Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales

Jacques Chiffoleau
p. 319-322

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jacques Chiffoleau, directeur d’études

Inquisitions et hérésies au XIIIe et au XIVe siècle

1Après un rappel des travaux importants du groupe de Nice (M. Zerner) sur l’« invention de l’hérésie » au XIe et au XIIe siècle et des vues nouvelles de M. Rubellin sur le mouvement de Valdès à Lyon dans les années 1170-1180, on s’est d’abord livré à une analyse critique de l’historiographie traditionnelle – toujours dominante – sur la dissidence religieuse au XIIIe siècle et sur les résistances que rencontrent, dans ce contexte historiographique, les analyses cherchant d’abord à ne pas essentialiser l’hérésie. Puis a été tentée une lecture soigneuse des différents dossiers documentaires, parfois inédits, qui permettent d’approcher le valdéisme dans l’ancien Royaume d’Arles et de Vienne entre 1220 et 1330 et qui sont finalement plus nombreux qu’on ne le pensait jusqu’ici, même s’ils recèlent très peu d’éléments permettant une histoire « doctrinale » du mouvement vaudois. Refusant la méthode philologico-combinatoire qui est le plus souvent mobilisée par les historiens pour isoler et construire un valdéisme rhodanien dans les derniers siècles du Moyen Âge (comme le fait par exemple J. Duvernoy, en articulant des sources de nature, d’origine géographique et d’époques différentes) on a d’abord cherché à mieux contextualiser les premières accusations d’hérésie, lancées essentiellement par la papauté et ses légats entre Innocent III et le siège d’Avignon de 1226. Cela nous a conduits à proposer une analyse nouvelle de certains textes bien connus – la décrétale Maiores ecclesiae causas, X, 42, 3 – ou difficiles à dater – le dernier chapitre du traité anti-hérétique conservé dans le mss. Troyes 1068 F°130 r°-v°. Les enjeux politiques et ecclésiologiques de l’importante consultation juridique de 1235 sur le factum hereticale vaudois à Arles ont ensuite été mis en évidence lors d’une séance où Simone Balossino, attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Avignon, nous a fait part de ses découvertes sur le mouvement communal à Arles et à Avignon qui éclairent d’un jour nouveau les formes d’anticléricalisme se développant dans la plupart des cités de la basse vallée du Rhône lors de la première moitié du XIIIe siècle. Ont été analysés ensuite les dossiers documentaires issus de la répression que permet l’arrivée des princes capétiens dans la région à partir du milieu du siècle (Malaucène 1251, Monteux-Carpentras 1252, Avignon 1259, l’Isle-Sur-Sorgue 1261, Marseille 1266, etc.). À la lumière de ces sources, la nature de la dissidence apparaît toujours aussi difficile à préciser mais l’origine sociale des accusés, où les femmes sont relativement nombreuses, et les réseaux auxquels ils appartiennent montrent clairement qu’ils sont issus de milieux favorisés, bien enracinés localement, proches souvent des dirigeants politiques du mouvement communal antérieur. Un changement est donc nettement perceptible lorsque, à la fin du même siècle (à Valréas par exemple en 1298) et pendant les premières décennies du siècle suivant (cas des vaudois interrogés par Jacques Fournier en 1319-1320), les inquisiteurs sont confrontés à des dissidents d’origine plus clairement rurale, ou gyrovagues. Cette recherche sur l’hérésie a aussi été l’occasion, en liaison étroite avec le programme « Corpus électronique des lettres des papes » développé à Lyon et à Avignon par l’UMR 5648, d’un début d’analyse systématique des actes du gouvernement central de l’Église concernant cette région qui devient, à partir de la fin du XIIe siècle, un véritable laboratoire de la théocratie.

Recherches sur l’obéissance et la rébellion

2Le séminaire a tenté d’esquisser la préhistoire canonique et théologienne des deux notions d’obéissance et de rébellion, depuis l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (où elles n’apparaissent pas encore comme des antonymes, et où la rébellion n’est pas encore une qualification juridique majeure) jusqu’au XIIe siècle. Après une courte enquête lexicographique dans la Vulgate et chez les Pères, qui nous a donné l’occasion de repérer quelques pistes de recherche ultérieures (par exemple sur les liens originels entre rebelles, déserteurs et fugitifs), nous nous sommes concentrés sur la nature de l’obéissance en nous fondant principalement sur des sources normatives ou théologiques. Les analyses de Foucault sur Cassien et surtout les travaux en cours de Yan Thomas et de Paolo Napoli sur la notion de règle et sur la normativité spécifique qu’elle recouvre nous ont permis de lire à nouveau frais la Règle du Maître et de la Règle de saint Benoît (notamment Prologue, V, VII, LVIII) et de préciser les liens entre obéissance, discipline, réparation et sanction. Appuyés sur cette lecture, nous nous sommes alors tournés vers Bernard de Clairvaux (Du précepte et de la dispense) et Baudoin de Ford (sermon 7), ce qui nous a donné l’occasion de réfléchir sur les liens entre œconomia, dispensatio et obedientia (dans la ligne cette fois des travaux de Giorgio Agamben, Il regno e la Gloria, Vicenza, 2007). À cette occasion, et pour préparer une rencontre à Bologne consacrée à l’exception, il a paru nécessaire de revenir sur la notion de dispense (à partir essentiellement d’Yves de Chartes) et, en collaboration avec Julien Théry, de tenter un nouveau commentaire de la décrétale Duae sunt leges, qui occupe une place majeure dans les débats casuistiques sur la règle d’obéissance puisqu’elle installe celle-ci au cœur d’une opposition, élaborée pour l’occasion mais promise à un bel avenir, entre lex publica et lex privata. Dans ces analyses, ce qui était visé c’était en effet toujours la construction du sujet en même que le développement d’une administratio spécifique.

3Le passage et la collaboration d’un certain nombre de collègues ont permis par ailleurs de développer des enquêtes dans un certain nombre de directions proches de celles empruntées par le séminaire ces dernières années. Didier Méhu, professeur à l’Université Laval à Québec, directeur d’études invité à l’EHESS, a présenté ses analyses sur « Normativité et performativité du rituel au Moyen Âge central. L’exemple de la consécration de l’église à la période grégorienne ». Dans le cadre de la préparation de l’ouvrage collectif sur les grands procès politiques de la fin du Moyen Âge (J. Chiffoleau et J. Théry, éd.), Franck Mercier, de l’Université de Rennes a ouvert le dossier du procès de Jean d’Alençon (« Les coulisses d’un procès à grand spectacle : la condamnation pour crime de lèse-majesté de Jean II d’Alençon (1456-1458) ») tandis que Sebastian Provvidente (doctorat européen en histoire, sociologie, anthropologie et philosophie des cultures juridiques européennes) détaillait les enjeux du procès de Jean Huss devant le concile de Constance et que Xavier Hélary (Université Paris-IV), au cours d’une journée consacrée à l’élaboration du livre sur la lèse-majesté à la fin du Moyen Âge, présentait l’étrange procédure pour haute trahison contre le comte d’Acerra lancée par Robert d’Artois lors de son séjour en Italie du Sud comme régent du Royaume de Sicile.

Publications

  • Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIVe-XVe siècle), sous la dir. de Nicole Beriou et Jacques Chiffoleau, Lyon, Presses universitaires de Lyon [Collection d’histoire et d’archéologie médiévales n° 21], 2008, 820 p.
  • « Baluze, les papes et la France », dans Étienne Baluze, 1630-1718. Érudition et pouvoir dans l’Europe classique. Actes du colloque de Tulle, 21 octobre 2006, sous la dir. de Jean Boutier, Limoges, Presses de l’Université de Limoges, 2008, p. 163-246.
  • « The refreshment of the palace », dans Douglas Gordon. Où sont les Clés ? Unnaturalhistorie (Collection Yvon Lambert, Avignon, été 2008), Paris, Gallimard, 2008.
  • « Conclusion », dans Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIIIe-XV siècle), sous la dir. de Nicole Beriou et Jacques Chiffoleau, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2008 [Collection d’histoire et d’archéologie médiévales n° 21], p. 707-753.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 319-322.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19304

Haut de page

Auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals