Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Les catégories de l’urbain. L’agglomération, XIXe-XXe siècles

Olivier Ratouis
p. 610-611

Texte intégral

Olivier Ratouis, professeur à l’Université Bordeaux-III

1Depuis plusieurs années, la recherche urbaine s’est enrichie d’une approche et d’une méthode, l’analyse par les mots. Christian Topalov et Jean-Charles Depaule, notamment, ont lancé en 2001 une collection intitulée « Les mots de la ville » (Unesco/MSH ; quatre ouvrages sont déjà parus). Au-delà, ne peut-on faire l’hypothèse d’un « moment dictionnaire », pour étendre le sens d’une expression de Lussault et Lévy (Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 2003), lequel se caractérise par une forme de recomposition des savoirs, par un profond besoin de « faire le point » (le succès éditorial des dictionnaires, disciplinaires ou par champ, en témoigne) et par des phénomènes d’emprunts entre disciplines ? En se concentrant sur des mots ou des groupes de mots, la méthode permet de réinterroger des corpus qui semblaient acquis et validés, c’est-à-dire ayant livré tout leur contenu informatif (« La ville entre dire et faire », Mots. Les langages du politique, n° 72, ENS Éditions, juillet 2003).

2Un second questionnement portant sur les catégories et les entités urbaines rencontre cette première approche. Dans cette double perspective, le séminaire a centré la réflexion sur l’agglomération et les termes concurrents (de « région urbaine » à « conurbation », de « Grand Paris » à « magma urbain »).

3Peut-on dire de l’agglomération ce que Marcel Roncayolo dit de la ville, à savoir que sous son nom « s’accumule une somme d’expériences historiques plus que ne se profile la rigueur d’un concept » (voir La ville et ses territoires, Gallimard, 1990) ? L’usage du terme agglomération ne tend-il pas à refermer la saisie des phénomènes d’urbanisation de manière trop univoque ? Or, ne relève-t-il pas de différentes temporalités, liées à des vagues successives et d’ampleur variées ? En effet, la signification du mot agglomération n’est pas linéaire. Ainsi, plusieurs grands groupes de signification sont identifiables. Ces significations ne sont pas synchrones mais se construisent dans la durée puis s’effacent au profit l’une de l’autre, et peuvent cohabiter. Agglomération est une catégorie urbaine à dimension plurielle, à la croisée des disciplines, dont l’étude des processus de construction devient un objet scientifique y compris pour l’historien : statistique (pour les démographes, les statisticiens), spatiale (pour les urbanistes, les géographes), administrative. Ne rencontre-t-on pas ici les enjeux d’une histoire urbaine ambitionnant de « rompre la tautologie des descriptions en termes de catégories prédéterminées » ? (voir B. Lepetit, Enquête, 4, 1996, p. 11-34)

4Terme issu du vocabulaire des sciences (géologie, métallurgie), agglomération apparaît au tournant des XVIIIe et XIXe siècles pour désigner des populations, lorsque l’opposition ville – campagne ne décrit plus correctement l’évolution urbaine. Depuis lors, le mot permet de continuer à poser la question des entités urbaines dans leurs différents moments de transformation, y compris dans celui actuel où se profile le thème de leur dissolution. Dans le processus d’urbanisation diffuse, la question de la dénomination se pose avec acuité : comment nommer cette nouvelle « ville » ? Les termes utilisés au fur et à mesure des développements de l’urbanisation sont-ils à jour ? Suivent-ils les dynamiques, les changements ?

5Agglomération se présente alors comme un véritable fil rouge donnant la possibilité de suivre le déroulement de l’urbanisation massive, une clé d’entrée pour pénétrer les théories urbaines, un outil efficace pour interroger les politiques d’aménagement. Ainsi, la notion s’évalue et se réévalue de manière diachronique (son usage n’est pas permanent) et de manière synchronique (avec son inscription dans différents corpus disciplinaires, démographie, sociologie, géographie, urbanisme, histoire, sciences politiques, droit). L’usage du mot agglomération peut également être daté dans les différentes disciplines. Il est à ce titre utile d’identifier les lieux, les moments, les circonstances de ces usages. Les emprunts entre disciplines sont particulièrement intéressants. Que s’exprime-t-il lorsqu’une « discipline » rapporte à son propre corpus un terme ?

6Sont intervenus au cours d’une journée : Florence Bouillon, Marie-Claire Robic, Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ratouis, « Les catégories de l’urbain. L’agglomération, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 610-611.

Référence électronique

Olivier Ratouis, « Les catégories de l’urbain. L’agglomération, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18943

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals