Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Institution de la délibération

Bernard Manin et Philippe Urfalino
p. 150

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bernard Manin, Philippe Urfalino, directeurs d’études

Délibération, discussion et démocratie : une approche multidisciplinaire

1Le séminaire a été centré autour de textes sélectionnés, de taille limitée, fournis à l’avance aux participants (articles, chapitres de livres). Chaque séance a consisté dans la présentation, le questionnement et la discussion des lectures du jour. Les textes choisis étaient des travaux anciens ou récents sur la délibération et sa place dans les régimes démocratiques. Un premier axe de réflexion fut le lien entre parlementarisme et délibération et plus particulièrement l’articulation entre la discussion publique et la confrontation des partis politiques au sein des parlements. On a d’abord examiné la thèse selon laquelle l’idée centrale du parlementarisme serait la discussion publique, la confrontation des opinions faisant émerger la vérité (C. Schmitt) ; on a ensuite tiré les leçons d’une enquête comparative sur les conditions et les impacts des discussions parlementaires dans quatre pays (J. Steiner, A. Bächtiger, M. Spörndli, M. Steenbergen). Deux séances ont été consacrées aux manières différentes de concevoir la délibération, chez Aristote, selon qu’elle est individuelle ou collective, par l’étude de certains chapitres de l’Éthique à Nicomaque et de la Rhétorique. Par ailleurs, constatant que l’idéal délibératif a récemment fait l’objet de critiques dans certains travaux américains (C. Sunstein, D. Mutz), on s’est interrogé sur les défaillances et les limites de la discussion délibérative. On a exploré, par contraste, les mérites de mécanismes que l’on peut considérer comme des alternatives à la discussion : la sommation de l’information et la concurrence. Les performances des marchés de prédiction ont servi à illustrer les succès de tels mécanismes. On a aussi examiné, dans la même perspective, l’idée plus ancienne de la concurrence conçue comme un mécanisme de découverte (F. Hayek). On a analysé, ensuite, les rapports entre la discussion et la délibération. On s’est appuyé sur l’étude de A. Lilti pour montrer en quoi la conversation et la sociabilité des salons parisiens du XVIIIe siècle pouvaient difficilement tenir lieu de modèle à la délibération. Deux séances ont été consacrées, avec l’aide de Charles Girard, aux travaux de Joshua Cohen sur le pluralisme raisonnable et la notion de raisons acceptables par autrui. Enfin, un exposé de Julien Talpin sur les expériences de budget participatif a clos le séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Manin et Philippe Urfalino, « Institution de la délibération », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 150.

Référence électronique

Bernard Manin et Philippe Urfalino, « Institution de la délibération », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19142

Haut de page

Auteurs

Bernard Manin

Articles du même auteur

Philippe Urfalino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals