Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Méthodes statistiques pour l’histoire

Michel Demonet
p. 135-136

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Michel Demonet, maître de conférences

Méthodes statistiques pour l’histoire

1Comme l’an dernier, ce séminaire se proposait d’exposer les techniques quantitatives les plus courantes à l’occasion de la présentation des résultats de l’enquête réalisée avec Patrice Bourdelais sur le peuplement du Creusot de 1836 à la fin du XIXe siècle.

2Nous avons d’abord présenté le cadre général de l’enquête et la documentation utilisée – listes nominatives des recensements, actes de naissances, de mariages et de décès –, ainsi que l’évolution de la population du Creusot à partir de la date du rachat de l’usine du Creusot par Adolphe et Eugène Schneider en 1836, thèmes qui avaient été traités plus longuement en 2006-2007. Nous sommes ensuite revenus sur la formidable expansion de la population, réalisée à partir de migrations provenant, pour la majorité d’entre elles, de zones proches de la ville. Nous avons tenté d’en mesurer l’ampleur et la structure grâce à des projections de la population présente à chaque recensement et la comparaison de leurs résultats avec ceux fournis par les dénombrements aux dates suivantes. Nous avons ensuite consacré la fin de l’année à l’étude des phénomènes démographiques.

3La mortalité tout d’abord : elle est considérable au Creusot comparé à celle de l’ensemble de la France bien qu’elle s’en rapproche au-delà de 1870. D’autre part, elle se caractérise par une très forte mortalité enfantine, essentiellement entre un et quatre ans et se poursuivant de manière atténuée au cours de cinq années de vie suivantes. Nous avons, à cette occasion, présenté les résultats d’une seconde enquête à laquelle nous participons sur la mortalité des villes françaises en 1861, qui montre également que l’un des éléments discriminants essentiels entre les différentes agglomérations est l’importance du phénomène entre un et quatre ans. Nous avons également abordé le problème de la saisonnalité des décès qui montre l’importance avant l’âge de dix ans des classiques mortalités de fin d’été et de début d’automne dans une ville où la distribution d’eau potable se limite à des puits et où les déversements de déchets dans la nappe phréatique sont le fait à la fois des particuliers et de l’usine.

4La natalité est elle aussi considérable si bien que, malgré l’importance de la mortalité, le taux net de reproduction du moment est pratiquement toujours, entre 1851 et 1876, supérieur de plus de 50 % à celui de l’ensemble du pays, qui n’assure que le simple remplacement de la population à cette époque. Comme pour la mortalité, la fécondité au Creusot tend à diminuer et à se rapprocher de celle de la France, cette fois à partir de 1866, mais le taux brut de natalité reste encore supérieur à celui de l’ensemble de l’hexagone en 1886 et 1891. Tous les taux de fécondité par âges sont supérieurs entre 1846 et 1886 à ceux de la France, mais s’en rapprochent progressivement.

5Le dernier phénomène démographique abordé, la nuptialité, pose davantage de problèmes : une proportion non négligeable des immigrants arrive dans la ville déjà mariée, d’autre part, les nouveaux venus étant originaires de communes proches du Creusot, une partie d’entre eux se marient dans leur village d’origine. Pour la population globale, nous avons donc calculé les taux de primo nuptialité à partir des proportions de célibataires aux différents recensements. Les garçons se marieraient en moyenne un peu plus tôt au Creusot que dans l’ensemble de la France et les filles beaucoup plus tôt, d’autre part la proportion de célibataires définitifs y serait plus faible pour les deux sexes que dans l’ensemble du pays. Au total, malgré un nombre plus important d’immigrants masculins que féminins, ce qui provoque un déséquilibre des sexes, la nuptialité est relativement forte, au prix d’un mariage féminin précoce. À travers l’étude des actes de mariages, on constate pour la population qui a célébré ses noces dans la ville, à une augmentation régulière de l’écart d’âge entre les époux entre les périodes 1846-1850 et 1866-1870 où il passe de 3,7 à 4,8 années.

6Notre but a été tout à la fois de présenter aux étudiants les résultats de nos recherches et les outils que nous avons été amenés à utiliser. Nous avons donc exposé en détail des techniques d’analyse démographique – calculs de taux, constitutions de tables, utilisation des diagrammes de Lexis... – et de traitements statistiques – création de tableau, réalisation de graphiques, calcul de tests, utilisation des méthodes d’analyse des données.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Demonet, « Méthodes statistiques pour l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 135-136.

Référence électronique

Michel Demonet, « Méthodes statistiques pour l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19125

Haut de page

Auteur

Michel Demonet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals