Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Le cinéma à l’épreuve de l’histoire. Autour de Nuit et brouillard

Sylvie Lindeperg
p. 645-646

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sylvie Lindeperg, maître de conférences à l’Université Paris-III

1Le séminaire a consisté en un exercice de micro-histoire autour du film d’Alain Resnais Nuit et brouillard. Dépassant le cadre d’une approche monographique, l’étude de ce film nous a permis de suivre, sur plus de cinquante ans, les états et les évolutions de la mémoire, du savoir historique, de l’imaginaire des camps nazis.

2L’étude de Nuit et brouillard a été l’occasion de convoquer différentes sources et catégories de la discipline historique (histoire économique, sociale, politique et diplomatique, histoire de la mémoire et des scansions de l’historiographie, histoire de l’art). Elle a également permis de poser les jalons d’une histoire encore largement en friches : celle des regards, des demandes sociales et symboliques adressées aux images, qui témoignent de l’univers mental d’une époque.

3Afin de suivre le double mouvement de fixation et de déplacement des regards sur les images des camps, la première partie du séminaire a porté sur la genèse de Nuit et brouillard, la seconde a été consacrée à ses usages et migrations dans l’espace et dans le temps.

4Les six premières séances ont suivi pas à pas la fabrication du film (commande et financement ; recherche documentaire ; étapes de l’écriture scénaristique ; tournage ; montage ; conception de la partition musicale). Nous avons particulièrement exploré la question de l’écriture de l’histoire (autour des notions « d’opération historiographique » et de « film palimpseste »), les articulations entre œuvre/document/monument, les statuts hybrides de l’image d’archivé et des régimes du visible qui se conjuguent dans le court-métrage.

5Les six séances suivantes ont examiné la postérité du film, sa constitution progressive en « lieu de mémoire portatif », ses usages et réappropriations en France comme à l’étranger : censure et affaire cannoise ; premiers regards portés sur Nuit et brouillard en RFA ; traduction par Paul Celan du commentaire de Cayrol ; batailles de traduction en Allemagne de l’Est ; remontage du film par fragments dans le programme américain Hemember Us (1960) qui inaugura la réinterprétation de l’œuvre comme « film sur le génocide » ; utilisation du court-métrage dans le cadre du procès Eichmann ; mise en abyme de Nuit et Brouillard dans des œuvres de fiction...

6Cette seconde partie du séminaire a abordé plus particulièrement la question du devenir icône de certaines images montées par Resnais, les évolutions du commerce social avec les Images, la constitution de nouveaux regards sur « l’archive », les transferts culturels et les circulations transnationales de l’œuvre d’art.

7Au fil de ces douze séances, la microanalyse de Nuit et brouillard nous a ainsi permis de suivre la vole ouverte par Benjamin lorsqu’il invite l’historien à « découvrir dans l’analyse du petit moment singulier le cristal de l’événement total ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Lindeperg, « Le cinéma à l’épreuve de l’histoire. Autour de Nuit et brouillard », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 645-646.

Référence électronique

Sylvie Lindeperg, « Le cinéma à l’épreuve de l’histoire. Autour de Nuit et brouillard », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18993

Haut de page

Auteur

Sylvie Lindeperg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals