Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours

Henriette Asséo
p. 250-251

Texte intégral

Henriette Asséo, professeur agrégée

Histoire des Tsiganes d’Europe

1Nous avons cherché à systématiser nos travaux sur la dimension historique de la présence romani en Europe dans une perspective comparatiste, historique et anthropologique.

2Mais nous avons voulu poser les bases d’une anthropologie historique de la circulation envisagée du point de vue romani. Par la diversité des parcours et la variété des groupes, les Tsiganes en mouvement n’ont constitué qu’une portion infime de la circulation européenne. Ce double système d’éclatement en unités discrètes et de regroupement à usage strictement familial explique l’inconfort des historiens quand ils cherchent à montrer comment s’organise l’affirmation singulière de chaque groupe selon ses propres référents culturels et ses modalités relationnelles. Il existe une impossibilité mentale à imaginer que des familles qui ne bénéficiaient d’aucune institution communautaire apparente aient pu maintenir un système complexe d’organisation familiale et l’usage de la langue tsigane.

3L’objectif est alors d’établir le lien entre les travaux d’anthropologie de grande qualité et l’accréditation historique donnée par la documentation externe ; en d’autres termes, établir les relations entre un système anthropologique aux variantes multiples, – le système tsigane selon l’expression de Patrick Williams –, et un système historique. En effet, la documentation témoigne de la solidité familiale, tout en montrant une société aux formes mouvantes. Ainsi, nous avons constitué le dossier historique de groupes bien étudiés par les anthropologues. Les phénomènes de dilatation et de rétraction géographiques entraînent les remises à jour du système relationnel et le déplacement de ses épicentres. Ils sont tout autant le produit de dynamiques internes que de contraintes externes.

4Les anthropologues présentent sous l’expression romani de mare roma ou mare sinte les groupes qu’ils ont étudié. Dans le cas de « mare sinte », étudié par Alain Reyniers en Belgique et dans le nord de la France dans les années 1970, le système de parenté s’articule autour de trois familles élargies ou de fragments de ces familles qui pratiquent les renchaînements d’alliances, mais sans obligation d’endogamie pour tous. Ces mécanismes de dispersion et de fusion expliquent que les dangers de dilution totale sont minimes. On est tsigane que dans un système de relations, le cercle de « mre sinte » (ses Tsiganes), et le cercle des affinités « mare sinte » (nos Tsiganes) qui commande l’espace de fonctionnement de ces déterminations lui-même en constante recomposition. Les données historiques permettent de reconstituer sur la longue durée les dynamiques d’interrelations entre les Valshtike Manush français et les Gadshkene Manusch d’Allemagne du Sud ou d’Alsace, ou encore les Praïstike Manusch de l’ancien royaume de Prusse, et enfin les Sinte piemontiesi italiens. Les données attestent de la rémanence de liens privilégiés. On voit que l’idée habituelle d’un refoulement à la marge est incompatible avec la stabilisation de la frontière (boundary) et l’interrogation sur les contraintes qui pèsent sur la frontière interethnique. A contrario, je pense que l’anthropologie historique permet d’asseoir la preuve documentaire du système historique. Ainsi le problème de la frontière ethnique ne sépare pas « eux » de « nous », mais les groupes entre eux dans des dynamiques propres. La société tsigane se soucie d’abord des relations avec les autres Tsiganes et l’ensemble des cercles de l’interconnaissance définit un système tsigane qui vise à sa conservation dans l’adaptation constante aux fluctuations des temps. La méthode historique confirme pourtant les conclusions de l’anthropologie. Le système tsigane est un « monde dans le monde » selon la formule de Leonardo Piasere, un tout dans un ensemble d’interconnaissance, une forme européenne de transcendance des liens de voisinage, un viatique qui permet le déplacement sans l’exil et s’inscrit dans le « principe de circulation européen ».

5Il est vrai que les historiographies portent très rarement la présence séculaire des Tsiganes au crédit des constructions nationales. Parmi les activités de cette année liée aux propositions du séminaire, je suis intervenue à l’Institut universitaire européen, à l’atelier de Varsovie, et au colloque Nations et empires de Sciences Po Paris. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, et sous le haut patronage de Simone Veil, nous avons préparé avec Éric Darmon, producteur réalisateur et Juliette Jourdan, réalisatrice, une campagne de témoignages tsiganes pour toute l’Europe qui se déroulera sur les trois années prochaines.

Publications

  • « Un cosmopolitisme inavouable, Les Bohémiens dans le préromantisme européen », dans Le mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, sous la dir. de Sarga Moussa, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 83-104.
  • « Mesnages d’Égyptiens en campagne. L’enracinement des Tsiganes dans la France Moderne », dans Alle radici dell’Europa. Mori, giudei e zingari nei paesi del Mediterraneo occidentale. Volume I (secoli XV-XVII), sous la dir. de Felice Gambin, Florence, Seid, 2008, p. 29-44.
  • « Pourquoi tant de haine ? L’intolérance administrative à l’égard des Tsiganes de la fin du XIXe siècle à la veille de la Deuxième Guerre mondiale », dans « Haines », Diasporas. Histoire et sociétés, sous la dir. de Patrick Cabanel, n° 10, 1er trimestre 2007, p. 50-67.
  • « Marginalité inclusive et asocialité sous le nazisme », dans « Dépendance(s) », Cahiers du Centre de recherches historiques, octobre 2007, n° 40, p. 31-47.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 250-251.

Référence électronique

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19238

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals