Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

L’Afrique au XXe siècle

Elikia M’bokolo, Éloi Ficquet, José Kagabo, Catarina Madeira Santos et Marie Miran
p. 182-183

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études
Éloi Ficquet, José Kagabo, maître de conférences
Catarina Madeira Santos, Marie Miran, maîtres de conférences

Histoire comparée du fait colonial

1Les séances du séminaire n’ont pas suivi de fil thématique conducteur, mais ont privilégié au contraire la multiplicité des objets, des échelles d’analyse et des chronologies. Les séances ont été animées par les responsables du séminaire et quelques invités. Notre approche plurielle et pluricentrée a nourri l’ambition première de ce séminaire collectif, qui vise à susciter le débat autour de l’histoire des colonisations en Afrique. José Kagabo s’est intéressé aux « Pionniers et héritiers de la colonisation en Afrique orientale ». Soulignant l’importance de l’apprentissage de la colonisation, il s’est montré critique des lectures cloisonnant les différentes colonisations, mettant en lumière le fait que les savoirs se transmettent d’un colonisateur à un autre : ainsi des Swahili, des Portugais et des Belges. Cette perspective ne saurait se réduire au cas africain ; elle se retrouve en d’autres espaces et expériences coloniales. Éloi Ficquet dans sa séance intitulée « Les cinq (ou six ?) colonisations de la Somalie » a brossé un vaste tableau comparatif, dans le temps (XVIe-XIXe siècle) et dans l’espace (la Somalie actuelle intégrant divers territoires historiques), des colonisations « éthiopienne »/amhara, ottomane/arabe et européennes dans la corne de l’Afrique. Jean-Michel Mabeko Tali a proposé une lecture comparée des colonisations du Congo et de l’Angola (XVe-XXe siècle), détachant les convergences et les divergences de l’histoire de ces deux pays, dont certains territoires partagent une histoire commune, rarement abordée par l’historiographie. Catarina Madeira Santos a présenté sa recherche sur « L’appropriation de l’écriture par les Ndembu en Angola, dans la longue durée (XVIIe-XXe siècle) ». En brisant les lectures dichotomiques oral/écrit, elle a décrit le processus par lequel certaines sociétés africaines qui ne connaissaient pas l’écriture s’y sont mises, d’abord pour entretenir des rapports politiques avec les autorités coloniales, puis pour enregistrer des concepts ou des institutions africaines. Marie Miran a proposé une séance intitulée « Construire la ville coloniale : urbanisme et architecture en Afrique francophone ». Son interrogation a porté sur la traduction matérielle du projet colonial français dans l’environnement urbain d’Alger, à l’appui de sources iconographiques variées (plans, photographies, croquis, peintures, etc.). Laura Mitchell s’est penchée pour sa part sur l’Afrique du Sud et les hésitations dans la gestation de la formation de la société coloniale du XVIIIe siècle. « Morality for colonial girls » a proposé une étude de cas, à partir de documents de nature juridique, éclaircissant les mécanismes locaux de discipline et les formes de communication des colons avec les populations africaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, Éloi Ficquet, José Kagabo, Catarina Madeira Santos et Marie Miran, « L’Afrique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 182-183.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, Éloi Ficquet, José Kagabo, Catarina Madeira Santos et Marie Miran, « L’Afrique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19178

Haut de page

Auteurs

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Éloi Ficquet

Articles du même auteur

José Kagabo

Articles du même auteur

Catarina Madeira Santos

Articles du même auteur

Marie Miran

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals