Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Frontières et dynamiques de transterritorialisation : approches historiques et anthropologiques

Elikia M’bokolo et Élisabeth Maino
p. 179

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études
Élisabeth Maino, chargée de cours à l’INaLCO

Frontières et dynamiques de transterritorialisation : approches historiques et anthropologiques

1Le séminaire s’est attaché à poursuivre la construction conceptuelle de la notion de transterritorialisation en élargissant la réflexion théorique à la question des frontières, appréhendée tant au sens propre qu’au sens figuré du terme. Afin de clarifier le statut scientifique du lexique utilisé, plusieurs séances ont été consacrées à l’analyse des savoirs produits sur les concepts d’espace, de territoire et de diaspora, montrant notamment comment les diverses disciplines (philosophie, anthropologie, histoire, géographie, droit, économie, etc.) ont forgé des paradigmes de lecture des sociétés en décortiquant les mécanismes producteurs de territoires identitaires et/ou d’identifications territoriales. On a ainsi examiné l’articulation des notions d’espace et de frontières aux circulations, aux flux migratoires qu’ils engendrent, dans une perspective de longue durée qui mobilise les dimensions temporelles, perçues non pas comme séquences linéaires, mais comme fragments qui se chevauchent. À partir de cette élaboration, la notion de « transterritorialisation » a été proposée comme un type de processus générateur de nouvelles situations sociales et de représentations collectives. Ensuite, on a comparé ce terme à celui plus usité de « transnationalisation », souvent employé pour désigner des phénomènes transfrontières à caractère collectif lorsqu’il faudrait plutôt parler de transétatisation. Dans un autre registre, il a été confronté aux concepts de métissage, d’hybridation et de créolisation afin de montrer en quoi non seulement ils ne sont pas des simples synonymes, mais également pourquoi les dynamiques de transterritorialistion peuvent subsumer les autres aspects (politiques, culturels, économiques, etc.). Des études empiriques ont été présentées en prenant comme objet les rapports entre identité et musique « africaine » à Sâo Tomé e Príncipe et à Bahia, au Brésil. Deux intervenants ont prolongé la réflexion sur la problématique : Maud Laëthier (chargée de recherche à l’IRD) a présenté un exposé intitulé Migration et territorialisation. De l’organisation de l’espace habité aux constructions identitaires des migrants haïtiens en Guyane. Jean-Michel Mabeko Tali (professeur à Howard University, Washington) a tenu deux conférences : « Entre discours et étiquettes : Identités politiques et lutte de libération en Angola (1960-1975) » et « La question cabindaise et le processus de paix en Angola ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo et Élisabeth Maino, « Frontières et dynamiques de transterritorialisation : approches historiques et anthropologiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 179.

Référence électronique

Elikia M’bokolo et Élisabeth Maino, « Frontières et dynamiques de transterritorialisation : approches historiques et anthropologiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19174

Haut de page

Auteurs

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Élisabeth Maino

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals