Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Archéologie et histoire ancienne de l’Asie du Sud-Est

Pierre-Yves Manguin
p. 214-216

Texte intégral

Pierre-Yves Manguin, directeur d’études à l’EFEO

Les échanges protohistoriques dans le golfe du Bengale : moyens, acteurs, flux

1En raison de l’affectation d’un an du directeur d’études par l’EFEO auprès de l’Asia research institute (National University of Singapore), les conférences n’ont pu reprendre qu’en début de second semestre. Au cours de ces conférences, nous avons poursuivi l’étude des modalités des échanges hauturiers qui, après le Ve siècle av. EC environ, et tout au long du millénaire qui a suivi, se sont développés entre les deux rives du golfe du Bengale, avec toujours pour objectif d’appréhender la part de ces contacts dans les profondes transformations qui affectent alors les systèmes politiques de l’Asie du Sud-Est. Comme l’année dernière, nous avons continué d’examiner, à la lumière des découvertes archéologiques de ces vingt dernières années, les moyens techniques de ces échanges. Trois de nos étudiants étant engagés pour leur master ou pour leur thèse sur des études de corpus céramiques, nous nous sommes cette année largement étendus sur l’étude de la céramique dans les échanges de l’Asie du Sud-Est avec l’Inde ou la Chine. Nous avons commencé par montrer comment les céramiques qui apparaissent dans les sites archéologiques sur les deux rives du Golfe du Bengale entre le IVe siècle av. EC et le IVe siècle EC s’inscrivent dans un contexte bien plus large d’échanges culturels et économiques. Nous avons montré aussi comment d’autres, tels Sunil Gupta ou Bérénice Bellina, postulaient de même l’existence dans le golfe du Bengale d’une sphère d’interaction et construisaient à partir de là divers modèles pour redéfinir les termes de l’« indianisation » de l’Asie du Sud-Est. Après quelques cinquante ans de recherches sur les sites de la préhistoire tardive et de la protohistoire en Asie du Sud-Est, depuis que les premières céramiques « roulettées » indiennes y ont été identifiées, on est à même aujourd’hui de raisonner sur des données chiffrées. Si ces chiffres ne permettent pas de calculer les volumes totaux des échanges, du moins peut-on les comparer à ceux fournis par les fouilles du début des VIIIe-XIIe siècle EC. On sait que le rôle des échanges avec la Chine – avec la part importante des céramiques dans les cargaisons – a permis de construire des modèles efficaces pour le développement des États côtiers de la région et que certains archéologues ont tenté de transposer de tels modèles pour la période antérieure, dominée par les échanges avec l’Inde. Nos réflexions ont donc porté sur la comparaison des données de ces deux périodes, pour tester la validité de ces modèles. Quand les échanges marchands prennent-ils une importance suffisante pour que les surplus qui s’en dégagent (en valeur sociale ou économique) affectent durablement les sociétés sud-est asiatiques qui en sont les acteurs ou les bénéficiaires ? Force est de constater que les seuls chiffres fournis par les assemblages céramiques (les seuls dont on dispose, malheureusement), ne permettent pas de conforter le bien fondé de ces modèles. Seules les céramiques indiennes dites « roulettées » se retrouvent en quantité notable (celles à pâte fine comme les autres) : or, tous sites sud-est asiatiques confondus, en un demi-siècle de recherches, on arrive à un total de quelque trois mille tessons (soit une soixantaine d’assiettes), chiffre qu’on atteint par exemple à Sumatra-Sud sur un seul secteur de fouilles, pendant un seul mois de campagne, pour les pièces chinoises des VIIIe-XIIe siècle. On voit que le compte n’y est pas. Si cet argument ne suffit pas seul à remettre en cause les modèles de formation de l’État adossés au développement des échanges hauturiers, du moins est-on en droit de conclure que ce n’est pas la valeur marchande de ces rares céramiques qui pouvait dégager des surplus économiques suffisants. Ceci n’exclut pas bien sûr le rôle social qu’elles ont acquis chez divers peuples d’Asie du Sud-Est, pour apparaître ainsi de façon régulière dans les contextes funéraires ; il est lui-même indicatif de la plus-value sociale induite par ces échanges – quel que soit leur valeur en termes strictement marchands. Plusieurs étudiants ont eu l’occasion de présenter en public l’avancement de leurs recherches : Guillaume Epinal (master 2 EHESS) sur le corpus céramique du site de Batujaya (Java-Ouest), sujet du mémoire qu’il a brillamment soutenu en septembre 2008 ; Phaedra Bouvet (doctorante Paris-X) sur les céramiques indiennes et « indianisantes » dans les assemblages des sites de Khao Sam Kaeo (Thaïlande péninsulaire) et Batujaya (Java-Ouest) ; Brice Vincent (doctorant, Paris-III), sur les bronzes khmers ; Nathalie Ong (doctorante Paris-III) sur les reliefs des temples de Prambanan à Java-Centre.

Publications

  • « Guanyu Funan guo kaogu xin yanjiu – weiyu Meigong he sanjiaozhou de Woao (Oc Eo, Yuenan) yizhi 关于扶南国的考古学新研究-位于湄公河三角洲的沃澳 (Oc Eo 越南,) 遗址 [Nouvelles recherches archéologiques sur le Funan : Les sites de Oc Eo dans le delta du Mékong (Viêt Nam)] » sous la dir. de Chen Xingcan 陈星灿 et Michela Bussotti , Kaogu fajue yu lishi fuyuan 考古发掘与历史复原 [Découvertes archéologiques et reconstitution de l’histoire]. Numéro spécial de Faguo hanxue 法国汉学 [Sinologie française], 11, 2006, p. 247-266.
  • « Welcome to Bumi Sriwijaya, or the building of a provincial identity in modern Indonesia », Working Paper Series #102. Singapore, Asia Research Institute, National University of Singapore, 2008, 18 p. http://www.ari.nus.edu.sg/​publication_details.asp ?pubtypeid=WP&pubid=823.
  • « Funan and the Archaeology of the Mekong River Delta », dans Vietnam, from Myth to Modernity, sous la dir. de Heidi Tan, Singapore, Asian Civilisations Museum. 2008, p. 24.
  • « Southeast Sumatra in protohistoric and Srivijaya times : Upstream-downstream relations and the settlement of the peneplain », dans From Distant Tales – Archaeology and ethnohistory in the Highlands of Sumatra, sous la dir. de D. Bonatz et J. Miksic, Cambridge, Academic press, sous presse (soumis et accepté, juin 2007).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Manguin, « Archéologie et histoire ancienne de l’Asie du Sud-Est », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 214-216.

Référence électronique

Pierre-Yves Manguin, « Archéologie et histoire ancienne de l’Asie du Sud-Est », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19209

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Manguin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals