Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Méthodes et techniques des sciences sociales

Socioinformatique

Francis Chateauraynaud et Didier Torny
p. 123-124

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Francis Chateauraynaud, directeur d’études
Didier Torny, chargé de recherche à l’INRA

Concepts et méthodes pour l’analyse des dossiers complexes

1Au fil du traitement socioinformatique de multiples dossiers d’alertes ou de controverses, du nucléaire aux champs électromagnétiques, de l’amiante aux pesticides, de la vache folle aux OGM, ou encore du dossier des sans-papiers à celui du mouvement des chercheurs, la question des formes de totalisation de propriétés transcorpus et de la capacité des logiciels à élaborer des analyses configurationnelles et non plus seulement lexicales ou argumentatives s’est progressivement imposée. Sur la base de son usage de Prospéro, le logiciel Marlowe peut-il par exemple détecter l’entrée dans un nouveau régime sociopolitique, ou identifier l’avènement de nouveaux répertoires argumentatifs qui s’imposent aux acteurs ? Peut-on déléguer à des entités virtuelles une partie des raisonnements qu’effectuent les sociologues pour élaborer des comparaisons, faire des rapprochements, fixer une périodisation, étayer un pronostic ? Quel type de modèle faut-il élaborer pour remplir un tel cahier des charges ? En prenant au sérieux ces questions, de plus en plus décisives face aux transformations contemporaines des modes de traitement de l’information, nous avons réexplicité le régime épistémique qui sous-tend la socioinformatique et le type de rupture qu’elle instaure vis-à-vis des cadres méthodologiques standards de la sociologie, quantitatifs aussi bien que qualitatifs. Le séminaire a par ailleurs permis d’explorer les multiples dimensions impliquées par l’analyse de gros corpus en langage naturel. Marianne Doury (CNRS) est venue exposer son approche de l’argumentation en s’intéressant aux figures de l’« ad hominem circonstanciel » et du « procès d’intention », ainsi qu’aux classifications spontanées des arguments. Dans une séance coanimée par Francis Chateauraynaud et Soraya Boudia (Université de Strasbourg), il a surtout été question des façons de lier des séries historiques et des dossiers contemporains, à partir de l’histoire des « expositions aux faibles doses ». Poursuivant la réflexion sur le statut des corpus longitudinaux, Didier Torny et Patrick Trabal ont fait le point sur leurs travaux de longue durée consacrés aux congrès de sociologie.

2Dans une séance de défrichage d’un dossier émergent, celui de la capture et du stockage du CO2, Ana Sofia Campos (doctorante CIRED/INERIS/GSPR) a présenté les résultats de ses premières enquêtes et les problèmes de mise en rapport des données de terrain et des corpus de textes publics. Une autre séance a été consacrée à l’état des recherches collectives menées sur le dossier des OGM, avec des interventions de Francis Chateauraynaud, Antoine de Raymond, Marie-Angèle Hermitte et Didier Torny. Enfin, Olivier Godechot est venu discuter les usages sociologiques des algorithmes d’analyses de réseau, en s’appuyant notamment sur une étude menée sur les jurys de thèse à l’EHESS.

Publication

  • « Faust, la société de l’information et le village sociologique », dans Figures du lettré et technologies numériques : une chimère contemporaine ?, Paris, Éditions de la BPI, 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Chateauraynaud et Didier Torny, « Socioinformatique », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 123-124.

Référence électronique

Francis Chateauraynaud et Didier Torny, « Socioinformatique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19109

Haut de page

Auteurs

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Didier Torny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals