Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire intellectuelle des sociétés médiévales

Sylvain Piron et Elsa Marmursztejn
p. 328-329

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Sylvain Piron, maître de conférences
Elsa Marmursztejn, maître de conférences à l’Université de Reims

Le baptême forcé des enfants juifs (VIe-XXe siècle) : une histoire politique de l’antijudaïsme chrétien

1Le séminaire visait à inscrire dans la longue durée la question du baptême administré aux enfants juifs contre la volonté de leurs parents, dans un aller-retour entre débats théoriques et situations historiques, en cherchant à traiter ce sujet non comme un chapitre de l’histoire des persécutions mais comme un révélateur de différents aspects des sociétés chrétiennes. Du point de vue sacramentel, l’irréversibilité du baptême produit la situation paradoxale d’un acte qui est à la fois illicite et valide ; la pratique de ces baptêmes fait ressortir le rôle assigné aux laïcs, et en particulier aux femmes, dans l’administration du sacrement. L’analyse de la contrainte et du consentement donne lieu, en philosophie et théologie, à des débats récurrents sur la volonté et ses expressions. La dimension juridique et politique du problème apparaît sous l’angle du pouvoir exercé par le père ou le prince sur l’enfant et avec l’articulation entre conversions forcées et expulsions des juifs des royaumes chrétiens. En dernier lieu, la place singulière de l’enfance et des enfants a été prise en compte : au-delà des usages logiques ou casuistiques de l’enfance dans les débats scolastiques, la représentation des juifs comme assassins d’enfants, participe aux accusations qui, tel le meurtre rituel, ont donné lieu à des persécutions réelles ; elle fonde en outre l’argument selon lequel les enfants doivent être enlevés à leurs parents, de crainte qu’ils ne les tuent pour les soustraire au baptême.

2Outre des séances thématiques, une série d’interventions a permis de poser le problème dans la longue durée. Traitant de la conversion forcée des juifs dans les premiers siècles chrétiens, Capucine Nemo (Paris-X) et Céline Martin (Bordeaux-III) ont montré comment le « citoyen romain de religion juive » de l’époque tardo-antique se transforme en « juif perfide », les différentes campagnes wisigothiques de conversions forcées s’achevant en 694 par la réduction en esclavage de tous les juifs, collectivement considérés comme apostats. À travers la notion de « pacte baptismal » et à partir de l’ensemble des traités sur le baptême de l’époque carolingienne, Dominique logna-Prat (CNRS) a proposé une réflexion sur la nature de l’engagement pour les enfants (question de la « foi pour l’autre »), ainsi que sur les dimensions ecclésiologique et monumentale du baptême. Les XIe-XIVe siècle ont été abordés à partir de textes normatifs attestant l’évolution de la jurisprudence, puis du célèbre cas du juif Baruc (1320), baptisé de force, revenu au judaïsme, interrogé – et reconverti – par l’évêque Jacques Fournier. Après un examen de l’expression figée minis et terroribus (« par les menaces et la terreur »), la réception du baptême sous contrainte a été traitée par Charles de Miramon (CNRS) sous l’angle de la crainte, telle qu’elle apparaît dans les codes juridiques, en théologie et en droit canonique aux XIIe-XIIIe siècles. Nous avons discuté avec Irène Rosier-Catach (CNRS-EPHE) de l’intention dans la collation du baptême sous deux aspects : la question de l’intention du baptisant, essentielle dans la réflexion sur l’efficacité du sacrement, et celle de l’intention du baptisé qui donne lieu à des distinctions subtiles entre la réception du sacrement et la réception de l’effet du sacrement.

3Pour les périodes ultérieures, Maurice Kriegel (EHESS) a présenté une série de réflexions autour de la conversion forcée des juifs du Portugal (1497), soulignant l’articulation entre expulsion et conversion dans le cas portugais et l’analogie, à cet égard, avec le cas de l’expulsion des musulmans du royaume d’Aragon (1525-1526). Plus largement, M. Kriegel a abordé la question des suicides collectifs et du meurtre des enfants par leurs parents dans le judaïsme médiéval. Isabelle Poutrin (Paris-XII) a traité le thème des baptêmes des enfants des infidèles tel que l’ont envisagé les théologiens et les canonistes des XVIe et XVIIe siècles ; Boris Jeanne (EHESS-Paris-I), celui des baptêmes de masse au Mexique dans les années 1520 ; Marina Caffiero (Rome, La Sapienza), celui des baptêmes forcés à Rome au XVIIIe siècle, et en particulier des conversions féminines. Catherine Poujol (CIERL, Bruxelles) a présenté ses recherches en cours au sujet de la restitution des enfants juifs cachés et baptisés pendant la Seconde Guerre mondiale. Finalement, Miri Rubin (Queen Mary, Université de Londres) a clos le séminaire par l’examen de la question de l’enfant dans les polémiques antijuives au Moyen Âge. Notant la présence accrue, à partir du XIIe siècle, des images de l’enfance vulnérable, elle souligne la relation qui s’établit entre la maternité humaine, la dévotion nouvelle envers Marie et l’enfant-Dieu, et la perception des juifs comme menace pour les chrétiens.

Publications

  • « L’ecclésiologie franciscaine de Jean de Roquetaillade. Λ propos d’une édition récente », Franciscan studies, n° 65, 2007, p. 281-294.
  • « Deplatonising the celestial hierarchy. Peter John Olivi’s interpretation of the Pseudo-Dionysius », dans Angels in medieval philosophy inquiry. Their function and significance, sous la dir. d’Isabel Iribarren, Martin Lenz, Aldershot, Algate, 2007, p. 29-44.
  • « Un avis retrouvé de Jacques Fournier », Médiévales, n° 54, printemps 2008, p. 113-134.
  • « Le poète et le théologien : une rencontre dans le studium de Santa Croce », dans Ut philosophia poesis. Questions philosophiques dans l’écriture de Dante, Pétrarque, Bocacce, sous la dir. de Joël Biard, Fosca Mariani Ziani, Paris, Vrin, 2008, p. 73-112.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Piron et Elsa Marmursztejn, « Histoire intellectuelle des sociétés médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 328-329.

Référence électronique

Sylvain Piron et Elsa Marmursztejn, « Histoire intellectuelle des sociétés médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19309

Haut de page

Auteurs

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Elsa Marmursztejn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals