Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Les paradoxes des nouvelles formes d’organisation du travail

Olivier Cousin
p. 631-632

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Olivier Cousin, chargé de recherche au CNRS

1Le séminaire consacré à une lecture critique des nouvelles formes d’organisation du travail s’est déroulé en trois temps. La première partie du cours a été consacrée à une présentation générale du travail en en dissociant trois aspects : le travail comme valeur d’échange ; comme éthique et morale ; comme facteur d’intégration sociale. Cette première partie a donné l’occasion d’aborder quelques grands auteurs classiques (Smith, Marx, Durkheim, Weber, Arendt), permettant de souligner les différentes significations sociales attachées au travail et qui constituent encore des axes de référence pour aborder le travail contemporain. La deuxième partie du séminaire s’est attachée à décrire les différents aspects du taylorisme ainsi que ses enjeux pour la sociologie du travail. Ce deuxième volet a donné la priorité à des recherches empiriques décrivant les modes d’organisation du travail et a permis d’introduire la problématique de l’action sociale et des acteurs.

2Enfin, la dernière partie du cours a été consacrée à l’exploration des nouvelles formes d’organisation du travail regroupées sous le terme générique de posttaylorisme. À partir de la présentation de plusieurs ouvrages, nous avons insisté, d’une part, sur les changements organisationnels, en essayant de clarifier quelques notions les caractérisant : flexibilité, réseau, flux, objectifs, etc. D’autre part, l’accent a été mis sur les enjeux et conséquences de ces changements pour les salariés et plus généralement pour le travail aux vues des trois grands aspects le caractérisant abordés en première partie du cours. Ces questions ont été particulièrement analysées autour de la relation, complexe et conflictuelle, qui se noue entre la contrainte et l’autonomie. L’enjeu étant de ne pas réduire le travail contemporain à un seul de ces aspects et, au contraire, d’en souligner la complexité et l’ambivalence pour les salariés. Cette dernière partie du séminaire s’est conclue par une présentation-discussion d’une recherche consacrée au travail des cadres. Ce qui a aussi permis d’aborder des questions de méthodologie quant aux moyens de saisir et de décrire le travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Cousin, « Les paradoxes des nouvelles formes d’organisation du travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 631-632.

Référence électronique

Olivier Cousin, « Les paradoxes des nouvelles formes d’organisation du travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18975

Haut de page

Auteur

Olivier Cousin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals