Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire

Catherine Clémentin-Ojha
p. 336-337

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Catherine Clémentin-Ojha, directrice d’études

Les questions religieuses dans les procès de l’Inde coloniale

1Au premier semestre, nous avons examiné la manière dont les questions religieuses ont été traitées dans quelques fameux procès de l’Inde britannique pour nous demander ce qu’était rendre la justice, punir les écarts à la norme, et rétablir l’ordre lorsque la religion était en cause. Cela a été l’occasion de montrer l’articulation du droit et de la religion à l’époque où la puissance coloniale affichait une politique de neutralité à l’égard des communautés religieuses tout en s’efforçant de rationaliser le fonctionnement de leurs institutions (temples, monastères). Confrontés à un système indigène d’administration des questions religieuses qui se caractérisait principalement par la non-distinction du religieux et du social, les Britanniques durent accepter le paradoxe d’un État bureaucratique agissant comme protecteur de la religion. Car au passage, ils réinventèrent les instruments avec lesquels les hindous administraient la « religion », en dessinant peu à peu une sphère religieuse distinguée du reste. On s’est aussi demandé comment les juges opérant dans le cadre d’un tribunal britannique construisaient la pertinence de la référence à l’hindouisme et au droit hindou. Il s’est en particulier agi de caractériser le rôle qu’ils donnaient aux écritures sacrées et aux autorités religieuses traditionnelles (pandit, gourou, prêtre) dans l’enceinte judiciaire.

Le fait sectaire hindou

2Au second semestre, nous avons examiné la morphologie sociale des sectes hindoues. Nous nous sommes fondés sur des ouvrages fondamentaux pour donner une vision d’ensemble des questions de terminologie et de définition qu’elle soulève. Nous avons ainsi précisé qu’on parlait de « sectes hindoues » parce que les groupes religieux concernés sont autant de formes d’appartenance à l’hindouisme, même s’ils contestent l’ordre hiérarchique des castes et le système de pensée qui le justifie. Bien que leurs membres appartiennent aux castes hindoues, en effet, les sectes en question se construisent en marge des normes sociales dominantes, et constituent le creuset de toute une culture de protestation contre l’ordre social. C’est donc le refus de la religion telle qu’elle se vit dans la caste, qu’il prenne la forme aiguë du renoncement au monde ou consiste en une simple contestation de l’ordre établi, qui introduit la logique sectaire à l’intérieur de la société hindoue. Mais cette vie à l’écart se donne un cadre institutionnel – la secte. Elle ne rompt donc pas tout lien social, et elle produit une forme d’organisation sociale qui, bien qu’alternative et dotée de ses propres règles, n’est pas pensable en dehors du système des castes au sein duquel ses membres continuent de vivre.

3Au cours de cette année, nous avons aussi entendu David Gordon White (directeur d’études invité de l’EHESS) nous exposer ses recherches sur la secte hindoue des yogî.

4Par ailleurs, j’ai été invitée à présenter une communication à l’étranger à deux reprises cette année : au 2e colloque international de psychologie de la religion : la conversion religieuse, Faculté de psychologie, Université de Lausanne, 15-16 mai 2008, sur le thème : « La conversion, une pratique étrangère à l’hindouisme ? » ; au colloque international « droit et religion », Faculté de droit, Université de Moncton, New Brunswick, Canada, 17-23 août 2008, sur le thème : « L’insertion des convictions religieuses dans les droits positifs contemporains : le cas de l’Union indienne ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 336-337.

Référence électronique

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19314

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals