Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques

Robert Boyer
p. 579-581

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Robert Boyer, directeur d’études

Macroéconomie institutionnelle et historique. Variété des capitalismes, Europe, économie chinoise

1Le séminaire a pris pour point de départ le diagnostic de l’économie mondiale formulé par le FMI en septembre 2006 et a recherché les théories susceptibles de rendre compte des faits stylisés ainsi mis en évidence : nouvelles interdépendances entre grandes zones de l’économie mondiale, généralisation de la financiarisation, enchérissement des matières premières mais poursuite d’une forte croissance. C’est ainsi qu’ont été passés en revue divers programmes de recherche en économie institutionnaliste. En premier lieu, celui de la théorie de la régulation et de ses développements récents concernant l’analyse des innovations réputées faire époque, à la lumière entre autres de l’hypothèse de complémentarité institutionnelle. C’est en second lieu à l’analyse institutionnelle comparative de Masahiko Aoki puis à la théorie de l’émergence des économies de marché de Avner Greif que nous nous sommes intéressés en nous interrogeant plus particulièrement sur la possibilité de formalisation de l’émergence des institutions du capitalisme. C’est alors qu’a été revisitée la distinction entre économie de marché et capitalisme, dans la perspective d’un programme de recherche impliquant la plupart des sciences sociales. Ce fut l’occasion d’une réflexion sur l’intérêt de la notion de pouvoir dans le domaine économique, tout particulièrement en matière d’organisation des firmes contemporaines.

2Après cette première partie, à vocation théorique, le séminaire s’est concentré, pour l’essentiel, sur l’analyse des transformations de long terme de l’économie chinoise. Nous avons d’abord souligné combien la théorie du commerce international était affectée par les caractéristiques spécifiques de cette économie, à savoir le fait que les prix des produits manufacturés mondiaux sont très largement déterminés par l’industrie chinoise, l’ampleur des réserves de travail liées à l’insertion internationale de la Chine, enfin, la vitesse de rattrapage des normes de productivité du monde développé. Nous nous sommes ensuite attachés à expliciter les grandes étapes de la transformation institutionnelle de l’économie chinoise depuis 1949. Nous avons ensuite examiné dans quelle mesure les outils traditionnels de la macroéconomie (modèles de croissance néoclassiques, modèles de cycles de type accélérateur-multiplicateur) pouvaient rendre compte des évolutions observées. Le séminaire a ensuite passé en revue les diverses formes institutionnelles de l’économie chinoise contemporaine. D’abord, il a été étudié comment les institutions du marché du travail ont canalisé les transferts de main-d’œuvre et contribué à la croissance du secteur industriel. Les problèmes démographiques ont été ensuite abordés à travers la question du vieillissement et de ses conséquences sur la constitution d’un embryon de régime de couverture sociale. L’analyse des déterminants de la productivité a fait ressortir l’hétérogénéité des évolutions selon les formes de propriété et la localisation des firmes. D’où le prolongement du séminaire en direction de l’analyse des transformations et de la cohérence du système chinois d’innovation. Enfin, nous avons étudié les conséquences des formes de la concurrence sur la tendance à la suraccumulation et par voie de conséquence à la déflation, en dépit même de la flambée du prix des matières premières. Nous avons abordé au passage la question de la fragilité financière de la Chine, au-delà même de l’abondance des réserves et des efforts de modernisation des dispositifs de surveillance des banques. Faute de temps, la question de l’intégration européenne n’a été abordée qu’à l’occasion de deux séances consacrées au diagnostic de la crise institutionnelle de l’Union européenne à travers l’exemple du pacte de stabilité et à l’analyse des raisons de la difficulté d’adoption du Traité constitutionnel

Publications

  • « Innovation et changement technique », dans Le Dictionnaire des sciences humaines, sous la dir. de S. Mesure et P. Savidan, Paris, PUF (« Quadrige »), 2006, p. 632-633.
  • « What is the future for codetermination and corporate governance in Germany ? », dans Transformationen des Kapitalismus. Festschrift fur Wolfgang Streeck zum sech-zigsten Geburtstag, sous la dir. de J. Beckert, B. Ebbinghaus, A. Hassel et P. Manow, Francfort/New York, Campus Verlag, 2006, p. 135-157.
  • « Regulation school », dans International Encyclopedia of Economic Sociology, sous la dir. de J. Beckert et M. Zafirovski, Londres et New York, Routledge, p. 567-571.
  • « Comment concilier solidarité sociale et efficacité économique à l’ère de la globalisation : une lecture régulationniste », dans Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, sous la dir. de S. Paugam, Paris, PUF, 2007, p. 887-914.
  • « L’hétérogénéité des relations salariales contemporaines et ses conséquences », dans Les sciences sociales en mutation, sous la dir. de M. Wieviorka, Éditions Sciences humaines/PUF, 2007, p. 465-475.
  • « De la décennie perdue à un improbable New Deal pour le Japon » (en japonais), Fujiwara Shoten, sous la dir. de Toshio Yamada, Tokyo, chap. 12, p. 252-301.
  • « Les difficultés de la stabilisation économique en Europe : un révélateur de l’inachèvement institutionnel de l’Union européenne », Revue française d’économie, XXI, 3, janvier 2007, p. 39-73.
  • « La théorie de la régulation : les capitalismes décryptés », Alternatives économiques, hors-série, 73, 2007, p. 42-43.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Boyer, « Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 579-581.

Référence électronique

Robert Boyer, « Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18913

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals