Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Idéologies et formations sociales

Robert Paris
p. 136-138

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Robert Paris, maître de conférences

L’après-siècle : restauration et fantasmes de l’ordre

1Nos précédents séminaires – « Fin de siècle, fin d’un monde ? » – ayant mis en lumière l’effondrement des piliers traditionnels de l’ordre, notre réflexion a porté cette année sur les formes que revêt ce dernier au sortir de la Grande Guerre, et notamment sur la nouveauté radicale que constitue la « Révolution fasciste ». L’Italie invente en effet une forme politique neuve, le fascisme, et son corollaire social, le totalitarisme. Cette nouveauté tient d’abord au terme lui-même : le fascio, organisation ouvrière dans l’Italie du XIXe, se voit transféré dans un champ nouveau, ouvertement politique, et mis au service d’autres groupes sociaux, avec des objectifs radicalement autres. Sa charge mémorielle et fantasmatique permettra, qui plus est, au régime de revendiquer l’héritage de la romanité. Les réactions des contemporains traduisent leur désarroi face à cette nouveauté : caricatures de Mussolini grimé en Bonaparte, formules à l’emporte-pièce (« César de carnaval »). Contre-révolution, certes, fût-ce « posthume et préventive », le fascisme n’est pourtant pas la terreur blanche qu’a connue peu auparavant la Hongrie de Horthy. Et il ne relève pas non plus des catégories du césarisme ou du bonapartisme. Il apparaît même risqué d’inscrire le Duce, comme le fait Bainville, dans une galerie de dictateurs qu’ouvrent les portraits de Solon, de Pisistrate et Périclès. Faut-il parler alors de « révolution conservatrice » ? L’avenir démontrera que l’entreprise, modernisatrice et répressive à la fois, relève plutôt de la catégorie mise au jour par Gramsci : celle de « révolution passive ».

2Écartant la thèse qui voudrait trouver au phénomène des « origines françaises », on est revenu sur la formule de Piero Gobetti identifiant dans le fascisme une « autobiographie de la nation » et sur la question de Salvemini : « L’Italie préfasciste était-elle une démocratie ? ». L’analyse a porté ensuite sur quelques points nodaux, tels que le rôle des foules dans la vie politique et sociale de l’Italie unie (en témoignent l’œuvre picturale de Pellizza da Volpedo et les travaux de Scipio Sighele sur La foule criminelle), la part du désir et du fantasme dans l’émergence du phénomène, le lien entre fascisme et guerre. Quoique l’Italie n’y apparaisse guère, la thèse de Mosse sur « la brutalisation des sociétés européennes » s’avère ici pertinente. L’entrée en guerre de l’Italie en 1915, véritable coup de force contre la Chambre et la société civile, et l’agitation nationaliste qui marque le « Mai radieux » constituent déjà une première « brutalisation », sans équivalent chez les autres belligérants.

3Cette violence politique se retrouve dans la conduite de la guerre : gaspillage des forces humaines, recours systématique aux tribunaux militaires et aux pelotons d’exécution, exaltation des arditi, troupes de choc qui fourniront à D’Annunzio, puis au fascisme, leurs premiers contingents. Et le parallèle s’impose ici, avec les Corps francs allemands et les Heimwehren autrichiens.

4À l’arrière, cette violence frappe aussi les civils : mise en place, déjà, de mécanismes d’encadrement et de contrôle des classes subalternes, censure, propagande, « viol des foules » (la formule est de Tchakhotine), répression des doutes et des contestations : il n’est que de penser à l’écrasement de l’insurrection de Turin de l’été 1917.

5Un retour sur l’événement – de la « marche sur Rome » à l’instauration de la dictature – a permis de scruter le rôle de la monarchie, symbole de l’ordre ancien, dans l’affirmation de l’ordre nouveau et de repérer, au cœur même d’un consensus revendiqué par Mussolini, l’inlassable intervention de la force. Exemplaire de ce point de vue, la destruction, par la violence et par la loi, de cette Franc-maçonnerie qui représente alors, selon la formule de Gramsci, le seul parti de la bourgeoisie italienne.

6La lecture en miroir de deux ouvrages de l’époque, Dictateurs et dictatures de l’après guerre, de Carlo Sforza (Paris, Gallimard, 1931), et Les Dictateurs, de Jacques Bainville (Paris, Denoël & Steele, 1935), nous a permis, enfin, d’évoquer les figures de Kemal et de Pilsudski, et d’aborder, pour conclure, de nouveaux objets de recherche.

7Olivier Bosc a présenté son livre La foule criminelle, Politique et criminalité dans l’Europe du tournant du XIXe siècle, Paris, Fayard, 2007.

Publication

  • « El Evangelio del socialismo peruano », dans 7 ensayos, 80 años, Lima, I, 4, juin 2008, p. 1-15 et 20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Paris, « Idéologies et formations sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 136-138.

Référence électronique

Robert Paris, « Idéologies et formations sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19126

Haut de page

Auteur

Robert Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals