Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Biomédecine et biosocialité

Vololona Rabeharisoa
p. 636-637

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Vololona Rabeharisoa, maître de conférences à l’École des mines de Paris

1Ces conférences se proposaient d’examiner les diverses façons dont la biomédecine reconfigure les modalités selon lesquelles les personnes construisent leur identité et conçoivent leur insertion dans des collectifs.

2Le terme « biomédecine » est souvent utilisé pour évoquer une tendance de la médecine à s’éloigner de l’art de la clinique et à se rapprocher des sciences biologiques. Se trouve ainsi désigné un mouvement bien réel de recours croissant aux connaissances et aux techniques issues des sciences biologiques dans l’exercice de la médecine. Ce mouvement suscite, au sein des sciences sociales, un intérêt important pour la question de la « biologisation » de la médecine et de la santé, et plus largement, de la vie des personnes.

3Certains auteurs ont récemment proposé une définition plus substantielle de la biomédecine, comme un espace intellectuel et institutionnel au sein duquel la biologie et la médecine sont travaillées conjointement (Keating et Cambrosio, 2003). Dans cette acception, la biomédecine n’est pas simplement l’application ou l’articulation de la biologie à la médecine. Elle renvoie à l’émergence et au développement, à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, de nouvelles pratiques qui portent sur des entités biomédicales (gènes, biomarqueurs, etc.) dont le statut, normal ou pathologique, est a priori indéterminé. En tout état de cause, cette nouvelle configuration de travail médical interroge à nouveaux frais ce que sont la maladie, la santé, le malade. Ainsi, de nombreux travaux, à la croisée de la sociologie des sciences et des techniques et de la sociologie de la médecine et de la santé, s’intéressent aujourd’hui aux objets et aux catégories d’action de la biomédecine.

4Nouvel espace de pratiques professionnelles, la biomédecine est aussi et simultanément un nouvel espace de « biosocialité » (Rabinow, 1996). En ouvrant la discussion sur ce que sont et ce que font les entités biomédicales, la biomédecine se prête à des mobilisations collectives originales autour de l’identité des personnes et les formes de socialité. Des notions telles que somatic indivi-duality (Novas et Rose, 2000), genetic citizenship (Heath ef al., 2004), pour ne citer que celles-ci, tentent de capturer ces nouvelles constructions identitaires. L’étude de ces mobilisations collectives et de ces constructions identitaires intéresse aussi bien la sociologie politique que l’anthropologie médicale.

5À partir de la littérature récente en sciences sociales, notamment anglo-saxonne, l’objectif de ces conférences était d’examiner la façon dont sont décrites et problématisées ces constructions identitaires. En particulier, on s’est employé à dégager les principaux discours du social qui, aux côtés de celui de la « biologisation », contribuent à façonner et à questionner ces constructions identitaires. On s’est intéressé de façon privilégiée, mais non exclusive, aux champs de la génétique et de la psychiatrie, où ces questions se posent aujourd’hui avec une acuité particulière. Par ailleurs, les participants qui souhaitaient présenter leurs travaux sur des thèmes connexes à ceux des conférences étaient invités à le faire.

6Lors de la première séance, la responsable des conférences a présenté la littérature qui a marqué, ces dernières années, les réflexions sur le sujet, en distinguant les auteurs qui mobilisent des notions telles que « biologisation » et « généticisation » pour qualifier la biomédecine d’une part, de ceux qui, par contraste, tentent de s’affranchir de la critique que sous-tendent ces notions d’autre part.

7Ensuite, chaque séance a été consacrée à la présentation, par la responsable des conférences, d’un ouvrage, suivie d’une discussion collective approfondie. Tout au long des séances, une attention particulière a été accordée aux pistes explorées par les auteurs étudiés pour renouveler les notions de « biopolitique » et de « biopouvoir » proposées par Michel Foucault afin d’analyser et de soumettre à la question la biomédecine contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vololona Rabeharisoa, « Biomédecine et biosocialité », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 636-637.

Référence électronique

Vololona Rabeharisoa, « Biomédecine et biosocialité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18980

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals