Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire comparée de la gestion sociale, Angleterre-France, XXe siècle

Laura Lee Downs
p. 229-230

Texte intégral

Laura Lee Downs, directrice d’études

Enfance et guerre au XXe siècle

1À la fin du séminaire de l’année dernière, nous étions arrivés à la conclusion suivante : à côté des retraites ouvrières et des allocations familiales, les œuvres d’enfance dessinaient une troisième voie vers l’État providence, en France comme en Grande-Bretagne. Cette année, nous avons cherché à approfondir cette hypothèse en nous penchant sur un certain nombre de thèmes qui semblaient pertinents : la construction d’une politique sociale autour de l’enfance populaire dans le cadre de l’école républicaine à la fin du XIXe siècle ; l’évolution des pratiques d’« élevage » des enfants au tournant du siècle (la mise en nourrice, le placement familial par l’Assistance publique) ; le problème des enfants « difficiles » et délinquants ; la redéfinition de l’enfance à la confluence de la psychiatrie, de la médecine et de l’éducation en France et en Grande-Bretagne. Nous nous sommes attachés plus particulièrement à suivre l’élaboration d’une nouvelle science de l’enfant (surtout de l’enfant nécessiteux) qui s’est mise en place progressivement autour d’une série de nouvelles structures d’encadrement psychopédagogique et d’assistance sociale.

2Pour mieux saisir l’histoire de ces nouvelles structures, il fallait changer d’échelle, passer du niveau local, où les premiers programmes visant l’enfance populaire avaient pris forme aux niveaux national et transnational, où furent articulés les principes et les enjeux de cette action sociale autour de l’enfant. Ainsi, nous avons ouvert l’enquête avec une série d’études de cas locaux en France du début du XXe siècle. L’étude comparée des diverses pratiques socio-hygiéniques adoptées par les militant(e) s d’action sociale autour de l’enfance en milieu socialiste ou communiste, catholique ou laïque a fait resurgir la question de la place des idées eugéniques dans la politique sociale locale autour de l’enfant pauvre. Nous avons mis à profit quelques séances communes avec le groupe ESOPP (« Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé ») pour creuser la question de l’eugénisme français, dit « positif », et le placer dans un contexte comparatif transnational.

3Dans un deuxième temps, nous avons élargi la focale vers un certain nombre de comparaisons nationales entre politiques sociales de l’enfance populaire, insistant plus particulièrement sur la comparaison franco-britannique, afin de mieux préciser la place de telles politiques dans la configuration sociopo-litique. Tout cela a débouché sur une comparaison des relations entre l’État et la société civile en Grande-Bretagne libérale et en France républicaine, relations qui sont fondées sur des soubassements sociaux, politiques, économiques et culturels profonds qui peuvent être saisis à travers l’évolution des politiques de l’enfance.

4Enfin, nous avons parlé de la place du genre comme outil d’analyse dans l’histoire de l’enfance. Comme il s’agit d’un axe qui traverse toute histoire, on ne peut pas faire l’économie de cet outil quand on s’intéresse à l’histoire de l’enfance. Nous avons donc décidé de suspendre le séminaire sur l’enfance pendant un an afin de passer à l’examen systématique de l’outil genre et son utilité dans l’étude de la protection sociale. L’année prochaine, le séminaire sera donc convoqué sous l’égide du « Genre et la réforme sociale en perspective transnationale », séminaire qui sera animé par Marie Chessel et Laura Lee Downs.

Publications

  • « French history without gender ? », dans Writing contemporary history, sous la dir. de Robert Gildea et Anne Simonin, Londres, Hodder Arnold Press, 2008, p. 76-94.
  • « Si “femme” n’est qu’une catégorie sans contenu, pourquoi ai-je peur de rentrer seule le soir ? Les politiques de l’identité saisies par le sujet postmoderne », dans Ce que le genre fait aux personnes, sous la dir. de Pascale Bonnemère et Irène Théry, Paris, Éditions de l’EHESS, 2008, p. 45-73.
  • « Le Savoir-faire, a-t-il un sexe ? La construction des qualifications féminines dans les industries métallurgiques. France-Grande-Bretagne, 1914-1939 », dans L’égalité, a-t-elle un sexe ?, Université d’été d’Andorre, 2008, p. 22-41.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, « Histoire comparée de la gestion sociale, Angleterre-France, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 229-230.

Référence électronique

Laura Lee Downs, « Histoire comparée de la gestion sociale, Angleterre-France, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19225

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals