Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles

Pierre-Antoine Fabre
p. 330-331

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études

Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle

1Le séminaire a poursuivi cette année pour l’essentiel l’exploration du champ de recherches dont il voudrait contribuer à préciser les contours : celui d’une histoire de la spiritualité moderne. On a cherché à comprendre les raisons de la particulière floraison de pratiques et d’écrits reconnus comme « spirituels » dans l’Europe du XVIIe siècle, en inscrivant leur espace dans un double écart par rapport au discours de la théologie : d’une part, la philosophie comme mode d’articulation de la connaissance et de l’action, dans un monde régi par les seules lois de la nature et les seules règles de l’organisation sociale, n’a pas encore relayé cette floraison, et d’autre part, l’Église ne couvre plus de son autorité l’ensemble des formes d’expression de la conscience individuelle et de la responsabilité collective. Dans cet espace incertain, le discours de la spiritualité serait celui de l’individu en société, en tant qu’il construit, dans une relation intersubjective, directe ou indirecte, orale ou écrite, les garanties de l’autonomie de ses conduites.

2Nous avons prolongé pour l’essentiel des séances de cette année une étude déjà ouverte, en vue d’un ouvrage en préparation, sur la correspondance de Jérôme Nadal (1507-1580), en nous intéressant à trois aspects de ce vaste massif : la correspondance comme « parole écrite » et la spécificité de cette écriture à l’époque moderne, entre parole et écrit, entre manuscrit et imprimé ; la relation spirituelle à l’œuvre dans cet ensemble de lettres adressées pour la plupart aux généraux successifs de la Compagnie (dont le premier, Ignace de Loyola avait été le directeur spirituel de Nadal) et le rapport de cette relation et de la relation institutionnelle : contre-hiérarchie, double hiérarchie, en tout état de cause double scène ; enfin la fonction de la correspondance comme écriture autobiographique, construisant l’unité dans l’espace et dans le temps d’une activité itinérante et multiforme, dont les lettres produisent l’ordre à partir d’un lieu spécifiquement épistolaire. Nous nous sommes spécialement intéressés cette année à un ensemble de lettres échangées entre Ignace de Loyola et Nadal en 1549, à l’époque du séjour de ce dernier à Messine pour la fondation d’un collège jésuite (le premier collège de la Compagnie) dans cette ville. Cette liasse très dense nous a permis l’analyse conjointe des relations entre le gouvernement romain et cette première périphérie montante de l’Ordre, et son imbrication avec les liens de paternité et filiation entre les deux protagonistes ; elle a aussi présenté l’avantage de mettre à profit, dans cette situation particulière où l’acheminement d’un ensemble de reliques depuis Rome joue un rôle notable dans l’implantation des jésuites à Messine, les recherches conduites par ailleurs au CARE sur les cultes reliquaires à l’époque moderne.

3Un certain nombre de séances autonomes ont alterné avec ce fil directeur de l’année. Les premières ont été des « lectures critiques » de travaux récents sur la culture spirituelle d’époque moderne : un bilan des études salésiennes actuelles (avec la participation d’Agnès Guiderdoni-Bruslé, FNRS, Leuven), une discussion de l’édition de l’Abandon à la providence divine de Jean-Pierre Caussade par Dominique Salin (avec l’auteur, Centre Sèvres) et Jacques Le Brun (EPHE), une discussion de La méditation au XVIIe siècle, volume dirigé par Christian Belin (Champion, 2006) (avec la participation de Sophie Houdard). Les autres séances ont accueilli : la présentation des recherches d’Olga Vassilieva sur les Pia Desideria d’Hermann Hugo (avec la participation de Ralph Dekoninck, FNRS, Leuven) et les recherches de Dinah Ribard et Myriam Tsimbidy sur les écrits des curés de Paris (séance conçue en collaboration avec le GRIHL).

4Nous avons enfin réservé une séance, Jacques Le Brun, Dominique Salin et moi-même, à une réflexion commune, inspirée par un passage célèbre de La Fable mystique de Michel de Certeau (1982), sur la figure de l’oxymore dans le texte spirituel, avec le projet, à poursuivre dans les années à venir, de repérer certaines de ces figures qui constituent ce que l’on pourrait appeler avec Paul Ricoeur des « métaphores vives ». Ce ne sont ni des formations conceptuelles, ni des figures rhétoriques, ce sont les manifestations d’une pensée au travail dans et par le langage, et qui nous ont semblé pouvoir contribuer, selon l’objectif ultime de ce séminaire, à spécifier la singularité de l’écriture spirituelle par rapport à celle de la littérature, de la philosophie ou de la théologie.

Publications

  • Sanctuaires et transferts de culte, avec M.-E. Ducreux, Cahiers du CFtH, 2008
  • « La temporalité du Concile de Trente », Festschrift Paolo Prodi, sous la dir. de G.-P. Brizzi, Bologne, 2007.
  • « Sciences sociales et histoire de la spiritualité moderne : perspectives de recherche », dans Caminos de historia, Sâo Paulo, 2007 (en portugais).
  • « Réflexion sur l’histoire », dans Enjeux philosophiques de la mystique, sous la dir. de D. de Courcelles, Jérôme Millon, 2007.
  • « Le dit mystique », dans Enjeux philosophiques de la mystique, sous la dir. de D. de Courcelles, Jérôme Millon, 2007.
  • « Chairs dormantes. L’agonie du visible à la limite du cadre dans l’iconographie de l’Agonie du Christ au Jardin des Oliviers », dans Image and imagination. Self meditation..., sous la dir. de W. Melion et al., Brepols, 2008, (en anglais).
  • « Essai de géopolitique des courants spirituels : Alonso Sánchez entre Madrid, le Mexique, les îles Philippines, les côtes de la Chine et Rome (1579 – 1593) », dans Ordenes religiosas entre América y Asia : Ideas para una historia misionera de los espacios coloniales, encontro internacional, Colmex, 17 février 2003, sous la dir. de E. Corsi, Mexico, ColMex, 2008 (en espagnol).
  • « Ciencias sociales y historia de la espiritualidad », dans Memoria, religion, modernidad, Buenos Aires, 2008 (en espagnol).
  • « L’Esclavonie, escale sur la route de l’Occident : la Santa Casa de Nazareth transportée par les Anges (1291-1294) », dans Sanctuaires et transferts de culte, Cahiers du CRH, sous la dir. de M.-E. Ducreux et R-A. Fabre, 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 330-331.

Référence électronique

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19310

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals