Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Histoire comparée de la gestion sociale. France-Angleterre, XXe siècle

Laura Lee Downs et Jean-Frédéric Schaub
p. 145-147

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Laura Lee Downs, Jean-Frédéric Schaub, directeurs d’études

Transitions et modernités (séminaire fermé)

1Le séminaire dessine un domaine, affiche une ambition, adopte une forme de travail et s’inscrit dans une coopération entre l’EHESS et le Yale Center for International and Areas Studies.

2Un domaine : pour analyser les trajectoires des changements sociaux, culturels et politiques, les chercheurs en sciences sociales doivent conduire deux opérations critiques. La première revient à expliciter la façon dont ils construisent de la distance entre leur contemporanéité et les phénomènes, y compris contemporains, dont ils font des objets d’enquête. La seconde consiste à révéler les impensés téléologiques de tout discours sur le changement. Ces protocoles paraissent difficiles à tenir lorsque les thèmes choisis sont centrés sur des ruptures historiques, l’accélération de processus, l’extension rapide de formes et d’institutions. En outre, l’opération critique s’avère d’autant plus ardue que les expériences décrites se sont déployées à des époques historiques qui paraissent encore familières. C’est pourquoi, le centre de gravité de nos discussions sera situé dans la période qu’on désigne de façon conventionnelle par l’expression « moderne et contemporaine ». Les notions de modernisation et de modernité ont fait l’objet de scrutins sévères, notamment en raison du lien qu’elles entretiennent avec les partis pris évolutionnistes dont il est si difficile de libérer les pratiques de recherche. Les organisateurs du séminaire partagent la conviction que ces opérations critiques n’ont aucune chance d’opérer de façon satisfaisante dans quelque cadre uni disciplinaire que ce soit. L’histoire, la sociologie, l’économie, l’anthropologie, la philosophie et les études littéraires sont convoquées pour l’animation de séances sans définition disciplinaire.

3Une ambition : le séminaire doit être un lieu de discussion et de propositions sur les diverses formes d’analyse des processus de transformation dans les sociétés du monde. Il ne privilégie aucune échelle d’approche en particulier, mais il exige que les choix scientifiques soient explicités. Les participants partagent la conviction que les sciences sociales et les humanités déploient des capacités explicatives contrôlées. Autrement dit, l’attention portée à la réflexivité et à la critique ne doit pas gommer les enjeux de connaissance qui demeurent la finalité des démarches scientifiques. On ne saurait se contenter d’une configuration dans laquelle une part des chercheurs fait de l’interrogation épistémologique sur leurs pratiques initiales le thème central de leur travail, tandis que d’autres produisent des études sur les phénomènes sociaux, en incorporant une dose de réflexivité variable ou nulle. C’est pourquoi, les exposés discutés dans le cadre du séminaire devront, dans leur majorité, présenter des recherches en cours sur des objets empiriques et sur des terrains situés. Rien n’est plus dommageable que de laisser s’installer l’alternative entre conversion à l’épistémologie et avènement d’un néo-positivisme. Notre ambition consiste à montrer ce que désormais les sciences sociales peuvent faire avec les capacités critiques qu’elles ont déployées sur elles-mêmes.

4Une forme de travail : elle est empruntée à une pratique qui a cours dans plusieurs établissements universitaires, notamment aux États-Unis. Pour chaque séance, un chercheur est invité à remettre un texte (article soumis à une revue, chapitre de livre en cours de rédaction, présentation ad hoc), au moins quinze jours avant le séminaire. Son texte est lu par les participants et il est présenté brièvement par un doctorant relevant d’une autre discipline que celle de l’invité. Aussitôt après une discussion s’engage avec l’auteur du texte. Un espace électronique de travail coopératif doit être organisé. La première année, la périodicité sera mensuelle, mais l’objectif sera de tenir, dès la deuxième année, douze séances.

5Une coopération : cette création s’inscrit dans le cadre d’un accord scientifique entre l’École et le Yale Center for International and Areas Studies. Depuis 2005, le séminaire « Transitions to modernity » est dirigé par le Professeur Steven Pincus, entouré d’une équipe formée de sociologues, politistes, économistes, historiens et littéraires, avec l’appui du YCIAS. Notre objectif consiste à créer un séminaire parallèle à l’École, en assurant la communication entre les deux. Pour cela, un des membres du séminaire français adressera une note d’une à deux pages en réaction des textes proposés à Yale, pour chaque séance. Les collègues américains feront de même avec les textes que nous présenterons à Paris. Les deux langues de travail sont le français et l’anglais. Tous les deux ans, une séance commune est tenue à Yale, l’année suivante à l’École.

6Nous avons lancé le séminaire en février 2008 avec une séance autour des recherches d’Isabelle Thireau (CNRS ; EHESS) sur les formes de protestation contre l’injustice en Chine contemporain. Christian Topalov a servi de discutant. Jean-Frédéric Schaub a pris la suite avec un papier sur « La catégorie “études coloniales” est-elle indispensable ? », Catherine Madeira-Santos a lancé la discussion avec une réponse à ses propos. Nous avons terminé le semestre avec deux interventions axées sur des questions de filiation et parenté. Ainsi, Laura Mitchell (UC Irvine) a présenté une étude de cas des violences sexuelles et familiales en Afrique du Sud coloniale qui s’intitulait « Foyers, familles et les limites sexuelles aux sociétés coloniales », avec une réponse de la part d’Enric Porqueres (EHESS) ; David Quint (Yale University) a exposé ses recherches en cours autour du thème « Noble Passions » et Jean-Frédéric Schaub a lancé la discussion ; David Sabean (UCLA) a parlé de ses recherches en cours sur « Eucharist, descent and incest : cultural meanings of blood in the baroque » (discutant : André Burguière (EHESS)).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs et Jean-Frédéric Schaub, « Histoire comparée de la gestion sociale. France-Angleterre, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 145-147.

Référence électronique

Laura Lee Downs et Jean-Frédéric Schaub, « Histoire comparée de la gestion sociale. France-Angleterre, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19137

Haut de page

Auteurs

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals