Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des sociétés urbaines et histoire des territoires germaniques au Moyen Âge

Pierre Monnet
p. 226-229

Texte intégral

Pierre Monnet, directeur d’études

Histoire des sociétés urbaines et histoire des territoires germaniques au Moyen Âge

1Dans la continuité thématique des années précédentes, le séminaire s’est proposé, sur un plan général, d’observer et de caractériser l’organisation des sociétés urbaines dans le Saint-Empire au Moyen Âge en lien avec l’évolution territoriale et politique des composantes royales et princières de l’ensemble. Dans le prolongement des séminaires consacrés depuis deux ans aux ligues urbaines et à l’insertion des villes dans un Empire recomposé par la Bulle d’or de 1356, les séances se sont concentrées sur les questions de « constitution » en ville, au sens de « Verfassung », une notion qu’il a été opportun de revisiter dans toutes ses dimensions historiographiques.

2Le point de départ de la réflexion a résidé dans l’étude fouillée et la traduction ligne à ligne d’un traité de bon gouvernement, rédigé en moyen-haut-allemand par Johannes von Soest en 1495 entre Worms et Francfort et qui, en vingt et un articles accompagnés de commentaires et de sentences en latin, décline point par point la meilleure manière, pour les gouvernants comme pour les gouvernés, de constituer une parfaite cité. Ce texte a d’abord été remis dans le contexte plus général de rédaction de quelque quarante traités comparables rédigés entre le milieu du XIVe siècle et la fin du XVe siècle dans les aires flamande et germanique. Tout en subissant l’influence des idées colportées par le droit romain, alors en pleine réception dans les villes, ces traités formulent l’idée originale d’un bien commun du gouvernement et de la bonne constitution de la cité adaptée à la situation spécifique de villes au profil social complexe et caractérisées par l’entrelacement des juridictions. Plus spécialement, le texte de 1495 montre l’adaptation du discours du bien commun et de la bonne constitution au cas spécifique des villes d’Empire, gouvernées par un Conseil qui agit sous le contrôle et la dépendance directe mais lointaine du roi et empereur. Il en résulte une conception de l’utilitas publica urbaine comme valeur, motif idéologique, notion juridique mais aussi principe de légitimation, d’obligation et de limitation, voire de sanction, tout ensemble, du pouvoir communal. C’est par la mise par écrit et la réforme fréquente de sa constitution que la ville médiévale parvient à recevoir et à travailler le message politique aristotélicien d’une vie bonne accordée à une société des pouvoirs, des familles et des individus, au terme de laquelle une notion de res publica se situe, dans le droit fil et l’héritage de Thomas d’Aquin, de Marsile de Padoue et de Gilles de Rome, puis de Nicolas le Cusain, pour ne citer que les auteurs accueillis et commentés dans les traités urbains de bonne constitution et de bon gouvernement. Ces deux derniers thèmes sont une constante de la pensée politique médiévale et de la culture urbaine de gouvernement qui cherche le meilleur moyen de lier l’idée de communauté et la notion de représentation, autour de la question centrale de la meilleure forme d’expression de la volonté collective.

3Des exemples concrets ont été empruntés, soit aux Polizeiordungen et Luxusordnungen des villes allemandes (ordonnances de police et règlements somptuaires), soit aux reprises de rédaction et de réforme des textes constitutionnels en ville (Verbundbrief de 1396 à Cologne), soit aux textes réglant la désignation et l’élection des conseillers en ville (tout en tenant compte des programmes iconographiques qui pouvaient les accompagner, sur les Hôtels de la ville par exemple, en se fondant sur le motif des sept princes-électeurs désignant le roi des Romains depuis la Bulle d’or de 1356).

4Chaque fois, compte tenu du fait que le lien politique au Moyen Âge, et la ville ne déroge pas à cette conception, est décrit sur un autre mode que le nôtre, soit avant tout celui de l’amitié et de l’amour (caritas), qui recoupe ici la cité conçue comme une fraternitas. La caritas doit agir comme principe d’intégration du citoyen, membre de la fraternitas, dans la civitas. Mais ces traités, tout comme la constitution urbaine elle-même, sans cesse refaite, traduisent la fragilité du lien civique au Moyen Âge, son écartèlement entre la passion et la raison, et ce dans le cadre spécifiquement urbain de la pluralité des appartenances à des communautés multiples (paroisse, commune, confrérie, seigneurie, guilde, lignage, clan...).

5Des invités extérieurs sont venus éclairer, par un biais ou un autre et toujours dans le souci de la comparaison géographique, l’articulation de ces appartenances multiples et leur répercussion sur le règlement des conflits : juridiction gracieuse dans les villes allemandes avec Julien Demade (CNRS, Paris), conflits et concurrences économiques à Bordeaux avec Michel Bochaca (Université de La Rochelle), bon gouvernement et réforme de l’État entre France et Empire avec Gisela Naegle (Giessen/Paris), rapports politiques et juridiques des villes à la royauté en Castille avec Hipolito Rafael Oliva Herrer (Université de Séville), liens de paternité dans les villes allemandes avec Aude-Marie Certin (Paris).

6Enfin, deux exposés sont venus présenter les spécificités des modes d’urbanisation et d’organisation sociale des villes en Norvège au Moyen Âge, grâce à Richard Arthur Holt (Université de Tromsö) et Lars Ivar Transen (Université de Tromsö).

Publications

  • Sous la dir. de J. Jarnut et Bernd Schneidmüller, Usages et mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle, Uses and abuses of the middle Age : 19th-21th Century, Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.-21. Jahrhundert, Paderborn, 2008.
  • « Les élites urbaines et leur espace dans les villes d’Allemagne à la fin du Moyen Âge », dans Mercado immobiliario y paisajes urbanos en el Occidente Europeo (siglos XI-XV). XXXIII. Semana de Estudios Medievales de Estella, Pamplona, 2007, p. 301-346.
  • « La mission historique française en Allemagne de Göttingen », dans Deutsch-Französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert, sous la dir. d’Ulrich Pfeil, München, Oldenbourg, 2007, p. 339-365.
  • « Charlemagne à Francfort : VIIIe-XVe siècle. Mémoire et espace urbain », dans Robert Folz (1910-1996). Ein Mittler zwischen Frankreich und Deutschland. Actes du colloque « Idée d’Empire et royauté au Moyen Âge : un regard franco-allemand sur l’œuvre de Robert Folz » (Dijon, 2001), sous la dir. de Franz J. Felten, Pierre Monnet, Alain Saint-Denis, Stuttgart, 2007 (Geschichtliche Landeskunde, 60), 152 p., spéc. p. 117-130.
  • Articles : « Argent et monnaies », p. 54-55 ; « Commerce, foires et compagnies d’affaires », p. 201-202 ; « Communes et ligues urbaines », p. 205-206 ; « Forêt au Moyen Âge », p. 365-366 ; « Hanse », p. 453-454 ; « Histoire et historiographie en Allemagne au Moyen Âge », p. 486 ; « Italies allemandes », p. 547-548 ; « Luxembourg, Charles IV et Bohême », p. 682-683 ; « Symbolique d’Empire : insignes et joyaux », p. 1103-1105 ; « Villes : tissu et types urbains au Moyen Âge », p. 1182-1185, dans Dictionnaire du monde germanique, sous la dir. d’Élisabeth Décultot, Michel Espagne et Jacques Le Rider, Paris, Bayard, 2007.
  • « Le roi d’un rêve, le rêve d’un roi : Charles IV à Terenzo en 1333 », dans Le prince, l’argent, les hommes au Moyen Âge. Mélanges offerts à Jean Kerhervé, sous la dir. de Jean-Christophe Cassard, Yves Coativy, Alain Gallicé, Dominique Le Page, Rennes, PUR, 2008, p. 181-193.
  • « La ville et la guerre dans quelques cités de l’Empire aux XIVe et XVe siècles : de l’urgence immédiate à la mémoire identitaire », dans Villes en guerre XIVe-XVe siècles, sous la dir. de Christiane Raynaud, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 185-223.
  • « Le Saint-Empire entre regnum et imperium », dans Les Empires. Antiquité et Moyen Âge. Analyse comparée, sous la dir. de Frédéric Hurlet, Rennes, PUR, 2008, p. 155-180.
  • Avec Dominique Borne, « Figures européennes », Arpenteurs d’Europe, sous la dir. de Renée Herbouze, Paris, Actes Sud, 2008, p. 61-83.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines et histoire des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 226-229.

Référence électronique

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines et histoire des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19224

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals