Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Révolutions militaires et « révolution dans les affaires militaires »

André Brigot, Laurent Henninger et Maurice Ronai
p. 151

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Brigot, professeur certifié
Laurent Henninger, chargé de mission au Centre d’études d’histoire de la défense
Maurice Ronai, ingénieur de recherche

Révolutions militaires et « révolution dans les affaires militaires »

1La notion de révolution militaire a été fortement mobilisée ces dernières années avec, depuis 1992-1993, l’apparition de la « Révolution dans les affaires militaires » (RMA, en cours ou à venir, fondée sur l’informatisation du champ de bataille). La proclamation de cette RMA a relancé un débat jusqu’alors limité aux seuls historiens.

2Le concept de « révolution militaire » est, depuis environ quinze ans, l’objet d’une controverse au sein de la communauté des historiens de l’époque moderne. Aujourd’hui, tous les acteurs de ce débat chez les historiens s’accordent au moins à reconnaître que les façons et les moyens de faire la guerre des Européens ont connu des changements majeurs dans une période s’étendant grossièrement de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle. De nombreux écrits produits durant la décennie passée ont utilisé le concept de révolution militaire pour l’appliquer à d’autres moments historiques que l’époque moderne : apparition de l’infanterie moderne à la fin de l’âge de bronze, « révolution hoplitique » grecque, révolution de la féodalité et de la chevalerie (durant le Haut-Moyen Âge), etc. Les historiens militaires contemporanéistes, quant à eux, ne se sont approprié ce concept que depuis bien plus récemment et ont étudié les « révolutions militaires » liées à l’industrialisation et à la mécanisation de la guerre et des opérations. La notion de « révolution militaire » présente plusieurs mérites : elle met en perspective les événements, les techniques et les évolutions stratégiques et militaires et les replace dans la « longue durée » historique. Elle permet aussi de (re) faire de la guerre et de la chose militaire un fait social global.

3Le séminaire se propose d’interroger cette notion. À quelles conditions peut-on parler de révolution militaire ? À quoi les reconnaît-on ?

4Le séminaire a consacré plusieurs séances à l’examen de changements dans l’art de la guerre : à la fin de l’Âge de bronze, aux XIVe et XVe siècles en Europe occidentale et centrale avec la « renaissance de l’infanterie » et l’apparition et le développement des armes à feu. L’examen des « Guerres coloniales en Amérique du Nord au XVIIIe siècle » a mis relief le choc de cultures tactiques, indiennes, françaises et britanniques.

5Plusieurs séances ont été consacrées aux aspects plus contemporains : l’émergence récente du thème de l’American Warrior dans la littérature officielle des forces armées américaines et les remaniements en cours de l’éthos guerrier, l’exaltation de la supériorité militaire et des représentations de la « Révolution dans les affaires militaires » dans la culture populaire américaine, principalement à travers les fictions hollywoodiennes.

Site web

  • http://tagis.typhon.net
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Brigot, Laurent Henninger et Maurice Ronai, « Révolutions militaires et « révolution dans les affaires militaires » », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 151.

Référence électronique

André Brigot, Laurent Henninger et Maurice Ronai, « Révolutions militaires et « révolution dans les affaires militaires » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19143

Haut de page

Auteurs

André Brigot

Articles du même auteur

Laurent Henninger

Articles du même auteur

Maurice Ronai

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals