Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Konstantinos Kostis et Yannis Tsiomis
p. 281-282

Texte intégral

Konstantinos Kostis, directeur d’études

Violence et formation d’État dans le Sud-Est européen : le cas grec, XIXe-XXe siècles

1Compte rendu non communiqué

Yannis Tsiomis, directeur d’études

État-nation et villes capitales. Idéologies et pratiques du néoclassicisme au XIXe siècle. Athènes, Berlin, Munich, Paris

2Lors du séminaire de cette année nous avons continué l’exploration des axes commencée l’année dernière : 1) les ruptures et les continuités suite à la formation du territoire de l’État-nation grec par rapport au territoire antérieur de la Grèce, province de l’empire ottoman ; 2) l’implication de l’urbanisme néoclassique entendu comme outil technique mais aussi stratégique pour former des théories urbaines et des villes nouvelles.

3Le premier axe, plus particulièrement consacré à la Grèce, a permis d’étudier l’introduction des lois – véritable innovation et rupture – concernant la formation et la gestion du territoire. Ainsi nous avons poursuivi l’étude exhaustive des lois à la suite de celle, fondamentale, du 4 avril 1833 étudiée l’an dernier) par l’étude des décrets sur l’espace, qui indiquent l’ampleur des transformations et mutations voulues par le législateur. Les nouveaux découpages administratifs, les nouvelles attributions des compétences entre l’État et les municipalités pour la gestion de l’espace, la définition de la ville, la programmation des nouveaux équipements publics ont été analysés en tant que témoignages de cette volonté de rupture. À cet effet, après avoir étudier l’année dernière le livre de Georg Ludwig Maurer, Das griechische Volk, 1838), nous avons cette année mis l’accent sur la réception des lois par les autorités municipales et surtout par l’« opinion publique » grecque, grâce à l’analyse d’un échantillon représentatif d’articles de la presse de l’époque. L’ensemble de ces textes a par ailleurs incité à réfléchir sur la dissociation entre territoire de l’État et espace national, extensible dans son étendue. La confusion entre ces deux espaces nous a conduits à poser la question du statut juridique du territoire de l’État, garanti par le droit et le statut idéologique du territoire de la nation, l’espace de l’« hellénisme », dont les frontières sont extensibles à volonté. L’évidence des raisons idéologiques, et politiques, de cette ambiguïté a été mise en rapport avec le concept même d’État-nation.

4Le second axe a concerné l’évolution de l’urbanisme néoclassique comme outil technique mais aussi stratégique pour former les théories urbaines nouvelles en Europe tout au long du XIXe siècle en rapport avec les pouvoirs. En tant qu’outil technique il a nécessité l’introduction de nouvelles compétences (celles de l’architecte, de l’ingénieur, du topographe, etc.) pour assurer l’art urbain et la technique du tracé urbain. En tant qu’outil stratégique, l’urbanisme néoclassique a servi de moyen de transformation, par de nouvelles approches, de la forme urbaine des périodes antérieures. Les interventions de huit chercheurs invités spécialistes des théories et des doctrines de la ville du XIXe et du début du XXe siècle ont permis d’approfondir le couple rupture/continuité à propos des mutations spatiales. Ces interventions dessinent aussi la trame que suivra le séminaire de l’année prochaine (2008-2009).

Publications

  • Échelles et temporalités du projet urbain, (direction de l’ouvrage), Paris, J.-M. Place, 2007, 180 p.
  • « Athènes 1833 : la guerre pour la capitale de l’État-nation », dans Études Balkaniques. Cahiers Pierre Belon, sous la dir. de Léon Pressouyre, 12-2005, Paris, 2006, p. 173-177.
  • « L’aporia dell’architteto : la qualità dello spazio nella città contemporanea », dans Questioni della Città contemporanea, sous la dir. de M. Marcelloni, Milan, Franco Angeli, 2007, p. 115-130.
  • « Architecture totalitaire ou discours totalitaires sur l’architecture ? », dans L’architecture des régimes totalitaires face à la démocratisation, sous la dir. d’I. Iosa, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 32-42.
  • « L’architecte, un historien intuitif, l’archéologue, un architecte d’anticipation du passé », dans L’avenir du passé. Modernité de l’archéologie, sous la dir. de J.-P. Demoule, B. Stiegler, INRAP/La Découverte, 2008, p. 139-153.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Konstantinos Kostis et Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 281-282.

Référence électronique

Konstantinos Kostis et Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19263

Haut de page

Auteurs

Konstantinos Kostis

Articles du même auteur

Yannis Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals