Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire des traites et des esclavages

Jean Hébrard et Myriam Cottias
p. 199-200

Texte intégral

Jean Hébrard, professeur associé
Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS

Histoire sociale et culturelle des esclavages (Brésil, Caraïbes)

1Le séminaire a été consacré aux dynamiques sociales et culturelles des sociétés esclavagistes et post esclavagistes et, en particulier, aux effets induits par les affranchissements lorsqu’ils deviennent suffisamment nombreux pour constituer une classe intermédiaire d’hommes et de femmes appelés « libres de couleur » dans la Caraïbe française et « libertos » au Brésil. Cela supposait que l’on ait d’abord une idée précise de la complexité et de la diversité des processus d’affranchissement. Cela a été possible grâce à une étude comparative des manumissions au Brésil, aux Antilles, à Saint-Domingue et à Saint-Louis du Sénégal. Cette approche a permis non seulement de dégager les ambiguïtés des législations et des coutumes mais aussi les processus plus ténus qui viennent s’inscrire dans les marges de l’affranchissement et dont certains reconstruisent des systèmes de domination qui ne sont pas sans rappeler les sociétés esclavagistes traditionnelles de l’Afrique.

2Dans un deuxième temps, nous avons étudié les reconstructions d’identités qui suivent les manumissions en centrant notre attention sur deux phénomènes complémentaires et quelquefois antagonistes : l’imposition d’une « couleur », d’une « nation » et d’un nom aux esclaves comme aux ex-esclaves et, réciproquement, l’appropriation de ces mêmes catégorisations de la personne par les esclaves et ex-esclaves eux-mêmes. La comparaison dans des sociétés de tradition ibérique et de tradition française a été cette fois encore éclairante : Catarina Madeira Santos (EHESS) d’un côté, Florence Gauthier (Université Paris-VII) de l’autre, nous ont aidés à mieux analyser ces phénomènes. Martha Jones (Université du Michigan) nous a permis de contraster ces phénomènes dans le cas bien particulier des esclaves transportés de Saint-Domingue à New York pendant la Révolution haïtienne. La « mémoire » de l’esclavage garde des traces de ces stigmatisations transformées en nouvelles identités. Nous avons pu en voir les effets grâce aux interventions de Luz Adriana Maya Restrepo (Université des Andes à Bogota) pour la Colombie, de Hebe Maria Mattos (Université fédérale Fluminense) pour le Brésil du sud-est, de Laurent Dubois (Duke University) pour la France postcoloniale et de Bogumil Jewsiewicki (Université de Laval) d’une manière plus globale.

3L’année s’est terminée avec une introduction aux problématiques de l’écriture de l’histoire de l’esclavage et de sa mémoire qui introduisait au programme prévu pour 2008-2009.

Publications

Myriam Cottias

  • Avec Arlette Farge, De la nécessité de rétablir l’esclavage en France. À propos d’un texte anonyme de 1797, Paris, Bayard, 2007.
  • La question noire. Une construction coloniale, Paris, Bayard, 2007.
  • « El silencio de la Nacion. Las « viejas Colonias » como lugar de definicion de los dogmas republicanos (1848-1905) », sous la dir. d’Élisabeth Cunin, Textos en diaspora. Una antologia sobre afrodescendientes en America, editora, México : Instituto Nacionalle Ântropologia e Historia : Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos. (traduction et texte révisé), 2008.
  • « De l’esclavage à la dépendance : essai sur une relation coloniale », Cahiers du Centre de recherches historiques, Octobre, n° 40, 2007, p. 143-161.
  • « Ces « hommes dangereux » de 1848. L’amnistie à l’épreuve de l’abolition de l’esclavage de 1848 », Genèses, n° 66, mars 2007.
  • Victor Schoelcher, Dictionnaire des colonisations, Larousse, 2007.
  • Esclavage, Dictionnaire des colonisations, Larousse, 2007.
  • « Free but minor : Slave women, citizenship, respectability and social antagonism », dans The French Antilles (1830-1890), dans Women and slavery, vol. II, New worlds of atlantic commerce, slavery, and women : Brazil, Caribbean, and Nord America, sous la dir. de G. Campbell, S. Miers et J. Miller, Athens OH, Ohio University Press, 2007.
  • « Oubli, pardon et ressentiment : la citoyenneté à la Martinique (1848-1850) », dans Esclavage et dépendances serviles : histoire comparée, sous la dir. de M. Cottias, A. Stella et B. Vincent, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 147-162.
  • « Introduction », dans Esclavage et dépendances serviles : histoire comparée, sous la dir. de M. Cottias, A. Stella et B. Vincent, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 7-18.

Jean Hébrard

  • Avec Rebecca J. Scott « Servitude, liberté et citoyenneté dans le monde atlantique des XVIIIe et XIXe siècles : Rosalie de nation Poulard... », Revue de la Société Haïtienne d’Histoire et Géographie, 83e année, n° 234, juillet-septembre 2008, p. 1-52.
  • « L’esclavage au Brésil : retour à l’archive. Nouvelles approches de l’historiographie brésilienne », dans Cahiers du Brésil contemporain, sous la dir. de Sidney Chalhoub et Silvia Hunold Lara, 2007 p. 65-66 et 67-68, 410 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Hébrard et Myriam Cottias, « Histoire des traites et des esclavages », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 199-200.

Référence électronique

Jean Hébrard et Myriam Cottias, « Histoire des traites et des esclavages », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19193

Haut de page

Auteurs

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Myriam Cottias

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals