Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles – SHADYC

p. 709-710

Texte intégral

1Le séminaire du SHADYC a été totalement consacré cette année à la présentation et à la discussion de travaux en cours dans le centre, répartis entre les différents domaines de recherche. Ces séances, à raison d’une journée par mois durant le second semestre, ont permis également aux doctorants de présenter leurs travaux et de les confronter à celles de chercheurs extérieurs.

2La séance de février (reportée pour des raisons techniques à la fin mai), organisée par Jacques Cheyronnaud, a porté sur la question d’une « disponibilité culturelle », dans les sociétés européennes contemporaines, des figures et symboles religieux, sur des formes de basculement, en démocratie, de situations conflictuelles à l’échelle d’« affaires » politico-religieuses. Avec les participations de Jeanne Favret-Saada (EPHE, Ve section), « Comment produire une crise mondiale avec dix petits dessins », de Déborah Puccio Den, chercheur associé au GSPM, « Blâmer la vierge en Andalousie : l’image à l’épreuve des ”Maures et Chrétiens“ », et de Gérard Lenclud (CNRS), « ”Blâmer“ comme acte de langage ».

3La séance de mars, organisée par Irène Théry, a été consacrée à divers travaux conduits actuellement au SHADYC dans le domaine consacré à la dimension sexuée de la vie sociale. Elle a porté en particulier sur les formes de catégorisation élaborée par la sociologie et l’anthropologie de la parenté. La discussion s’est plus spécifiquement centrée sur l’enquête conduite actuellement, dans le cadre d’une thèse de doctorat, par Isabelle Delauny-Berdaï. Travail qui conduit à réexaminer, aux plans juridiques et démographiques, la catégorie de veuvage, et en particulier du veuvage précoce.

4La séance d’avril, organisée par Yannick Jaffré, avait pour but de décrire ce que recouvre le terme de « souffrances affectives » et d’analyser leur construction et leur prise en charge dans le champ de la psychiatrie et de la psychopathologie par un ensemble de techniques « thérapeutiques » dédiées à l’enfance. Trois moments ont organisé la séance. En utilisant diverses variations d’échelle, ont été d’abord présentés les résultats d’enquêtes réalisées à Marseille, à propos des CMPP, dans de plus vastes ensembles épidémiologiques. Les « déterminants de la souffrance » ont ensuite été analysés à partir des questions des formes de « l’habiter », de la parenté en situations de migration, et des questions de langue et de « précarité linguistique ». Enfin, à partir d’exemples documentés (enfants clandestins, rapports à la douleur, enfants juifs cachés pendant la guerre, etc.) nous avons analysé comment le processus de subjectivation combinait de manière complexe des dimensions historiques et biographiques.

5La séance de mai, organisée par Emmanuel Pedler et Jean-Louis Fabiani (LAHIC), a été consacrée à l’ethnographie et méso-sociologie de la relation esthétique. Emmanuel Pedler a présenté une enquête en cours portant sur les échanges estivaux de domiciles et sur l’espace domestique des pratiques culturelles ; il s’est en particulier attaché à l’étude de la constitution de grappes électives à l’intérieur des réseaux d’échange, mettant en relief la grande variabilité des formes de relations esthétiques au sein de populations considérées comme homogènes (fractions sociales urbaines les mieux dotés matériellement et culturellement). Ont été évoqués les rapports entretenus aux espaces domestiques (villas et hôtels particuliers), aux objets décoratifs et aux offres culturelles environnantes. Discutant de la matinée, Jean-Louis Fabiani a exploré l’après-midi la question des « Nouveaux enjeux d’une sociologie esthétique ». À partir de son enquête sur les Beautés du Sud (L’Harmattan, 2006), réalisée au SHADYC, il a montré les impasses d’une sociologie identifiant pratiques esthétiques et espaces muséaux pour souligner l’intérêt d’une ethnologie de la relation esthétique attentive à la diversité de registre des pratiques institutionnelles de l’art.

6La dernière séance de l’année, en juin, a été organisée autour des « économies de la Nature » par Bernard Hubert, en étroite collaboration avec les chercheurs de l’INRA d’Avignon. Il visait à mettre en discussion les effets des enjeux environnementaux sur les activités agricoles, pastorales et forestières, dans le cadre de ce qui peut être désigné comme une « écologisation » de l’agriculture et des politiques publiques qui l’administrent. Cinq exposés de chercheurs INRA ont été ainsi discutés par des membres du SHADYC : à propos de la politique agricole européenne, des forêts sèches de Nouvelle-Calédonie, des enjeux fonciers dans les espaces péri-urbains, de la conduite des troupeaux au pâturage et de la mise en politique des concepts des sciences du vivant dans les textes internationaux énoncés dans le cadre des organisations des Nations unies. Les débats ont porté sur la façon dont ces nouvelles questions interpellent les sciences sociales et comment elles conduisent à générer de nouveaux objets de connaissance et de nouvelles catégories du sens commun. Ce séminaire devrait être poursuivi et approfondi l’an prochain par un séminaire sur les « nouvelles catégories du vivant dans la dynamique des connaissances ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles – SHADYC », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 709-710.

Référence électronique

« Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles – SHADYC », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19075

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals