Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC

Frédéric Obringer, Caroline Bodolec, Frédéric Obringer et Yoshio Abé
p. 675-677

Texte intégral

Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS

Anthropologie historique de la médecine chinoise et des échanges médicaux entre la Chine et l’Europe

1Au cours de la première partie de l’année, dans le cadre de notre étude des relations médicales qui eurent lieu entre la Chine et la France à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle – plus spécifiquement par l’intermédiaire des missionnaires jésuites dans le cas présent –, nous avons lu le texte original en chinois et la traduction française du passage consacré à l’éléphant par le Bencao gangmu (Traité classifié de matière médicale) de Li Shizhen (1596). Ce traité, le plus Important des ouvrages de materia medica chinois par son ampleur et la nouveauté de sa classification, a été traduit en partie, sous le titre de L’Herbier chinois, dans le troisième volume du fameux ouvrage publié en 1735 à Paris sous la direction de Jean-Baptiste Du Halde, la Description géographique, historique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise. Une lecture en miroir du texte (chinois/français) nous a permis d’aborder les questions du choix des traducteurs et de la demande des lecteurs européens, tandis que le thème de l’éléphant nous a conduit à nous interroger sur la valeur des sources littéraires et techniques pour une histoire de l’environnement naturel en Chine, en écho avec les travaux de Mark Elvin.

2Nous nous sommes ensuite intéressés, au cours de la seconde partie de l’année, à la place et au rôle du cerveau dans la médecine chinoise, lesquels sont relativement marginaux par rapport à ceux d’autres organes tels que les reins et, plus encore, que le cœur, considéré par tous les auteurs comme le siège des fonctions supérieures. Nous avons examiné successivement les conceptions chinoises relatives au cerveau, la rencontre avec la théorie médicale occidentale sur la mémoire, l’encéphale et le système nerveux exposé à la fin des Ming par les missionnaires, et les réactions de curiosité, d’hostilité ou d’incertitude des médecins et des lettrés vis-à-vis de cette théorie tout au long de la dynastie Qing.

3Nous avons pu également entendre les exposés d’Alexandre Legendre, de Giacomo Mantovan, de Julien Portier et de Céline Villemin concernant leurs travaux de master touchant, de près ou de loin, à la médecine chinoise.

Caroline Bodolec et Frédéric Obringer, chargés de recherche au CNRS

Anthropologie des techniques, des sciences et de la médecine en Chine

4Dans une première séance, nous avons présenté les objectifs du séminaire se déroulant autour de deux axes de recherche propres aux intervenants du séminaire : la médecine et les sciences en Chine (F. Obringer) et la maison rurale en Chine ancienne et contemporaine (C. Bodolec). Les deux responsables ont alors présenté la méthode de travail et le calendrier des séminaires.

5Dans le cadre des interventions sur la maison rurale, les séances ont permis de présenter dans un premier temps la « maison comme objet technique » en exposant les méthodes d’analyse utilisant la chaîne opératoire et les techniques de description ethnographique. Puis nous avons travaillé sur la « maison comme objet ethnologique » en insistant sur les rapports de l’habitation avec son milieu (technique, historique, social, culturel, économique, patrimonial, etc.) et sur la question de la forme. Dans une dernière séance, nous avons exposé les méthodes d’analyse de la « maison comme objet historique » ou comment apporter à sa recherche une dimension historique. Chacune des interventions était illustrée par des travaux menés sur l’habitat en voûte (yaodong) dans le nord de la province du Shaanxi (Chine) depuis 1995. Des ouvrages et articles récents sur ces sujets ont également été présentés durant l’année.

6La partie plus spécifiquement dévolue aux sciences et à la médecine a été introduite par une présentation du grand historien des sciences en Chine Joseph Needham (1900-1995), de la structure de la série qu’il dirigea et rédigea en grande partie, Science and Civilisation in China, ainsi que de la réflexion comparatiste de cet auteur concernant les lois de la nature, en Occident et en Chine. Nous avons ensuite abordé l’histoire et la composition des traités de materia medica (en chinois bencao), dont le premier exemple remonte à l’Antiquité, et qui témoignent du développement de la médecine chinoise ainsi que de la construction théorique et pratique d’objets techniques d’origine naturelle, les drogues médicamenteuses.

7La dernière séance de l’année a été consacrée aux exposés des participants : fiche de lecture ou bien présentation d’une chaîne opératoire au choix.

Yoshio Abé

Anthropologie comparée d’une céréale asiatique majeure : le riz

8Le riz peut être un objet de recherches de différentes disciplines de la science sociale. Afin de bien conduire ces recherches, les chercheurs doivent prendre l’optique pluridisciplinaire. Parmi les disciplines concernées, l’ethnobotanique et l’ethno-technologie sont l’infrastructure nécessaire pour approfondir des recherches sur ce sujet. Les connaissances biologiques et technologiques de la plante peuvent être alors bien utilisées comme outils d’analyse ethnologiques (organisations sociales, religions, mythes, etc.), géographiques, économiques, sociologiques et historiques. Dans cette perceptive, notre séminaire a été consacré à l’enseignement des connaissances de base portant sur l’ethnobotanique et la technologie du riz asiatique (Oryza sativa L).

9Dans le domaine de l’ethnobotanique du riz, les thèmes principalement abordés furent : taxonomie botanique du genre Oryza (avec une vingtaine d’espèces). Deux espèces cultivées au sein du genre Oryza : O. sativa et O. glaberrima ; diagnose de la plante et du grain de l’O. sativa ; cycle végétatif (dormance et viabilité de semence, phase végétative et phase reproductive, photopériodisme, etc.) ; taxonomie agro-botanique de l’espèce O. saf/Va : japonica/indica (sous-espèces établies selon l’affinité sexuelle) ; différentes catégories des cultivars au sein de l’espèce O. sativa et leurs caractères biologiques et/ou chimiques : riz aquatique/riz « sec », riz « rouge »/riz « blanc », riz gluant/riz non gluant, riz flottant, etc.

10Dans le domaine de l’ethno-technologie, nous avons traité, après avoir expliqué différents systèmes de riziculture, de la première moitié du procédé cultural : systèmes de riziculture : les conceptions des termes : système, phase, opération, technique et instrument : terres à riz et leur typologie ; modes d’aménagement des rizières : en particulier assainissement et irrigation ; techniques de préparation des sols de rizières : labours, émiettement du sol et/ou mise en boue, piétinement des animaux et aplanissement des parcelles rizicoles et les instruments employés.

11De plus, deux séances ont été consacrées à la question de la terminologie relative au riz qui se présente aujourd’hui comme extrêmement confuse. Nous avons alors réfléchi en particulier sur la méthodologie appliquée à la construction d’une terminologie exacte, rationnelle et fonctionnelle. Il s’agissait de la préparation du programme de banque de données sur Internet « Glossaire des termes agricoles en quatre langues : français, anglais, chinois, japonais » dans le cadre de l’équipe « l’Histoire comparée des techniques agricoles » (EPHE, Histoire et philologie).

12Compte tenu, cette année, des étudiants et des jeunes chercheurs qui allaient partir pour leur terrain de recherche, nous avons enseigné la méthode d’enquête en attirant l’attention sur des points d’observation, ainsi que sur les raisons pour lesquelles ils sont importants. A été également montrée la manière pertinente et convaincante d’interpréter des textes ethnographiques et historiques, et des iconographies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Obringer, Caroline Bodolec, Frédéric Obringer et Yoshio Abé, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 675-677.

Référence électronique

Frédéric Obringer, Caroline Bodolec, Frédéric Obringer et Yoshio Abé, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19029

Haut de page

Auteurs

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Caroline Bodolec

Articles du même auteur

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Yoshio Abé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals