Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen – CHISM

Gilles Ladkany, Sylvette Larzul, Alain Messaoudi, François Pouillon, Gianni Albergoni et Claude Lefébure
p. 681-683

Texte intégral

Gilles Ladkany, maître de conférences à l’ENS
Sylvette Larzul, professeur de l’enseignement secondaire
et Alain Messaoudi, professeur agrégé

Histoire de la connaissance de la langue et de la culture arabes

1Poursuivant l’étude des ouvrages didactiques, nous avons travaillé cette année sur deux types de corpus : les manuels d’arabe publiés en Algérie entre 1830 et 1870 et les livres scolaires parus dans le monde arabe depuis les années 1970. L’analyse de leur contenu et de leurs registres de langue permet la mise en évidence des choix politiques et des idéologies qui les sous-tendent. L’élaboration des nombreux ouvrages d’arabe vulgaire qui accompagnent les débuts de la conquête française de l’Algérie répond à une nécessité pragmatique de communication. Trente ans plus tard, le débat opposant les tenants d’une langue médiane algérienne, soutenus par les autorités, et ceux qui défendent la langue de la Nahda telle qu’elle s’élabore en Orient est vif : les manuels et les modes d’enseignement reflètent alors les choix de chacun des deux partis (Sylvette Larzul et Alain Messaoudi). Quant aux manuels de l’enseignement secondaire parus dans le monde arabe durant les trois dernières décennies et souvent imposés par les différents États, ils accordent une importance accrue à l’enseignement religieux, introduisent – non sans ambiguïté – l’éducation aux droits de l’homme et pratiquent couramment la réécriture de l’histoire (Gilles Ladkany). La participation de bibliothécaires spécialisés (Nathalie Rodriguez, INaLCO et Philippe Chevrant-Breton, BNF) ainsi que du concepteur de la base de données Emmanuelle (Alain Choppin, INRP) nous a permis de dessiner les premiers contours d’un projet de recension des manuels d’arabe qui ont été en usage dans l’empire colonial français.

François Pouillon, directeur d’études
Gianni Albergoni, maître de conférences à Paris-X
Claude Lefébure, chargé de recherche au CNRS

Atelier « Anthropologie du monde arabe »

2Pour la troisième année universitaire consécutive, la formule pédagogique de l’atelier a permis de valoriser l’implication, ici nécessairement forte, des étudiants. Avec des individualités ou un collectif plus doués cette fois, comme l’a démontré, in fine, la teneur des journées doctorales organisées avec le soutien du Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (vingt communications sur les confréries musulmanes au XXIe siècle ou sur le rapport au terrain et aux enjeux de pouvoir dans les sciences sociales).

3En cette année de commémoration du sixième centenaire de la mort d’Ibn Khaldoun (1332-1406), le cycle des séances gagnait à s’ouvrir sur son œuvre. Parce qu’elle a inspiré la prime compréhension sociologique du Maghreb comme, au terme de l’aventure coloniale, divers intellectuels favorables à l’autogestion en Algérie ; puisque, plus centralement pour notre cursus, le Gellner de Muslim Society (1981) l’a considéré très favorablement. C’est ce que venait de rappeler Gabriel Martinez-Gros, professeur à Paris-VIII, en conclusion de son Ibn Khaldoun et les sept vies de l’Islam (2006) ; l’auteur en a résumé l’apport pour un auditoire non déjà tenu de prendre les rênes. Sur quoi, s’est enchaînée sa quête du « hilalien », ce bédouin belliqueux auquel Ibn Khaldoun puis l’historiographie française ont tant accordé (R. Brunschvig 1940, H.R. Idris 1962) avant que n’arrivent des correctifs liés aux évolutions politiques (J. Poncet 1967, Cl. Cahen 1968). De même que Gianni Albergoni avait introduit à la réception du propos de Martinez-Gros, Claude Lefébure enrichit cette séquence en y intégrant l’orature de la « Geste hilalienne » ; François Pouillon ayant été maître d’œuvre du cahier sur Ibn Khaldoun paru dans Qantara, le périodique de l’Institut du monde arabe, les étudiants en avaient été dotés d’emblée.

4On en vint à suivre la trace de la théorie khaldounienne de la violence d’État, son dépassement via l’anthropologie la plus technique, dans ces travaux d’Ernest Gellner : « Pouvoir politique et fonction religieuse dans l’Islam marocain » (1970), puis Saints of the Atlas (1969), livre enfin traduit en français (Bouchene 2003) avec une riche introduction de Gianni Albergoni. Leçon d’ensemble : l’organisation segmentaire des lignages tribaux prémunit globalement contre la monopolisation du contrôle de la violence ; en cas de ratés, cette anarchie ordonnée retrouve l’équilibre grâce à l’arbitrage de personnages respectés pour leurs capacités de thaumaturges sous un vernis musulman.

5Héritier de l’école britannique des descent groups, Gellner a défendu tout au long de sa vie (1925-1995) la nécessité d’une anthropologie sociale plutôt que culturelle, fonctionnalo-structuraliste et non pas interprétative. À l’opposé d’un tel credo s’est situé Clifford Geertz (1926-2006). Lui, tient pour illusoire toute prétention explicative et récuse la modélisation. C’est l’individu, l’acteur social ; qui n’est pas le jouet de structures, mais s’ingénie, pour son bien, entre divers registres de représentations La discipline les décrira minutieusement (thick description). Quand le modèle gellnérien pose des lignages s’équilibrant, Geertz préfère dilacérer de changeants réseaux relationnels. S’agit-il de rendre compréhensible la société globale, nulle théorie de la violence sociale en vue, alors le tableau des interactions sur le marché d’une ville moyenne sise dans une région de contacts mérite de s’imposer. C’est à Meaning and order in moroccan society (1979) qu’il a été fait un sort, plus exactement à la traduction française de sa partie principale, Le souk de Sefrou (Bouchene 2003).

6Avec Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc (1930), de Robert Montagne, on retrouva le fil des cycles politiques : chez cet auteur une oscillation entre la « vie républicaine » et la « direction despotique » des « cantons » tribaux du monde chleuh ; tendrait à les stabiliser, non le rôle des saints mais un système de ligues duales formant « damier », les leffs.

7La fission et la fusion des éléments du système segmentaire, on les découvrit mises au service d’interprétations également structuralistes, mais divergentes, de l’union matrimoniale des enfants de frères, aussi dit « mariage arabe ». Par contraste, la logique pratique valorisée par Pierre Bourdieu, « Les usages sociaux de la parenté » (1972), fut considérée. Ce qui entraîna le commentaire du Harem et les Cousins (1966) de Germaine Tillion, puis une présentation des feminist studies anglo-saxonnes, pour enfin mener à l’interrogation des homosexualités dans le monde musulman, avec un excursus sur La Rose de sable (1968), d’Henry de Montherlant.

8Respectant les dilections de tel et tel, on a discuté aussi des exposés « orphelins », l’un sur Orientalism (1978) d’Edward Saïd, l’autre sur la question de l’image dans le monde musulman.

9Dans sa dernière séquence, l’année s’est nourrie de résultats d’un programme de recherche mené à l’instigation des encadrants sur les notices de tribus : un quasi-genre administratif dès la colonisation de l’Algérie, à mi-chemin du savoir et de l’action, dont la science académique n’a pas manqué de faire son miel.

10L’atelier, lorsqu’il naquit en 2004, s’était acquis le concours d’Alain Roussillon, plus tard appelé à la direction du CEDEJ au Caire. C’est là que la mort l’a fauché, début juillet 2007. Nous garderons le souvenir de ce chercheur original et puissant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ladkany, Sylvette Larzul, Alain Messaoudi, François Pouillon, Gianni Albergoni et Claude Lefébure, « Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen – CHISM », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 681-683.

Référence électronique

Gilles Ladkany, Sylvette Larzul, Alain Messaoudi, François Pouillon, Gianni Albergoni et Claude Lefébure, « Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen – CHISM », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19032

Haut de page

Auteurs

Gilles Ladkany

Articles du même auteur

Sylvette Larzul

Articles du même auteur

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Gianni Albergoni

Articles du même auteur

Claude Lefébure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals