Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne

Christian Lamouroux
p. 208-209

Texte intégral

Christian Lamouroux, directeur d’études

Lettrés, artisans, marchands et militaires : la construction de l’État bureaucratique (XIe-XIVe siècle)

1Bureaucrates, artisans et marchands : le travail non agricole dans la Chine médiévale. Le séminaire a été consacré à l’étude du travail spécialisé qui était mené dans les ateliers publics de l’armement. Ceux-ci étaient en charge d’une production stratégique à grande échelle qui n’alimentait pas de marchés. On a d’abord étudié l’organigramme des bureaux et des ateliers : placé longtemps sous la responsabilité des bureaux des finances, l’armement revint dans le giron du ministère des Travaux publics (gongbu) après la réforme administrative de 1082. On a ensuite suivi les discours réformateurs qui apparaissent dès le milieu du XIe siècle : les auteurs proposent de réorganiser le travail dans les ateliers de façon à limiter l’augmentation des effectifs des travailleurs, tout en garantissant des gains de productivité et une réduction des coûts. On a étudié deux aspects qui étaient mis en avant dans cette politique : l’importance de la réflexion comptable pour les prises de décision, y compris dans son sens le plus technique (calcul de quotas, des quantités de travail par individu, des prix de revient, inventaires comparatifs), et ce tant au niveau des administrations centrales que régionales ; le souci de discipliner les hommes au travail dans les ateliers comme les personnels chargés de leur encadrement. Du fait de la pro-fessionnalisation de l’armée depuis les Tang, les soldats apparaissent comme étant engagés dans des services qui permettaient précisément de faire face à la production spécialisée. Dans ces conditions, le travail dans ce secteur stratégique est une catégorie réglementaire, liée à des obligations de service. Autrement dit, il s’agissait d’un travail réglementé proche des corvées en travail, même si les services étaient éventuellement rétribués ; les hommes qui s’y adonnaient étaient soumis à une discipline. Cette forme de travail réglementé a été replacée dans le contexte général de stigmatisation des « oisifs » (youduo), dont l’existence constituait un problème permanent aux yeux de l’administration. Celle-ci dénonçait en particulier l’oisiveté de ceux qui avaient quitté le travail de la terre, y compris parce qu’ils n’avaient plus les moyens de la cultiver. Or, la gestion d’une partie de cette population mobile avait apparemment conduit l’administration à entretenir très tôt une catégorie de soldats, les « auxiliaires » (shengyuan), dévolus à des services (gardes, escortes, messagerie) sans appartenir aux cadres combattants. Grâce aux travaux de You Biao et de Paul Smith, on s’est interrogé sur les liens qui ont pu exister entre la réglementation qui encadre et précise le statut de ces auxiliaires à partir des années 1070 et la remilitarisation de la société au même moment : à côté des auxiliaires militaires, qui étaient maintenus du fait d’une défiance générale vis-à-vis des « oisifs », est apparue une solide et importante couche de chefs de sections ou capitaines de compagnies, issus de la classe des propriétaires fonciers, soutenus par une milice régulièrement détachée de la vie agricole, profitant largement de la vie urbaine et des largesses de l’administration. Dans ce contexte, il est possible que le développement des travailleurs militaires ait participé d’une structuration plus générale de la société, sur la base des nouveaux rapports établis entre les foyers ruraux et l’administration locale du fait de l’exemption des corvées et de l’essor du système de contrôle baojia. Dans ces conditions, les anti-réformateurs percevaient que la nouvelle stratification rendait vaine toute tentative de restauration des anciennes institutions. C’est précisément sur ce dernier point que M. Ji Xiaobin est intervenu dans le cadre du séminaire en présentant une conférence intitulée « Politics and conservatism in northern song China ». L’enseignement du séminaire a trouvé son prolongement naturel dans deux interventions : l’une, « L’armement dans la Chine des Song : le Palais, la capitale et les régions », dans le cadre du séminaire collectif « La discipline au travail. Approches historiques » (Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu), et l’autre, « De l’usage des mathématiques dans la parole impériale en Chine », dans le cadre du séminaire du PRI « Mathématiques et histoire » animé par Giovana Cifoletti.

Publications

  • « Bureaucratie et monnaie dans la Chine du XIe siècle », dans La monnaie dévoilée par ses crises, sous la dir. de Bruno Théret, vol. I : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2007, p. 171-204.
  • Avec Guillaume Carré et Zeynep Ylldirim, « Crises monétaires et unification politique des territoires », ibid, p. 165-169.
  • Avec Jean Andreau, Guillaume Carré et Jean-Michel Carrié, « La fiduciarité des monnaies métalliques : une comparaison historique », ibid, ch. 7, p. 265-303.
  • « “Old Models”, Court culture and antiquity between 1070 and 1125 in northern cong China », dans Perceptions of antiquity in Chinese civilization, sous la dir. de Dieter Kuhn et Helga Stahl, Édition forum, Heidelberg, 2008, p. 291-319.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 208-209.

Référence électronique

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19199

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals