Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études africaines – CEAf

Doris Bonnet, Catherine Rollet, Mahamet Timera et Monika Salzbrunn
p. 664-666

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Doris Bonnet, directeur de recherche à l’IRD
Catherine Rollet, professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Regards croisés sur la petite enfance

1Ce séminaire explore et analyse les différents champs de recherche de l’anthropologie et de l’histoire de la petite enfance. On cherche à appréhender les différentes cultures de l’enfance et ses diverses constructions sociales à partir des représentations sociales et symboliques des familles, des discours et pratiques des personnels de santé et selon les politiques publiques en charge de la protection sociale. On envisage aussi l’étude des conceptions relatives au développement de l’enfant, en privilégiant sa part active et négociative, en particulier dans ses interactions avec ses parents, mais aussi avec sa fratrie, son entourage élargi, et toutes les personnes en charge de son éducation et de sa santé. Le séminaire s’appuie, notamment, sur des exemples issus des sociétés africaines et prospecte aussi les phénomènes contemporains des sociétés du Nord afin de confronter nos travaux au champ des institutions sociales et politiques et de participer aux questionnements de la société civile.

2Cette année, le séminaire est parvenu à constituer un « socle dur » de participants qui assure une fonction de réseau auprès de laboratoires scientifiques et d’institutions professionnelles en charge de la petite enfance. L’assiduité des participants, sur plusieurs années, est particulièrement remarquable.

3Ce séminaire est aujourd’hui réputé être l’unique lieu scientifique sur le thème de « la petite enfance » au niveau national (plusieurs participants viennent de Lyon, de Bordeaux, de Lille). Les exposés sont toujours de grande qualité, souvent associés à des projections de films, de transparents de Powerpoint, avec une distribution de références bibliographiques, de documents divers, et d’annonces de colloques. Les débats qui suivent les exposés sont d’excellente qualité. Les participants posent de nombreuses questions ; ils rendent ainsi les séances très animées, tout en étant dans une attente d’exigence intellectuelle. La participation conjointe d’étudiants et d’enseignants-chercheurs seniors permet aux étudiants de rencontrer des chercheurs qui se rendent accessibles à leurs problèmes méthodologiques ou théoriques. La participation de professionnels de l’enfance conduit les étudiants et les chercheurs à mesurer la dimension politique de ce thème de recherche. Le caractère pluridisciplinaire du séminaire fait valoir aux étudiants l’intérêt de confronter leurs outils méthodologiques et conceptuels à ceux d’autres disciplines.

4Ce séminaire est un pari réussi d’interface entre l’innovation scientifique, la formation des jeunes doctorants et la demande sociale. Un séminaire réellement attractif et unique en son genre à Paris et même en France.

Mahamet Timera, maître de conférences à l’Université du Havre
Monika Salzbrunn, chargée de recherche au CNRS

Migration et espaces sociaux transnationaux, religion et relations interethniques en France et en Allemagne

5Au cours de ce séminaire, nous avons poursuivi la réflexion sur trois éléments liés au développement des espaces sociaux transnationaux : 1) la pratique religieuse des migrants, notamment les différentes formes d’expression de l’Islam, 2) les processus de localisation des réseaux transnationaux, en particulier dans les espaces urbains, 3) l’émergence de nouvelles pratiques sociales et spatiales à travers l’événement, notamment l’émergence de différents théâtres de négociations identitaires (rites, fêtes, manifestations politiques...).

6Monika Salzbrunn a exposé des réflexions épistémologiques autour de différentes notions, notamment celle de « communauté » dans l’espace germanophone. Cette dernière a fait l’objet d’un colloque International organisé en avril au CNRS en partenariat avec ce séminaire. La complexité sémantique du terme « communauté », intrinsèquement lié à la « société » sans toutefois y être forcément opposé, comme le laisseraient entendre des interprétations hâtives, a été démontrée à travers l’historicité des termes dans différents espaces linguistiques. De nombreux exemples empiriques ont nourri la réflexion (Canada, Algérie, Pays-Bas, Suisse, Allemagne, France, Italie, Grande-Bretagne, États-Unis et Iraq). Une première publication est mise en ligne en août 2007 dans la revue Esprit critique.

7Les pratiques religieuses constituent une médiation dans la sédentarisation au sein de la société française et allemande. Nous avons alors privilégié l’approche comparative entre ces deux pays. L’islam en particulier apparaît comme un vecteur de structuration des communautés migrantes travaillé par les élites (marabouts, clercs ou lettrés) originaires des pays d’origine, par les élus et des acteurs locaux et enfin par les migrants et leurs enfants. En s’incorporant dans une autre société (européenne), cet islam s’internationalise et se localise, produit à la fois du transnational et du minoritaire. Alexa Fàrber, chargée de recherche à l’Université Humboldt de Berlin et invitée par la Maison des sciences de l’Homme, est intervenue sur le thème « espace transnational -espace urbain : les associations musulmanes de Berlin ». Elle s’est interrogée sur les pratiques urbaines des acteurs féminins et masculins impliqués dans la création d’espaces religieux. L’enchevêtrement de ces pratiques religieuses et spatiales se déroule dans le contexte d’une prise de conscience accrue des acteurs politiques publics au niveau municipal et fédéral pour l’enracinement de l’altérité dans la matérialité de l’espace. Les représentants des politiques publiques cherchent à approfondir un dialogue institutionnel par la création d’un Islamrat (Conseil de l’Islam) et d’un Integrationsgipfel (sommet de l’intégration). L’année prochaine, le séminaire approfondira la question de l’enracinement local des réseaux migratoires et l’émergence de nouvelles pratiques sociales et spatiales à travers l’événement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Doris Bonnet, Catherine Rollet, Mahamet Timera et Monika Salzbrunn, « Centre d’études africaines – CEAf », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 664-666.

Référence électronique

Doris Bonnet, Catherine Rollet, Mahamet Timera et Monika Salzbrunn, « Centre d’études africaines – CEAf », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19018

Haut de page

Auteurs

Doris Bonnet

Articles du même auteur

Catherine Rollet

Articles du même auteur

Mahamet Timera

Articles du même auteur

Monika Salzbrunn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals