Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire et anthropologie sociale de l’Italie moderne et contemporaine

Gérard Delille, Martine Boiteux, Daniel Fabre, Jean-François Chauvard, Pierre-Antoine Fabre, Maria Antonietta Visceglia, Marcello Massenzio et Francesca Cantù
p. 287-289

Texte intégral

Gérard Delille, Daniel Fabre, Pierre-Antoine Fabre, directeurs d’études
Martine Boiteux, professeur agrégée
Jean-François Chauvard, directeur des études à l’École française de Rome
Maria Antonietta Visceglia, professeur à l’Université de Rome-La Sapienza
Marcello Massenzio, professeur à l’Université Rome-II
Francesca Cantù, professeur à l’Université Rome-III

Langues de pouvoir. Pouvoir des langues

1Le séminaire se déroule désormais suivant la nouvelle formule mise en place en 2006-2007 qui permet aux étudiants de s’inscrire soit en dernière année de master/spécialisation, soit en première année de doctorat, dans le cadre d’une cotutelle avec un professeur français et un professeur italien.

2Le thème traité pendant cette année 2007-2008 était dans la continuité de celui de l’année précédente qui portait sur la biographie. Le travail s’est organisé en 5 journées échelonnées de janvier à mai 2008. La première a abordé le problème du vocabulaire des relations de pouvoir. Après les interventions d’introduction générale de Daniel Fabre et Marcello Massenzio (L’approccio antropologico) et de Jean-François Chauvard (L’approche historique), les différentes communications (Jean-Claude Waquet, De l’archive au dictionnaire. Deux voies pour l’étude des vocabulaires politiques à l’âge moderne ; Illaria Tadei, Tra norma e rituale. L’elezione della Signoria a Firenze, secoli XIV-XV ; Gabriella Zarri, Per piacere e per dovere. La scrittura epistolare femminile tra identità e potere ; Marco Gentili, Il linguaggio dell’inimicizia) ont cherché à montrer comment les différentes instances de pouvoir ou de culture tentaient de construire et de fixer des vocabulaires et des sens qui leur étaient propres et traduisaient leur conception de l’ordre et des rapports sociaux. La deuxième journée, « Le politiche della lingua », a approfondi ce problème, à travers l’étude d’exemples précis (Jacques Revel, Politiques de la langue en France entre l’Ancien Régime et la Révolution ; Amedeo Quondam, La lingua italiana. Una questione infinita ; Françoise Waquet, Le latin comme système de pouvoir dans l’Europe moderne et contemporaine ; Jean-François Courouau, Des politiques linguistiques en France, sous l’Ancien Régime ?). Des approches et des thématiques offertes par la recherche anthropologique et susceptibles de larges applications dans le domaine historique ont été présentées et développées lors des deux journées suivantes, celle du 17 mars sur « Lingue e culture politiche » (Luigi Lombardi Satriani, I poteri della parola ; Mariano Pavanello, Un linguaggio del potere fra verbi e tamburi : la tradizione akan (Africa occidentale) ; Bruno Tobia, Il simbolismo romano dall’Unità al fascismo ; Remato Moro, Il linguaggio del pregiudizio tra politica e religione ; Michel Nassiet, L’héraldique princière : un discours d’affirmation et de légitimation ; Anna luso, Poteri sottesi nella scrittura femminile) et celle du 21 avril sur Marc Augé, Les rites d’inversion-perversion, Marcello Massenzio, Potere dell’evento e potenza del simbolo, Jean Jamin, L’Afrique en tête, Giuliana Di Febo, Riti e politica. Il culto dei caduti nella Spagna Franchista, Daniel Fabre, La magia dello scritto tra etnologia e letteratura. L’accent mis sur les aspects symboliques et rituels qu’assume le langage a été approfondi dans la dernière journée consacrée au problème précis et complexe du rapport entre l’Église et les langues (Clara Gallini, La croce e le sue interpretazioni ; Julien Simon, Les langues universelles à la Renaissance ; Pierre-Antoine Fabre, Langue mystique et liturgie : Ignace de Loyola ; Claude Pruhomme, Missions chrétiennes et premières traductions en langues indigènes : enjeux de pouvoir, enjeux du croire ; Gigliola Fragnito, Latino e volgare nella politica della Chiesa ; Paolo Broggio, Il linguaggio delle controversie dottrinali in età moderna).

3Longtemps privilège des prêtres et des rois, la langue – ou plutôt sa maîtrise – est assimilée à un instrument de domination toujours remodelé ou contesté par d’autres formes d’utilisation et d’expression (le langage scientifique, les langues vulgaires populaires au Moyen Âge, les hybridations entre langues de « haute » et « basse » culture...). Au-delà des rapports entre langue et pouvoir, langue et rituel, langue et église, le séminaire a souligné avec force l’importance des thématiques relevant de l’historicité des langues et du discours sur les langues.

Publications

Martine Boiteux

  • « Il Possesso. La presa di potere del Sovrano Pontefice sulla città di Roma », dans Habemus Papam. Le elezioni pontificie da San Pietro a Benedetto XIV, sous la dir. de Francesco Buranelli, Rome, De Luca, 2007, p. 131-140.
  • « I. Barberini. Roma e la Francia : effimero e politica », dans I Barberini e la cultura europea del Seicento, sous la dir. de Lorenza Mochi Onori, Sebastian Schutze, Francesco Solinas, Rome, De Luca, 2007, p. 345-360.
  • « Le bouclage. Rome en temps de peste 1656-1657 », Roma moderna e contemporanea, 2007, p. 175-204.
  • « Fêtes et commanditaires à Rome au XVIe siècle », dans La Committenza di Caterina de Medici. Feste, musica, pittura, scultura, architettura, sous la dir. de Sabine Frommel, Venise, 2008, p. 183-201.
  • « Linguaggio figurativo ed efficacia rituale », dans I Linguaggi del potere. Politica e religione nell’età barocca, sous la dir. de F. Cantù, Rome, Viella, 2008.
  • « L’hommage de la Chinea. Madrid-Naples-Rome », dans Roma Spagnola, sous la dir. de Carlos Hernando, Madrid, 2008, vol. II, p. 831-846.
  • « La noblesse romaine sur la scène », dans Le Nobiltà delle Città Capitali, sous la dir. de Martine Boiteux, Catherine Brice, Carlo M. Travaglini, Rome, edimond, 2008.
  • « Violences rituelles et symboliques. Juifs et Chrétiens à Rome », sous la dir. de G. Bertand, Le destin des rituels dans l’espace urbain, France-Italie XIIIe-XXIe siècle, Rome, 2008, p. 191-207.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Delille, Martine Boiteux, Daniel Fabre, Jean-François Chauvard, Pierre-Antoine Fabre, Maria Antonietta Visceglia, Marcello Massenzio et Francesca Cantù, « Histoire et anthropologie sociale de l’Italie moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 287-289.

Référence électronique

Gérard Delille, Martine Boiteux, Daniel Fabre, Jean-François Chauvard, Pierre-Antoine Fabre, Maria Antonietta Visceglia, Marcello Massenzio et Francesca Cantù, « Histoire et anthropologie sociale de l’Italie moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19268

Haut de page

Auteurs

Gérard Delille

Articles du même auteur

Martine Boiteux

Articles du même auteur

Daniel Fabre

Articles du même auteur

Jean-François Chauvard

Articles du même auteur

Pierre-Antoine Fabre

Articles du même auteur

Maria Antonietta Visceglia

Marcello Massenzio

Articles du même auteur

Francesca Cantù

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals