Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et Sud-Est européen

Paolo Odorico
p. 279-281

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

Les textes et leur message

1La première partie des séminaires a été consacrée à la suite de l’étude des Patria Constantinoupoleos. Nous avons d’abord lu certains passages pour déceler la dimension magique du texte, notamment en ce qui concerne les statues et leur rôle dans l’imaginaire collectif. Ensuite, nous avons lié les éléments magiques à la pensée analogique en essayant de retrouver les origines de cette attitude mentale dans la littérature byzantine. C’est pourquoi nous avons eu recours au texte de Malalas en soulignant les différences entre la culture « orientale » et la tradition philosophique de l’Antiquité. L’enchaînement des renseignements dans les chroniques suit un parcours analogique et le même processus peut être retrouvé dans les Patria. Cela nous a amenés à avancer des hypothèses sur l’origine de ce recueil, notamment en ce qui concerne la conception du pouvoir des empereurs iconoclastes. La deuxième partie des séminaires a été consacrée à l’étude des chroniques par le biais des interventions des enseignants invités à l’École. Nous avons ainsi étudié les processus de construction des chroniques entre le IXe et le XIe siècle, et nous nous sommes également penchés sur le processus de « novellisation » du XIIe siècle.

2Athanasios Markopoulos (Université d’Athènes), professeur invité : « L’historiographie byzantine à l’époque de la dynastie macédonienne (IXe-XIe siècle) ».

3Nous avons d’abord examiné la production historiographique du IXe siècle : après avoir étudié l’Eklogè chronographias de Georges Syncelle, nous avons pris en considération la Chronographie de Théophane, notamment son prologue et son influence sur l’historiographie postérieure. Par la suite nous avons examiné le Scriptor incertus de Leone Armenio et la soi-disant Chronique de l’an 811, ainsi que le rôle de Constantin VII dans la composition d’une historiographie « palatine » : les Règnes de “Joseph Génésios”, l’encyclopédie morale des Excerpt, les Continuateurs de Théophane, la Vita Basilii et le retour de l’éloge biographique, l’historiographie extra muros et les deux versions de la Chronographie de Syméon Logothète. En conclusion nous avons analysé l’essor de la biographie, les éloges des dynatoi, les textes perdus et le prologue de Jean Skylitzès, l’Histoire de Léon le Diacre, pour aboutir à l’Histoire brève et à la Chronographie de Michel Psellos, où l’historien devient protagoniste.

4Juan Signes Codoner (Université de Vallodolid), professeur invité : « De la périphérie au centre : les différences entre le Continuateur du Théophane et Michael Psellos en matière de sources et de conception de leurs œuvres ».

5Nous avons examiné certains récits du deuxième iconoclasme (815-843) dans l’œuvre des historiens du Xe et XIe siècles, notamment le Continuateur de Théophane et Genesios, qui ont travaillé pour Constantin VII : les anecdotes sur les personnages de l’époque sont mises en jeu pour transmettre un message idéo-logiquement acceptable au pouvoir politique. La narration de ces historiens s’articule autour des empereurs, qui constituent le cadre narratif, le point d’assemblage des histoires. Les historiens macédoniens ont personnalisé l’histoire et substitué la biographie à la thèse historique comme noyau de l’histoire. Mais on doit considérer aussi, au-delà de critères narratifs et esthétiques, le fait que nos auteurs racontent et leurs sources, écrites et orales, puisqu’ils n’étaient pas témoins des événements. Curieusement, nos auteurs, tous écrivains de la cour, ont été renvoyés par leurs sources à la périphérie de Byzance, aux soldats et condottieri des frontières, aux saints ruraux etc. : les vies de saints et les récits oraux de la période iconoclaste étaient les seuls textes qui fournissaient les narrations dont avaient besoin nos auteurs pour écrire une histoire selon les normes classiques ; ces textes avaient toujours comme centre des personnages périphériques par rapport aux élites constantinopolitaines. C’est la différence essentielle avec la Chronographia de Psellos, qui était témoin des événements dont il faisait le récit et qui, pourtant, a pu choisir la vie à la cour, comme noyau de sa narrative, parce qu’il n’était pas dépendant de sources hétérogènes. Mais, au contraire que les autres historiens, il a dû finir son récit avec la biographie des empereurs Ducas, qui étaient au pouvoir au moment de la composition de son œuvre. Ainsi, la partie finale de la Chronographia n’est plus une œuvre d’historie, mais une suite des discours laudatifs : on a changé de genre littéraire pressé par les circonstances.

6Ingela Nilsson (Université d’Uppsala), professeur invitée : « L’imagination narrative à Byzance : le cas du XIIe siècle ».

7Les séminaires ont porté essentiellement sur la narration en tant que clé de la littérature byzantine du XIIe siècle. Partant des romans byzantins du temps des Comnènes, considérés comme des exemples spécifiques plutôt que des exceptions singulières aux règles de la littérature byzantine « normale », nous nous sommes intéressés à la fonction de la structure et des techniques narratives telles qu’elles apparaissent dans plusieurs textes contemporains. Nous avons examiné à la fois les genres narratifs traditionnels, tels l’historiographie et l’hagiographie, et les genres moins narratifs, tels les exercices de rhétorique.

Publications

  • Le Patriarcat œcuménique de Constantinople aux XIVe-XVIe siècle : rupture et continuité, Actes du colloque international, Rome 5-6-7 décembre 2005, Dossiers byzantins n° 7, Paris, 2007, 475 p.
  • Oltre la scrittura. Variazioni sul tema per Guglielmo Cavallo, sous la dir. de Daniele Bianconi et Lucio Del Corso, Dossiers byzantins n° 8, Paris, 2008, 404 p.
  • Corrispondenza d’amorosi sensi. L’omoerotismo nella letteratura medievale, Actes du colloque international, Gênes 26-27-28 mai 2005, sous la dir. de P. Odorico et N. Pasero, Ricerche intermedievali, Alessandria, 2008, xiv + 322 p.
  • « La Sainteté en construction. La Vie de Hosios David de Thessalonique », Néa Romè n° 4, 2007, p. 63-78
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et Sud-Est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 279-281.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et Sud-Est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19262

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals