Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 177-178

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

Héros, fondateurs et pères de la nation : la fabrication des grands hommes dans l’Afrique moderne

1Cette année a été principalement consacrée à l’itinéraire et aux représentations de Léon Mba (1902-1967), une figure exceptionnelle dans la galerie en cours de construction des « grands hommes » de l’histoire de l’Afrique au XXe siècle. Le premier président de la République Gabonaise appartient à la génération des fondateurs, celle des Félix Houphouët-Boigny, Léopold Sédar Senghor, Jomo Kenyatta, Kwame Nkrumah et autres Cyril L. R. James. Mais, à la différence de ses pairs, aucune victoire n’est, à première vue, attachée à son nom, qu’il s’agisse de la lutte contre le colonialisme ou du combat pour l’unité africaine, les deux facteurs de mobilisation qui ont vu les sociétés africaines du XXe siècle accéder à cette historicité que les traites négrières, l’esclavage et la colonisation leur avaient successivement niée. Décrit souvent comme le représentant typique de « l’idéologie de la dépendance » (Brian Weinstein) qui serait le pendant africain du « néocolonialisme » de la France gaullienne, il est accusé aussi d’avoir été, comme Félix Houphouët-Boigny en Afrique occidentale, le fossoyeur du projet panafricain visant à transformer en États indépendants les fédérations construites par la colonisation (Afrique Équatoriale Française et Afrique Occidentale Française) en vue de préparer la constitution d’un « État fédéral africain » (Cheikh Anta Diop) surmontant les frontières issues de la colonisation. C’est une image tout à fait différente qu’a dressée de lui le sociologue Georges Balandier dans sa Sociologie actuelle de l’Afrique noire (1955) et dans son Afrique ambiguë (1957) : l’image précisément d’une ambiguïté assumée et productrice d’effets. « Indigène évolué », selon le vocabulaire colonial, écrivain remarqué, fonctionnaire « moderne », Léon Mba a été aussi, en tant qu’auteur du fameux Essai sur le droit coutumier pahouin (1938) et en tant que chef supérieur des Fang, élu clandestinement en 1946, l’« inventeur » de l’identité collective fang en lieu et place des particularités et particularismes lignagers et claniques qui avaient, jusqu’à ses initiatives, caractérisé la société fang. Adepte du culte bwiti, il fut aussi franc-maçon et proche, dans sa jeunesse, du Parti communiste français. Condamné à la déportation en Oubangui-Chari par l’administration coloniale, il fut parmi les derniers, dans l’Afrique française, à rallier le projet d’indépendance. Politicien redoutable, il ne réussit pas à se faire élire député à l’Assemblée nationale française, comme le firent presque tous les « pères de l’indépendance » tels que Félix Houphouët-Boigny, dont il était très proche. Sa carrière politique s’est déployée sur trois échelles, locale (maire de Libreville), « national » (député à l’assemblée territoriale du Gabon et premier chef de gouvernement) et « régional » (exil en Oubangui-Chari dont il est devenu un notable et le premier écrivain « moderne » grâce à son Pont sur la Ouaka).

2L’étude de ce personnage a commencé par la présentation et l’analyse de la cérémonie organisée le 26 novembre 2007 à Libreville, à laquelle il m’a été donné de participer et au cours de laquelle fut inauguré le Mémorial Léon Mba avec le plus grand faste et au milieu de personnalités gabonaises et étrangères. L’examen détaillé de son itinéraire a permis, par la comparaison de ses postures, de ses déclarations et de sa pratique avec celles de ses homologues, d’esquisser les traits d’un personnage d’une singularité indiscutable : anticolonialiste mais non anti-français, il apparaît assurément comme un « nationaliste », dont le slogan préféré et effectivement mis en pratique – « Gabon d’abord ! » – n’a pas peu contribué à l’émergence d’une identité, voire d’une « nation » gabonaise.

3Le séminaire a reçu des conférenciers extérieurs : Honorat Aguessy (Université d’Abomey-Calavi, Bénin) sur le panafricanisme aujourd’hui ; Jean-Michel Mabeko Tali (Howard University, Washington), sur les identités politiques dans la lutte de libération de l’Angola et sur la question cabindaise.

Publications

  • « Ethnie, région, nation, race. Horizons et frontières des identités africaines », Heurs et malheurs de l’identité, Colloque de Fez (25-28 mai 2006), Tome II, Paris, Association Lacanienne Internationale, 2008, p. 243-264.
  • « Ce que sont ces “étranges amis de l’Afrique...” », préface à A. Bah Konaré (dir.), Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy, Paris, La Découverte, 2008, p. 9-18.
  • « Préface » à G. Bonacci, Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Éthiopie, Paris, Scali, 2008, p. 5-10.

Productions audiovisuelles

  • Littérature africaine. Cinquante ans d’écriture (1950-2008), coffret de 3 cd, avec Philippe Sainteny, Paris, Frémeaux et Associés, 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 177-178.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19173

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals