des archives en ligne (JStor, Persée), des dépôts d’archives (HAL-SHS), enfin des divers portails de revues électroniques (http://Revues.org, Cairn, etc.). Un dernier volet a permis de déployer l’examen des ressources numériques en matière d’image : appareils photo numériques, logiciels d’archivage et de retouche. Plusieurs comptes rendus de séances ont été mis en ligne sur le blog « Actualités de la recherche en histoire visuelle ».

Publications

  • « Der Weite Ritt. Das Pferd im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit », dans Nützlich, Süß, Museal. Das fotografierte Tier (cat. exp.), sous la dir. de U. Eskildsen, H.-J. Lechtreck, Essen, Museum Folkwang-Steidl, 2005, p. 45-59.
  • « Les photographies de l’EHESS et le journalisme citoyen », Études photographiques, 18, mai 2006, p. 120-137.
  • « La photo numérique en 2006 : le retour de la beauté », ViteVu, Société française de photographie, 29 décembre 2006 (publication en ligne).
  • Avec D. Rykner, J.-B. Soufron, G. Careri et C. Welger-Barboza, « Le droit aux images à l’ère de la publication électronique », Études photographiques, 19, décembre 2006, p. 153-159.
  • « L’image parasite. Après le journalisme citoyen », Études photographiques, 20, juin 2007, p. 174-186.
  • « Un marché virtuel ? Une nouvelle économie de la valeur des images », Actualités de la recherche en histoire visuelle, EHESS, 6 juillet 2007 (publication en ligne).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Gunthert, « Histoire visuelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 519-522.

Référence électronique

André Gunthert, « Histoire visuelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18862

Haut de page

Auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals