Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Musique et politique au XXe siècle

Esteban Buch et Laurent Feneyrou
p. 528-529

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Esteban Buch, maître de conférences
avec Laurent Feneyrou, chargé de recherche au CNRS

1Cette année, le séminaire a été consacré à une première exploration des rapports entre « musique savante » et « musique populaire ». La démarche a combiné l’analyse d’un corpus musical et la discussion théorique. Les œuvres retenues étaient des tangos, ou des œuvres incluant des allusions au tango, écrits pendant les années dix et vingt par Felix Weingartner (El Ranti), Alban Berg (Der Wein), Kurt Weill (Ballade du souteneur de L’Opéra de Quat’sous), Igor Stravinsky (Histoire du soldat) et Erik Satie (Sports et divertissements). À chaque fois, il s’agissait d’identifier d’un point de vue technique les stratégies citationnelles mises en œuvre, pour ensuite déceler les enjeux politiques et sociaux implicites dans ces représentations de la « musique du peuple », entendue au sens le plus large. Ces remarques, ponctuées de comparaisons avec l’histoire du tango argentin, ont abouti à l’explicitation des différences décisives au sein de l’avant-garde musicale. De telles divergences, avec leurs répercussions dans la bibliographie musicologique, font signe vers la complexité du débat théorique (par exemple l’analyse de Der Wein par Adorno, nourrie de Baudelaire et Benjamin). En effet, la « musique savante » et la « musique populaire » sont à la fois des catégories descriptives, fortement enracinées dans le sens commun, et des catégories normatives, mobilisées par les acteurs (dont les musicologues eux-mêmes). D’où l’enjeu épistémologique pour le chercheur qui, aujourd’hui, ne peut se satisfaire des hiérarchies génériques consacrées, tout en étant redevable de cet acquis.

2L’animation de ce séminaire de recherche par Esteban Buch a alterné avec des interventions dans des cadres divers, notamment une communication sur Tristan de Wagner au congrès annuel de l’American Musicological Society (Los Angeles, novembre 2006) ; la coorganisation du colloque international « Politiques de l’analyse musicale » à l’Ircam (Paris, avril 2007) ; une communication à la journée d’études « La musique et la Grande Guerre » (Historial de Péronne, juin 2007) ; et la participation au Mannes Institute « Schoenberg and his legacy » (New York, juin 2007).

3Toujours dans le cadre du séminaire « Musique et politique au XXe siècle », Laurent Feneyrou a consacré une séance mensuelle aux rapports entre musique et violence dans l’Italie et l’Allemagne des années 1960-1970, en analysant en détail certaines œuvres de Luigi Nono (Al gran sole carico d’amore) et Giacomo Manzoni (Per Massimiliano Robespierre), représentant, sur scène, la Révolution russe de 1905 et la Révolution française, à l’époque du compromis historique, de l’état d’exception et des « années de plomb ». Trois séances ont été consacrées aux mouvements étudiants berlinois, notamment au SDS de Rudi Dutschke dans son dialogue avec Marcuse, et à la naissance du terrorisme ouest-allemand, celui des Fractions Armée rouge, à travers l’œuvre de Helmut Lachenmann, de Air à La petite fille aux allumettes, « musique avec images » incluant une lettre de Gudrun Ensslin.

4Par ailleurs, Jane Fulcher, directrice d’études invitée, a prononcé une conférence consacrée à la musique sous le régime de Vichy.

Publications

  • Le cas Schönberg. Naissance de l’avant-garde musicale, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des Idées »), 2006, 356 p.
  • « La recherche musicale à l’Ircam », dans Centre Pompidou : trente ans d’histoire, sous la dir. de B. Dufrêne, Paris, Centre Pompidou, 2007, p. 92-97.
  • « Sur l’homologie entre musique et société, et pourquoi on n’est pas obligé d’y croire », dans La musique est-elle un art du penser ?, sous la dir. de n. Weill, 17e forum Le Monde-Le Mans, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 47-58.
  • « Music and Politics : The Case of Alberto Ginastera, Argentinean Composer », Universitas, 33, 10, octobre 2006, p. 89-100.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteban Buch et Laurent Feneyrou, « Musique et politique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 528-529.

Référence électronique

Esteban Buch et Laurent Feneyrou, « Musique et politique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18867

Haut de page

Auteurs

Esteban Buch

Articles du même auteur

Laurent Feneyrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals