Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon
p. 265-266

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études

La parenté dans la noblesse de robe parisienne aux XVIe et XVIIe siècles

1Le séminaire s’est organisé autour de trois séquences ou thèmes. L’anthropologie de la noblesse de robe a d’abord donné lieu à des analyses générales sur les processus de dénomination (usages des noms patronymiques et des noms de terre) et l’héraldique et sur les pratiques généalogiques avec, entre autres, un séminaire de Dinah Ribard contextualisant les écrits des théoriciens des enquêtes de noblesse du XVIIe siècle, en particulier Gilles-André de La Roque, et des exposés d’Élie Haddad sur les Mesgrigny et de Martine Bennini sur la généalogie des Bragelongne (1689). Ensuite, la transmission népotique a été étudiée en liaison avec la théorie anthropologique de l’avunculat (« matrilineal complex »). On a montré que l’oncle paternel pouvait aussi être à l’origine d’une relation successorale privilégiée. On a également exploré les différents types de rapports familiaux sous l’angle de la reproduction sociale à partir d’exemples de dévolutions lignagères. La transmission en ligne directe semble être devenue le modèle dominant dans la noblesse de robe à partir du début du XVIIe siècle. Claire Chatelain a conclu cette séquence en décortiquant un procès célèbre de la fin du règne de Louis XIV, celui opposant l’intendant Jean-Baptiste de Pommereu à sa femme, issue de la bonne finance, procès gagné par cette dernière et illustrant la crise aiguë du système patriarcal au sein de la haute robe parisienne. Enfin, une série de séminaires a été consacrée à des discussions collectives sur le livre Épreuves de noblesse qui rassemble des contributions de participants de membres du séminaire autour des problématiques communes discutées depuis plusieurs années. Michel Nassiet (Université d’Angers et IUF) a présenté ses remarques critiques dans une toute dernière séance avant l’envoi chez les éditeurs du manuscrit, cet été.

2Une deuxième séquence avec David Garrioch (professeur à l’Université Monash, Australie) a traité de la constitution des identités religieuses à Paris au XVIIIe siècle : la position des protestants face à la politique royale et dans l’ensemble urbain, massivement catholique, et leurs pratiques de prénomination ont été abordées. Une étrange tolérance se mit par force en place sous le régime de l’abolition de l’édit de Nantes. On est passé ensuite avec Laurence Croq et Nicolas Lyon-Caen aux pratiques catholiques, en particulier à l’occupation de l’espace paroissial par les bancs loués ou vendus aux familles notables, ainsi qu’aux formes « infra-institutionnelles » de l’incorporation dans les communautés jansénistes clandestines.

3La troisième séquence (Laurence Croq, Robert Descimon et Mathieu Marraud) a eu pour thème les Six Corps des marchands et les pouvoirs parisiens (XVIe-XVIIIe siècle). À l’origine simple rassemblement cérémoniel, les Six Corps se sont mués à partir des États généraux de 1614-1615 en un groupe de pression professionnel axé sur la défense d’intérêts corporatifs, sur le contrôle du tribunal de commerce et sur l’accès privilégié à l’échevinage. Les délibérations des Six Corps révèlent en outre qu’ils ont tendu, au XVIIIe siècle, à se transformer en une « compagnie » royale entretenant des relations suivies avec la monarchie qui avait besoin de leurs services économiques et de leur capacité d’intermédiation. Enfin, Laurence Croq a repris la question des disparités socio-économiques internes au corps de la mercerie et scruté les configurations familiales qui jouent subtilement sur l’ancienneté des familles et l’intégration par l’alliance d’hommes nouveaux issus de milieux provinciaux équivalents mais légèrement inférieurs.

Publications

  • « Les de Thou au miroir des archives notariales du XVIe siècle. Les chemins de la haute robe », Jacques Auguste de Thou. Écritures et condition robine, Cahiers V. L. Saulnier 24, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007, p. 13-35.
  • « Transmission collatérale et reproduction népotique au XVIe siècle. Un exemple de mobilité sociale et géographique (le Robillart de Valenton, de Paris et de Normandie) », textes réunis par Paul Delsalle, François Lassus, Corinne Marchai et François Vion-Delphon, Mélanges offerts au professeur Maurice Gresset, Annales littéraires de l’Université de Franche Comté, vol. 820, série « Historiques », n° 28, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 311-318.
  • « Comment critiquer la raison mystique ? Dévotion et finance au XVIIe siècle », textes réunis par Pierre-Antoine Fabre, Pascale Gruson et Michèle Leclerc-Olive, Le Sujet absolu. Une confrontation de notre présent aux débats du XVIIe siècle français, Grenoble, Jérôme Millon, 2007, p. 59-69.
  • « L’exemplarité sociale des Historiettes de Tallemant des Réaux », Dijon, Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (XVIe-XVIIIe siècle), sous la dir. de Laurence Giavarini, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2008, p. 181-195.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 265-266.

Référence électronique

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19247

Haut de page

Auteur

Robert Descimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals