Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et société dans le monde romain

Jean Andreau
p. 277-279

Texte intégral

Jean Andreau, directeur d’études

Phénomènes de marché dans le monde romain

1Nous n’avons traité cette année que d’un seul thème, celui qui était annoncé dans le programme des enseignements : « Phénomènes de marché dans le monde romain ». Il y avait dans le monde gréco-romain des marchés « permanents » (où l’on vendait notamment de la viande et du poisson), des marchés périodiques et des foires (souvent des foires aux bestiaux, ayant lieu une ou deux fois par an). Toutefois, le séminaire a porté non pas sur ces places marchandes, mais sur le marché abstrait, qui met en présence des agents économiques aux intérêts opposés et dans le cadre duquel se forment les prix. L’économie antique était-elle une économie de marché ? Et sinon, existait-il des formes de marché, en ce sens abstrait ? Et comment fonctionnaient-elles ? L’idée générale a été qu’il en existait, y compris pour les immeubles, les esclaves et le prêt d’argent, et que ces phénomènes étaient d’une ampleur et d’une structure différentes selon les époques, les régions et les produits, mais qu’ils ne permettaient pas de considérer l’économie romaine comme une économie de marché. Nous avons d’abord étudié un livre de Roger Guesnerie, L’économie de marché (Flammarion, 1996), puis les articles d’un autre économiste, Peter Temin, qui s’intéresse à l’Antiquité et est persuadé que l’économie antique était une économie de marché. Nous avons parlé aussi des analyses et conclusions de deux historiens de l’Antiquité qui étaient en complet désaccord sur cette question, Mikhail I. Rostovtzeff et Moses I. Finley. Ensuite, nous avons abordé plusieurs produits ou catégories de produits, en essayant à chaque fois de caractériser, de manière concrète, l’organisation et les limites de leur commercialisation. Pour les céréales, par exemple, qui sont évidemment des denrées particulièrement importantes, il y a : le blé d’État, provenant de l’impôt et distribué gratuitement à une partie de la population de Rome ; le blé privé, destiné lui aussi à la population de Rome et à celle de quelques villes importantes, blé pour lequel il n’est peut-être pas abusif de parler de marché méditerranéen ; et les nombreux marchés locaux et régionaux. Des textes littéraires et des inscriptions montrent que les prix du blé, dans certaines régions (en Asie Mineure, par exemple), variaient d’une cité à l’autre (en plus des variations saisonnières et des variations annuelles, qui étaient constantes).

2Pour la céramique, qui compte peu dans le budget des ménages mais est très connue par l’archéologie, le problème est différent, d’autant que, sur mer, la céramique est transportée en complément d’autres cargaisons plus massives et/ou plus coûteuses, les amphores à vin et à huile, les marbres, les lingots de métal, etc. Nous avons touché là à ce qu’on nomme l’instrumentum domesticum (c’est-à-dire aux inscriptions que portent les outils, les instruments et objets de la vie quotidienne, qu’ils soient fabriqués en terre cuite, en métal, en verre, etc.). C’est une documentation austère, mais il est important que des étudiants de master et de thèse qui s’intéressent à l’économie antique la connaissent. Ce séminaire est un des rares endroits où l’on traite, presque chaque année, de l’instrumentum et de son épigraphie.

3Après la céramique, nous nous sommes intéressés aussi à l’extraction minière et à la métallurgie primaire, en nous interrogeant sur le marché des métaux. Comme d’habitude, nous avons eu le plaisir d’écouter plusieurs conférences et exposés. Sur le marché, nous avons entendu la conférence de notre collègue André Tchernia, « Le marché et ses limites : une critique de Peter Temin ». Nous avons entendu également : Soazick Kerneis (Université Paris-X), « La vérité et le Droit : justice oraculaire et politique impériale en Gaule Ie-IVe siècle » ; Houcine Jaïdi (Université de Tunis), « Maintien des toponymes romains ou lybico-puniques aux époques médiévale et moderne en Afrique du Nord » et « Protection du patrimoine en Tunisie avant, pendant et après la période du protectorat » ; et Jon E. Lendon (Université de Virginie), « Why did the Roman Empire stop expanding ? ». En outre, un auditeur du séminaire, Emmanuel Nantet, a présenté un remarquable exposé sur « L’Épave Ouest-Embiez 1 (La Ciotat) », à la fouille et à la publication de laquelle il participe. Merci à tous ces orateurs pour leurs interventions, stimulantes et de haut niveau.

Publications

  • Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, sous la dir. de J. Andreau et de V. Chankowski, Bordeaux, Ausonius, Collection Études n° 19, 2007 (Voir aussi, dans cet ouvrage, l’article « Remarques sur le quaestus », p. 233-251).
  • « Registers, Account-Books and Written Documents in the De Frumento », dans Sicilia Nutrix Plebis Romanae, Rhetoric, Law and Taxation in Cicero’s Verrines, sous la dir. de J. R. W. Prag, Londres, University of London (Institute of Classical Studies), 2007, p. 81-92.
  • « Crises financières et monétaires dans l’Antiquité romaine du IIIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C. », dans La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1, Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, sous la dir. de B. Théret, Paris, Éditions de l’EHESS, 2007, p. 103-129.
  • J. Andreau, G. Carré, J.-M. Carrié et C. Lamouroux, « La Fiduciarité des monnaies métalliques : une comparaison historique », dans La monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1, Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, sous la dir. de B. Théret, Paris, Éditions de l’EHESS, 2007, p. 265-303.
  • « Le prix du blé en Sicile et en Asie Mineure », dans L’Économie antique, une économie de marché ?, sous la dir. de Y. Roman et J. Dalaison, Lyon, Société des Amis de Jacob Spon, M.O.M., 2008, p. 127-136.
  • « The use and survival of coins and of gold and silver in the vesuvian cities », dans The monetary systems of the Greeks and Romans, sous la dir. de W. V. Harris, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 208-225.
  • « Le goût de l’ambre », L’Histoire, n° 327, janvier 2008, p. 52-55.
  • « Le Vocabulaire de l’intérêt à la fin de la République », in Pistoi dia tèn Technèn, Bankers, Loans and archives in the ancient world, Studies in honour of Raymond Bogaert, Leuven, Peeters, 2008, p. 201-210.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 277-279.

Référence électronique

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19260

Haut de page

Auteur

Jean Andreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals