Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance

Alain Boureau
p. 326-328

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études

Fautes et châtiments au Moyen Âge central

1Nous avons continué notre recherche sur le mal à l’époque scolastique. Cette année, nous avons suivi la piste ouverte l’année précédente avec la notion d’imputation et nous nous sommes intéressés au mal provoqué ou perçu par l’homme. Pour cela, nous avons d’abord, analysé, au premier semestre, les catégories d’évaluation et de classement de la malfaisance humaine.

2Nous avons examiné la faute sans réparation, entraînant une peine irréversible, avec la notion de péché contre l’esprit et de faute de pure mauvaiseté (ex certa malignitate). Les penseurs du XIIIe siècle en ont débattu longuement et minutieusement. Nous avons aussi travaillé sur la diffamation, avant et après la mise en place des procédures d’inquisition. La notion de scandale nous a longuement retenus. Nous avons choisi cette notion, parce qu’elle apparaît avec le christianisme et connaît un développement marqué à l’époque scolastique. La métaphore de la pierre d’achoppement, longuement travaillée, permet de penser le mal humain, dans ses rapports à l’autre, dans ses provocations, ses influences, sous son regard. Nous sommes partis d’un curieux texte d’Othon de Freising, qui récuse les accusations troubles de saint Bernard sur les causes de l’échec de la croisade et sur l’usage punitif de la providence. Thomas d’Aquin se livre d’abord à une analyse du mot qui reconstruit un sens littéral, qui permet d’explorer la métaphore. Ainsi est établie la grande distinction, certainement propre à Thomas, entre scandale actif et scandale passif. en revenant au sens physique : l’objet qui fait buter, l’obstacle (obex), occasion ou cause de la chute engendre un processus grammaticalement actif. Celui qui chute, trébuche ou glisse subit un mouvement passif. Lexicalement, il faut donc distinguer deux mouvements (faire buter – scandalizo, buter – scandalizor). L’ambivalence doit se concentrer dans le substantif scandalum, qui désigne à la fois le fait de buter, le faux mouvement (ou à ce qui dispose à la chute) et l’obstacle lui-même.

3Ces considérations doivent, pour un prochain séminaire, nous inciter à poursuivre du côté du blasphème, question déjà remarquablement analysée par Corinne Leveleux, mais qui doit encore s’éclairer dans l’ensemble des fautes de langage et d’opinion.

4La seconde partie du séminaire a porté sur les conflits internes qui permettent l’intrusion du mal. Nous nous sommes attachés à l’émergence de la notion de puissances de l’âme, forces qui peuvent être antithétiques, selon un schéma qui soutiendra une anthropologie de la faute humaine et perdurera jusqu’à Kant. Nous avons repéré la naissance de ce schéma chez Hugues de Saint-Victor, au premier tiers du XIIIe siècle ; un sens naturaliste de la puissance mathématique introduit cette notion, vite rabattue par Pierre Lombard, puis par la pensée cistercienne (Alcher de Clairvaux et Isaac de l’Étoile), vers une analogie entre trois puissances de l’âme et les attributs trinitaires de la divinité. Au cours des années 1220-1230, des tentatives concordantes (Guillaume d’Auxerre, Alexandre de Halès, Guillaume d’Auvergne, Hughes le Chancelier), tendirent à loger difficilement le libre arbitre dans cette représentation. Puis, la pensée de Jean de La Rochelle, dans les années 1230, introduisit l’idée neuve de passions de l’âme, reprise par Thomas d’Aquin. En un siècle, avait été posée et raffinée une doctrine de l’autonomie des facteurs internes de l’action et du mal, matrice durable d’une description de l’homme contingent. Les conséquences juridiques de ce schéma neuf sont immenses et seront explorées dans de prochains séminaires.

5À l’occasion d’une journée du Groupe d’anthropologie scolastique sur les procès de canonisation, le directeur d’études a présenté, à partir du procès de Louis d’Anjou, quelques hypothèses sur Richard de Mediavilla, qui seront développées dans le séminaire suivant. De nombreuses interventions liées aux thèmes du séminaire se sont déroulées aussi dans le séminaire du Groupe d’anthropologie scolastique, juste avant ce séminaire (voir ce compte rendu). Le séminaire a entendu et discuté une présentation par Julie Claustre-Mayade de son livre Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge (Paris, Publications de la Sorbonne, 2007), remarquable renouvellement de la question du sens de la prison médiévale.

Publications

  • De vagues individus. La condition humaine dans la pensée scolastique (La Raison scolastique, III), Paris, Les Belles-Lettres, 2008, 368 p.
  • Théologie, science et censure au XIIIe siècle. Le cas de Jean Peckham, Paris, Les Belles-Lettres, 1999, Rééd. Revue, 2008, 379 p.
  • Avec Irène Rosier-Catach, « Droit et théologie dans la pensée scolastique. Le cas de l’obligation et du serment », Revue de synthèse, tome 129, 6e série, n° 4, 2008, p. 509-258.
  • « Accidents circulatoires », dans Compléments de substance. Études sur les propriétés accidentelles offertes à Alain de Libera, sous la dir. de C. Erismann et A. Schniewind, Vrin, 2008, p. 43-48.
  • « Avoir du chien. Thomas d’Aquin et la passion impossible de la vengeance », Penser/Rêver n° 13, printemps 2008, p. 99-112.
  • « On ne doit pas parler la bouche pleine. Un épisode d’histoire politique non-thomiste (Bourdieu, Foucault, Senellart) », L’Atelier du CRH. Revue électronique du Centre de recherches historiques, sous la dir. de B. Duval, Historiographies de la pensée politique médiévale, 1, 2008.
  • « Conformité, formes et formalité chez Michel de Certeau », dans Zeitsprünge. Forschungen zur Frühen Neuzeit, sous la dir. de P. Büttgen et C. Jouhaud, Band 12, 2008, p. 114-123.
  • « Vouloir l’amour et l’abandon du Père », dans « L’impensable qui fait penser. Histoire, théorie, psychanalyse. Mélanges Jacques Lebrun », sur la dir. de P.-A. Fabre, A. Tardits et F. Trémolières, Le Genre humain, 2008, p. 21-29.
  • « La circulation des hérésies », dans les Cahiers du Centre de recherches historiques, « Circulations et frontières. Autour du 101e anniversaire de Fernand Braudel », octobre 2008, p. 19-30.
  • « Un nom affirmatif. L’adaptation comme formation par la parole », Penser/Rêver, n° 14, automne 2008, p. 183-196.
  • « Introduction » dans L’Enquête au Moyen Âge, sous la dir. de C. Gauvard, Rome, École française de Rome, 2008, p. 1-10.
  • « Hérédité, erreurs et vérité de la nature humaine (XIIe-XIIIe siècles) », dans L’hérédité entre Moyen Âge et époque moderne, sous la dir. de Maaike van der Lugt et Charles de Miramon, Florence, Sismel, 2008, p. 67-81.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 326-328.

Référence électronique

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19308

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals