Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale et politique des populations

Paul-André Rosental
p. 242-244

Texte intégral

Paul-André Rosental, directeur d’études

Population, migrations et histoire politique

1La judiciarisation et la médiatisation du drame de l’amiante donnent le sentiment, relayé par les sciences sociales du contemporain, qu’il s’est produit un tournant décisif dans la reconnaissance et la réparation des maladies professionnelles en France. Au premier rang des nouveautés qu’elles font apparaître figure la sensibilisation de l’opinion publique. Jusque-là, son indifférence à la question de la santé au travail contrastait de manière criante avec le succès du thème de la « souffrance au travail », favorisé par la large diffusion dans le corps social d’une culture psychologique certes très vulgarisée, et par la réémergence d’une forte sensibilité antilibérale dans les années 1990.

2La montée en puissance du drame de l’amiante n’a pas seulement permis de contrebalancer ce relatif effacement des questions de santé au travail. Elle a aussi marqué l’avènement du règne du judiciaire, là où dominait jusqu’ici une approche politico-administrative : la lutte pour la reconnaissance des maladies professionnelles se jouait plutôt jusqu’ici dans des forums circonscrits rassemblant représentants de l’État, partenaires sociaux et experts. Par contraste, la multiplication des procès place au premier plan les associations de victimes. La cause de l’amiante s’extirpe du domaine exclusif du travail pour devenir une croisade de santé publique, aidée en cela par ses retombées dans la sphère privée (obligation légale de recherche d’amiante préalable à toute transaction immobilière par exemple). Les résonances et similarités avec l’histoire du sida une décennie plus tôt ne peuvent qu’aider à cette promotion, en faisant de la lutte pour la reconnaissance de l’amiante un emblème de la lutte de la société civile et de ses représentants, les associations, considérées comme étant à la pointe du combat contre l’utilitarisme des entreprises et contre l’indifférence ou la complicité de l’État.

3Au-delà de ces dimensions qui sont aussi les plus spectaculaires, la mobilisation contre les méfaits de l’amiante laisse transparaître l’importance croissante de l’Union européenne : l’opinion a pu apprendre à cette occasion qu’elle avait imposé à la France des seuils plus exigeants d’exposition des salariés à l’amiante et l’avait régulièrement sanctionnée financièrement, depuis les années 1980, pour la violation de ces mesures de précaution minimales. L’idée d’une ère radicalement nouvelle semble s’imposer, dans laquelle, comme pour beaucoup d’autres domaines, la santé au travail – une expression qui, elle-même, doit beaucoup à l’Europe – est de moins en moins le fait de la France et de plus en plus celui de Bruxelles.

4Le séminaire a été à la fois l’occasion de détailler cet argumentaire et de lui opposer un modèle d’analyse situé dans une histoire longue. Malgré leur sophistication, les modèles proposés de nos jours pour pointer l’émergence d’un nouveau régime de reconnaissance et de réparation des maladies professionnelles tendent à hypostasier des évolutions de très court terme et à leur prêter indûment un caractère inédit. À côté d’innovations indubitables comme la marche vers la judiciarisation, beaucoup de transformations résident plus dans le changement du paysage institutionnel que dans les dynamiques qu’il autorise – c’est le cas, par exemple, du régime d’expertise. Une clé de cette réflexion générale est la place de la dimension transnationale dans la gestion du problème. Souvent omis d’études volontiers franco-françaises, le rôle des organismes internationaux (BIT, OMS, UE, etc.), y compris associatifs et syndicaux, ne fait, lui aussi, que rejouer des mécanismes qui se sont construits et ont déjà opéré dans le passé.

5Le séminaire a bénéficié d’une intervention de Charles de Froment (doctorant EHESS-ESOPP) sur l’histoire de la légalisation du travail intérimaire. Par ailleurs deux séances ont été animées en duo, la première avec François Denord (CNRS-CLERSÉ) sur l’organisation de l’expertise socioéconomique sous Vichy, la seconde avec Jérôme Gautié (Université Paris-I) sur les liens contemporains entre politique sociale et marché de l’emploi.

Publications

  • Direction du numéro thématique « L’argument démographique », Vingtième Siècle, n° 95, 3, 2007.
  • « L’argument démographique : population et histoire politique au XXe siècle », Vingtième Siècle, n° 95, 2007, p. 3-14.
  • Avec Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle : la fabrication du nombre de victimes de la silicose dans les houillères en France de 1946 à nos jours », Vingtième Siècle, n° 95, 2007, p. 75-91.
  • Avec N. Bonneuil et A. Bringé, « Familial components of first migrations after marriage in nineteenth-century France », Social History, vol. 33, n° 1, 2008, p. 36-59.
  • « La silicose comme maladie professionnelle transnationale », Revue française des Affaires sociales, 2-3, 2008, p. 255-277.
  • « Wissenschaftlicher Internationalismus und Verbreitung der Demographie zwischen den Weltkriegen », in Petra Overath et Patrick Krassnitzer, Bevölkerungsfragen. Prozesse des Wissenstransfers in Deutschland und Frankreich (1870-1939), Cologne, Bôhlau, 2007, p. 255-291.
  • Avec Caroline Douki et David Feldman, « Gibt es nationale Migrationspolitik ? Über einige Lehren aus den zwanziger Jahren », dans Europa der Zugehôrigkeiten. Integrationswege zwischen Ein- und Auswanderung, sous la dir. de Steffen Kaudelka, Thomas Serrier et Rudolf von Thadden, Wallstein Verlag, Göttingen, 2007, p. 69-78.
  • Entrées « Micro-histoire » et « Migrations (histoire des) » dans la nouvelle édition de l’Encyclopedia Universalis, Paris, 2008.
  • « La tragédie de l’amiante a-t-elle modifié le régime de reconnaissance des maladies professionnelles ? Fondements historiques des perspectives d’évolution contemporaines », dans L’émergence des risques, sous la dir. de Jean-Marie Mur, Les Ulis, INRS-EDP Sciences, 2008, p. 19-41.
  • Avec T. Cayet et M. Thébaud-Sorger, « Histoire du Service d’Hygiène Industrielle du BIT », in Projet du Centenaire de l’OIT. Idées, politiques et progrès, Genève, BIT, Institut international d’études sociales, 2008, http://www.ilo.org/​public/​french/​century/​information_resources/​papers_and_publications.htm.
  • « Les migrations dans le Nord de la France au XIXe siècle », Publication électronique sur HAL-SHS, 2008, http://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-00319448/​fr/​ (avec Claire Lemercier).
  • « Avant l’amiante, la silicose : mourir de maladie professionnelle dans la France du XXe siècle », Population et sociétés, n° 437, septembre 2007. Version anglaise : « Before abestos, silicosis. Death from occupational disease in twentieth century France », Population and societies, n° 437, septembre 2007.
  • « La protection sociale des travailleurs migrants dans l’entre-deux-guerres : le rôle du ministère du Travail dans son environnement national et International (France, Italie, Royaume-Uni). Note de synthèse du rapport de recherche » (avec Caroline Douki et David Feldman), Revue française des Affaires sociales, 2, 2007, p. 167-171.
  • Avec Jean-Claude Devinck, « Histoire d’une maladie professionnelle “exemplaire” : la silicose en France au XXe siècle », Lettre de la Mire, 14, 2007, p. 2-5.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-André Rosental, « Histoire sociale et politique des populations », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 242-244.

Référence électronique

Paul-André Rosental, « Histoire sociale et politique des populations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19234

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals