Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Une sociologie religieuse : la bourgeoisie parisienne au XVIIIe siècle

Nicolas Lyon-Caen
p. 614-615

Texte intégral

Nicolas Lyon-Caen, ATER à l’École nationale des chartes

1Cette année a été mise à profit pour aborder la question de la diffusion du jansénisme au sein de la population parisienne au cours du siècle des Lumières. On a sondé la part propre de l’héritage du XVIIe siècle, en particulier du point de vue des mémoires familiales, puis examiné les modalités de la participation des laïcs à l’appel contre la bulle Unigenitus de 1713 (signature sur des listes, possession de portraits de figures appelantes). On s’est enfin penché sur la place des fidèles dans la série des nombreux miracles obtenus à l’intercession du diacre Paris et de ses reliques à partir des années 1730. La présence des laïcs, tout particulièrement des femmes, est importante et n’exclut absolument pas celle d’importants marchands du quartier des Halles dont l’apparition tend néanmoins à se faire aux marges des témoignages en faveur du nouveau saint. La force des liens engendrés par ce nouveau jansénisme, qui a donc largement recours à une piété « réactionnaire », entraîne la constitution de solidarités fortes autour des prêtres appelants qui sont hébergés, financièrement soutenus et utilisés comme ecclésiastiques de famille, à titre privé ou semi-public. La vague janséniste de la première moitié du siècle contribue ainsi à réévaluer la part religieuse du capital symbolique des notables bourgeois.

2La construction d’une structure institutionnelle, surnommée « Boîte à Perrette », chargé de réunir des fonds et de les répartir entre diverses œuvres charitables, parachève la formation d’une communauté croyante dont la cohésion spirituelle se manifeste par des pèlerinages à l’église de Saint-Médard sur le tombeau du diacre, par des lectures communes (le journal des Nouvelles ecclésiastiques, les œuvres de certains théologiens figuristes) fonctionnant comme autant de marqueurs identitaires. La visibilité et la cohérence de cette « communauté imaginée » ont bien été mises en relief par le contre-exemple des calvinistes parisiens du XVIIIe siècle que David Garrioch (Université Monash) a exposé au cours d’une séance. La clandestinité relative de leur appartenance confessionnelle n’autorise l’expression d’une cohésion religieuse qu’à l’intérieur des familles.

3Par ailleurs, ont été abordées les implications politiques de cette inclination janséniste des élites bourgeoises en sondant la longue querelle des refus de sacrements opposés aux jansénistes mourants dans sa dimension paroissiale. Les enjeux de pouvoir local y sont apparus comme déterminant en grande partie le déclenchement et le déroulement de ces affaires, opposant parfois violemment des curés « antijansénistes » et des notables pro jansénistes jaloux de leur autonomie. Ces affaires sont également le lieu d’éclosion de pratiques nouvelles mettant en avant la participation spécifique de certains juristes, notaires et avocats, capables à cette occasion de mouler leurs habitudes professionnelles pour leur faire servir un discours protestataire tenu dans l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lyon-Caen, « Une sociologie religieuse : la bourgeoisie parisienne au XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 614-615.

Référence électronique

Nicolas Lyon-Caen, « Une sociologie religieuse : la bourgeoisie parisienne au XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18949

Haut de page

Auteur

Nicolas Lyon-Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals