Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Sémantique des langues naturelles

Marion Carel et Oswald Ducrot
p. 550-551

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Marion Carel, maître de conférences
Oswald Ducrot, directeur d’études

Sémantique argumentative

1Le séminaire a porté sur la notion de texte descriptif, prise en son sens ordinaire. Nous avons choisi comme exemples, d’une part les articles « informatifs » des journaux, d’autre part les descriptions de monuments dans les guides touristiques, et enfin les descriptions d’immeubles et d’appartements dans des textes narratifs littéraires (Flaubert et Zola).

2Ont été examinés particulièrement l’organisation interne de ces textes descriptifs et le rôle qu’y jouent les conjonctions, notamment les conjonctions argumentatives comme mais.

3Sur le premier point, deux phénomènes nous ont retenus. D’abord, la présence habituelle d’un terme évaluatif (riche, petit, inquiétant...) auquel d’autres qualifications sont subordonnées, en ce sens qu’elles demandent à être interprétées à partir de lui, qu’elles soient données comme l’exemplifiant ou comme s’y opposant. Ensuite, il est apparu très fréquent, chez les auteurs étudiés, que les qualifications indépendantes du terme évaluatif, celles que Barthes aurait considérées comme sources de l’effet de réel, soient disposées dans un ordre en lui-même significatif. Cet ordre peut par exemple être celui des perceptions d’une personne qui se déplace dans le lieu décrit ou qui en prend connaissance progressivement. Dans ce cas, la description du lieu est en même temps la présentation du personnage qui le perçoit.

4En ce qui concerne le rôle des conjonctions argumentatives, nous avons été frappés par la présence assez fréquente de ces conjonctions alors que nous nous attendions à ce qu’elles soient réservées à d’autres types de textes. Nous avons également remarqué que ces conjonctions possèdent dans les textes descriptifs tous les types d’emplois relevés dans leurs descriptions sémantiques générales. Ceci dit, elles sont utilisées de façon à obtenir des effets rhétoriques particuliers, notamment pour établir certains rapports d’identification ou d’opposition entre le lecteur et les personnages.

Publication

Marion Carel

  • « Polyphonie et argumentation », dans Mélanges Henning Nolke, sous la dir. de M. Birkelund, M.-B. Mosegaard Hansen et C. Noren, Berne, Peter Lang, 2007, p. 51-65.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Carel et Oswald Ducrot, « Sémantique des langues naturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 550-551.

Référence électronique

Marion Carel et Oswald Ducrot, « Sémantique des langues naturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18886

Haut de page

Auteurs

Marion Carel

Articles du même auteur

Oswald Ducrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals