Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la modernité religieuse

Rita Hermon-Belot
p. 272-273

Texte intégral

Rita Hermon-Belot, maître de conférences

La liberté des cultes en France : parcours historique et anthropologie religieuse

1L’affirmation croissante de l’enjeu social que constitue aujourd’hui la pluralité religieuse n’a fait que rendre plus sensible la conviction qui est au cœur des préoccupations de ce séminaire de la nécessité d’une véritable étude historique des conditions de conception et d’affirmation du pluralisme.

2La diversité des réalités que le terme peut recouvrir renvoie à la diversité des parcours historiques, le parcours occidental en constituant un parmi d’autres, particulièrement spécifique. La version du christianisme qui l’a entre toutes emporté était bien celle qui refusait le plus catégoriquement toute forme de pluralité, menant à l’édification d’un Occident chrétien qui s’est voulu et pensé comme homogène. À partir toutefois de ce refus initial, les besoins politiques d’une chrétienté déchirée par la Réforme et l’élaboration philosophique qui a mené à l’affirmation de droits individuels ont donné naissance à une version du pluralisme dont la particularité est l’exigence d’égalité entre les sujets porteurs de droits.

3Cette singularité soulignée, l’extrême acuité des débats en cours et l’importance de tournants récents, au sein notamment d’instances supranationales et internationales, nous ont menés à une étude très élargie des conceptions aujourd’hui en jeu sous le terme générique de « pluralisme religieux ». Elle a souligné la présence de lourdes équivoques et les limites auxquelles se heurte l’idée d’une vocation nécessairement et inéluctablement universelle des conceptions occidentales. Les questions religieuses ne constituent assurément qu’un élément d’une recomposition en cours des équilibres internationaux mais un élément très sensible.

4L’enquête sur le contemporain s’est poursuivie jusqu’à un atelier de lecture portant sur les prospectives actuelles et les propos récemment tenus en France par les instances les plus élevées quant au sens et à la vocation actuelle de la laïcité française. Elle s’est également étendue jusqu’à la Russie post-soviétique avec la présentation par Jutta Sherrer, directeur d’études à l’EHESS, du rôle qu’y joue aujourd’hui l’orthodoxie.

5Notre enquête historique a été très opportunément nourrie par trois conférences, l’une dans le cadre du séminaire, du professeur David Sorkin invité par l’École et dont le livre The religious enlightenment : Protestants, Jews and Catholics from London to Vienna est actuellement sous presse. Elles se sont avérées particulièrement éclairantes tant quant aux problèmes de méthodes rencontrés par une étude résolument plurielle et comparatiste, que dans la façon dont elles faisaient ressortir la voie française au sein d’une Europe des despotismes éclairés. Alors que dans les autres cas nationaux évoqués, c’est l’État monarchique qui prend l’initiative d’une série de réformes concernant aussi bien l’organisation des églises majoritaires que la vie religieuse et le statut des minorités, David Sorkin montrait l’isolement de la monarchie française dans son attachement à un catholicisme très conservateur et son refus de toute pluralité interne.

6L’historien américain pavait littéralement notre chemin vers une autre spécificité française, celle de la politisation de la question de la liberté des cultes. Nous avons voulu la suivre dans une première étape allant de la Révolution, notamment par une tentative d’évaluation de son œuvre laïcisatrice et du rapport de celle-ci avec la pluralité, jusqu’à la Restauration et à son instrumentalisation politique de la question religieuse. Nous nous sommes notamment arrêtés sur la question de la théorisation et de la politisation de la question de la liberté des cultes dans l’action politique et l’œuvre de Benjamin Constant.

7Cette année du séminaire a permis, enfin, l’ouverture du dossier français de l’école, certainement amené à nous occuper pour longtemps, avec un retour sur les origines de l’école libre sous l’angle de la pluralité, en l’espèce les écoles confessionnelles non catholiques sous le régime des cultes reconnus. Tandis que Mayyada Kheir, doctorante EHESS/CEIFR attirait notre attention sur la place et le statut de la pluralité, très peu pris en considération jusqu’ici, dans l’adoption des lois scolaires de la Troisième République.

Publications

  • « Derrière le foulard », dans Les droites en France 1789-2008, Paris, Le Nouvel observateur, CNRS Éditions, 2008, p. 161-164.
  • « Les juifs de France et la séparation », dans 7905 L’engagement laïque de la République, Nantes, Archives départementales de Loire-Atlantique, 2007, p. 217-224.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Hermon-Belot, « Histoire de la modernité religieuse », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 272-273.

Référence électronique

Rita Hermon-Belot, « Histoire de la modernité religieuse », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19253

Haut de page

Auteur

Rita Hermon-Belot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals