Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme Handicaps et sciences sociales – PHS

Christian Cuxac et Alexis Karacostas
p. 720-721

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Christian Cuxac, professeur à l’Université Paris-VIII
Alexis Karacostas, psychiatre, président de l’association GESTES

Surdité et langue des signes : analyseurs politiques et sociolinguistiques. 1. La question de l’implant cochléaire

1Reprenant la question posée par Bernard Mottez « Les Sourds existent-ils ? », ce séminaire s’est proposé d’être un lieu interdisciplinaire de réflexion et de discussion. Il s’agissait d’interroger les savoirs, les pratiques et les valeurs construits dans le champ de la surdité en se centrant sur l’âpre controverse de l’implant cochléaire qui interroge à la fois les normes linguistiques, sociales et éthiques.

2Ce séminaire a été codirigé par Christian Cuxac, professeur en sciences du langage à l’Université Paris-VIII et Alexis Karacostas, psychiatre-psychothérapeute et coordonnateur médical de l’Unité d’informations et de soins des sourds à l’hôpital la Salpêtrière à Paris. Ce séminaire a été le fruit d’un partenariat entre l’EHESS, l’Université Paris-VIII (UFR sciences du langage) et l’association GESTES (Groupe d’études spécialisé « Thérapies et surdités »).

3Les langues du séminaire ont été le français et la langue des signes française, l’interprétation français/LSF étant assurée par les interprètes du SILS (Service d’interprètes en langue des signes). Les inscrits (étudiants, chercheurs et professionnels) se sont répartis pour moitié entre sourds et entendants et on a compté une moyenne de trente-cinq participants par séance.

4À de rares exceptions près, chaque séance a comporté l’exposé d’une personnalité invitée, extérieure ou participante du séminaire, avec débat, suivi du témoignage d’une personne porteuse d’un implant cochléaire.

5La réflexion a porté sur deux axes de recherche : les présupposés et les effets de l’implantation en tant que geste médico-chirurgical et les enjeux linguistiques, éthiques et politiques de l’inscription de ce geste dans l’éducation et l’insertion sociale des sourds.

6Des oto-rhino-laryngologistes sont venus présenter l’état actuel de la pratique de l’implantation cochléaire en France. La question du dépistage systématique ultra-précoce de la surdité, projet encore au stade expérimental en France, a été analysée en profondeur, en particulier dans ses effets iatrogéniques. L’idéologie profondément oraliste du tout-implant et du rejet de la langue des signes qui imprègne majoritairement les milieux médicaux a fait l’objet de nombreuses critiques : de la part de médecins qui contestent ces orientations en tant qu’elles font de la surdité une maladie et soumettent les sourds à une médicalisation de leur vie, comme de la part de linguistes qui ont montré que la langue des signes est une dimension incontournable de l’humain et représente une condition sine qua non du bien-être individuel et social des sourds. À la croisée de ces problématiques, la chimère conceptuelle du « sourd-entendant » à laquelle aboutit la politique implantatoire a été analysée dans la perspective du développement psychologique et cognitif de l’enfant sourd. Des comparaisons ont été faites entre les politiques de santé publique de plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Nord et entre les différents positionnements des communautés sourdes de ces pays vis-à-vis de l’implant cochléaire.

7Les témoignages de personnes implantées ont permis de saisir la diversité des objectifs et des résultats de l’implantation selon les témoins. Présentés dans le cadre du séminaire, ils ont contribué à interroger l’abord militant d’opposition radicale à l’implant tout autant que l’idéologie médicale du tout-implant.

8La fin du séminaire a coïncidé avec le dépôt d’une saisine du Comité national d’éthique au sujet du dépistage systématique ultra-précoce de la surdité et la création de l’Association de défense des personnes implantées cochléaires (ADPIC), que des délégués sont venus présenter.

9Tout au long du séminaire, un forum de discussion sur Internet a été créé par l’une des participantes et a constitué un lieu fertile d’échanges très suivis entre les membres inscrits, qui a prolongé la réflexion engagée lors des séances.

10Les exposants du séminaire ont été, outre les deux organisateurs, Éric Lawrin, Marie-Christine Gourdal, Yvette Thoua, Cyril Courtin, Ivani Fusellier, Benoît Drion, Laurence Koehler, Delphine Cantin, Bruno Moncelle, Fanny Limousin, Jacques Leman, Yacine Hassani, Magali Bourdon, Odile Robert.

11Perspective d’avenir : la tenue d’une journée publique de débat à la rentrée de l’année universitaire 2007-2008 pour offrir une synthèse des réflexions, aboutissement du séminaire et amorce de nouveaux chantiers d’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Cuxac et Alexis Karacostas, « Programme Handicaps et sciences sociales – PHS », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 720-721.

Référence électronique

Christian Cuxac et Alexis Karacostas, « Programme Handicaps et sciences sociales – PHS », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19093

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals