Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle

Roger Chartier et Jean Hébrard
p. 255-257

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études
Jean Hébrard, professeur associé

I. Écrire, publier, représenter et lire aux XVIe et XVIIe siècles. Études de cas (Angleterre, Espagne, France).
II. Les temporalités de l’histoire de l’écrit

1En 2008, le séminaire a repris en janvier après la réélection du directeur d’études, professeur au Collège de France, comme directeur d’études cumulant. Comme en ces dernières années, mais pour la dernière fois, le séminaire tenu entre janvier et mai a été partagé avec Jean Hébrard qui en a assuré les séances durant le séjour d’enseignement du directeur d’études à l’Université de Pennsylvanie où il a donné deux cours : l’un sur la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’âge du Quichotte, l’autre à partir de la question « What is a book ? ».

2Les séances du séminaire ont été d’abord consacrées à un examen comparatif de l’histoire culturelle telle qu’elle est pratiquée dans différents héritages et contextes historiographiques. Ont pu être ainsi montrés, à la fois, l’usage partagé de notions partout présentes (« représentations », « pratiques », « appropriation ») et l’originalité des approches propres à une tradition nationale ou à une aire linguistique.

3Mettant à profit des publications récentes, le séminaire s’est ensuite attaché à l’examen des différentes acceptions de la notion de « littérature » lorsqu’elle est pensée comme objet d’histoire et, de ce fait, des anachronismes qu’implique une projection rétrospective des catégories et des pratiques de l’écriture poétique, théâtrale ou narrative liées à l’apparition de la « littérature » au XVIIIe siècle : ainsi les concepts de propriété littéraire, d’écriture individuelle ou d’originalité. Un séminaire consacré aux défis lancés à ces catégories par les mutations introduites par le monde numérique a permis de les situer dans leur historicité propre et de marquer avec netteté l’incompatibilité entre les notions construites au XVIIIe siècle, qui s’organisent à partir de la possibilité de reconnaître qu’une œuvre est toujours la même quelle que soit la forme de sa publication, et la mobilité et la malléabilité des textes promises et permises par la textualité numérique.

4Les dernières séances du séminaire ont fait retour, une nouvelle fois, sur Don Quichotte et les premières iconographies de l’histoire : les pages de titres des éditions de Lisbonne et Valence de 1605 qui utilisent un bois de réemploi, une gravure allemande de 1613 qui reproduit un cortège festif et qui montre un don Quichotte empanaché et vêtu à la manière des chevaliers des tournois aristocratiques du XVIe siècle et la page de titre de l’édition de la traduction française de la Seconde Partie, parue en 1614, qui est la première représentation du chevalier errant et de son écuyer tel que les décrit Cervantès. La formule qui court de texte en texte, « como lo pintan en su libro », a servi de point de départ de cette analyse fondée sur l’équivalence si forte aux XVIe et XVIIe siècles entre les images qui narrent et les écrits qui peignent. La publication du premier volume du Journal du libraire parisien du XVIIIe siècle, Siméon-Prosper Hardy a donné la matière d’une séance consacrée à l’écriture autobiographique et aux contraintes inconscientes et conventions explicites qui la régissent.

5La dernière séance du séminaire a été l’occasion d’un dialogue entre Jean Hébrard et Roger Chartier qui a retracé les étapes de ce séminaire commun commencé en 2001. Il a été le lieu d’une réflexion collective qui a porté les trajectoires de recherche de l’un et de l’autre. Ce bilan a été dressé avec le souci de la critique, l’esquisse des recherches en cours ou à venir, et, discrètement une nostalgie déjà présente.

6Au cours de l’année 2007-2008, le directeur d’études a présenté les résultats de ses travaux dans des séries de séminaires données à l’Université EAFIT à Medellin, à l’Université de Princeton, dans le cadre de la chaire Bataillon à l’Instituto Mora (Mexico) et dans un cours donné à l’Université Ménendez Pelayo à Valencia. Il a donné des conférences aux Universités de Glasgow, Alcalá de Henares, Duke, Windsor et UniRio et des communications au Colloque Censorship in early modern Europe (Université de Barcelone), au Congreso de la Asociación de los Bibliotecarios de América Latina (Universidad Nacional Autónoma de Mexico) et au Congreso de los Historiadores de América Central (San José, Université de Costa Rica).

Publications

  • La historia o la lectura del tiempo, tr. Mar Garita Polo, Barcelone, Gedisa, 2007.
  • Écouter les morts avec les yeux, Collège de France, Fayard, 2008.
  • Escuchar a los muertos on los ojos, tr. Laura Fólica, Buenos Aires, Katz, 2008.
  • « Les chemins de l’écrit, ou le retour à Monte Verità », Scripta volant, verba manent. Schriftkultuen in Europa zwischen 1500 und 1900/Les cultures de l’écrit en Europe entre 1500 et 1900, sous la dir. d’Alfred Messerli et Roger Chartier, Bâle, Schwabe Verlag, 2007, p. 483-493.
  • « The printing revolution. À Reappraisal », Agent of change. Print culture after Élizabeth L. Eisenstein, sous la dir. de Sabrina Alcorn Baron, Éric N. Lindquist, et Eleanor F. Shevlin, Amhertst and Boston, University of Massachusetts Press, 2007, p. 397-408.
  • « À escrita na tela : ordem do discurso, ordem dos livros, maneiras de Ier », Questóes de lettura no hipertexto, sous la dir. de Miguel Rettemaier, Tania Μ. Κ. Taussig, Editora Universidade de Passo Fundo, 2007, p. 200-219.
  • « L’apparition du livre imprimé », Le grand atelier. Chemins de l’art en Europe Ve-XVIIIe siècle, Bruxelles, Europalia International/Fonds Mercator, 2007, p. 29-34.
  • « La materialità dello scritto. Che cos’è un libro ? Risposte a una demanda di Kant », Testi, forme, e usi del libro. Teorie e pratiche di cultura editoriale, sous la dir. de Lodovica Braida e Albera Cadioli, Milan, Edizioni Sylvestre Bonnard, 2007, p. 13-25.
  • « La universidad y la edición », Innovación y retos de la edición universitaria, sous la dir. de Magda Polo Pujadas, Madrid, Unión de Editoriales Universitarias Españolas et Logroño, Universidad de la Rioja, 2007, p. 13-28.
  • « La matérialité du texte : réponse à une question de Kant », Théorie et mythologie du livre. Le livre français en France et en Russie, Moscou, 2007, p. 5-16 (en russe).
  • « Postface », Pourquoi la France ? Des historiens américains racontent leur passion pour l’Hexagone, sous la dir. de Laura Lee Downs et Stéphane Gerson, Paris, Seuil, 2007, p. 361-367.
  • « The order of books revisited ». Modern intellectual history, vol. 4, n° 3, 2007, p. 509-519.
  • « Lo privado y lo público. Construcción histórica de una dicotomía », « El pasado en el presente. Literatura, memoria e historia », « Lectores y lecturas populares. Entre Imposición y apropiación », « ¿La muerte del libro ? Orden del discurso y orden de los libros », Co-herencia. Revista de Humanidades, vol. 4, n° 7, 2007, p. 65-81, p. 83-102, p. 103-117 et p. 119-129.
  • « Storie senza frontera : Braudel e Cervantes », Dimensioni e problemi della ricerca storica, n° 2, 2007, p. 145-157.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier et Jean Hébrard, « Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 255-257.

Référence électronique

Roger Chartier et Jean Hébrard, « Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19241

Haut de page

Auteurs

Roger Chartier

Articles du même auteur

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals