Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique

Christian Duverger
p. 391-392

Texte intégral

Christian Duverger, directeur d’études

L’espace-temps en Méso-Amérique

1En 2007-2008 s’est poursuivie la réflexion entamée l’année précédente sur l’espace-temps dans la Méso-Amérique préhispanique. Rappelons que l’espace tire son contenu symbolique du temps qui, par la mécanique du calendrier, lui attribue ses qualités essentielles. D’un autre côté, le temps s’inscrit nécessairement dans un espace, en l’occurrence dans l’une des quatre directions de l’univers, selon une rotation est-nord-ouest-sud. Il y a donc bien un espace-temps et seulement un espace-temps : on ne connaît pas d’espace non chronologique (chaque point cardinal est associé à un groupe de cinq signes de jours), pas plus que n’existe de temps extra-spatial (la circularité du temps induit la spatialisation).

2Comme les espaces s’imbriquent de façon homothétique selon plusieurs niveaux de hiérarchie (le monde, la région, la ville, le quartier, le pâté de maisons), comme la rotation des espaces s’effectue elle aussi selon plusieurs scansions (le jour, la treizaine, le cycle de deux cent soixante jours, l’année, le cycle de cinquante-deux ans), les espaces-temps méso-américains sont volontiers hétérogènes car ils superposent des qualités provenant de niveaux hiérarchiques distincts. Par exemple un jour « nord » peut prendre place dans une treizaine « est » appartenant à une année « ouest ».

3Dans ce schéma de rotation du temps et de quadripartition de l’espace quelle peut être le statut du centre ?

4Cette question, débattue par les grands ethnohistoriens du siècle précédent, tels Eduard Seler ou Jacques Soustelle, est en réalité demeurée partiellement sans réponse. Car seul le caractère spatial du centre avait alors été pris en compte. Il avait été associé au point où s’annulent les résultantes des axes estouest et nord-sud. D’où la vision d’un centre lié à l’instabilité, à l’épuisement, à l’immobilité. Ces caractéristiques sont pertinentes mais elles ne décrivent qu’une part de l’essence du centre.

5Ce lieu défini par l’absence de forces était assimilable à un point d’inertie. En réalité, il n’y a pas de pensée de l’inertie en Méso-Amérique car l’espace-temps est par définition en mouvement. Tout centre est donc amené à se déplacer. En raison de leur cosmogonie anthropocentrée, les Méso-Américains ont conçu ces déplacements du centre comme une migration, en écho à leur tradition nomade. Le centre du monde se trouve à l’endroit où se fixe le groupe. Comme il y a multiplicité d’établissements humains, il y a multiplicité de centres. Tout centre s’inscrit de la sorte dans le temporaire.

6L’étude a également mis en valeur qu’existait dans la Méso-Amérique préhispanique une pensée du centre que l’on qualifierait aujourd’hui d’arithmétique : les séries numériques impaires en relation avec le déroulement du temps possèdent en effet un centre. Il existe deux séries chronologiques impaires dans le tonalpoualli, la série « diurne » de treize jours et la série « nocturne » de neuf jours. Le chiffre médian de chaque séquence possède les attributs d’un centre, en l’occurrence le sept et le cinq. Mais le sept aura une connotation diurne alors que le cinq aura un caractère nocturne.

7Le séminaire a donc montré comment pouvait s’interpréter l’iconographie du centre à partir de ces paramètres : le quinconce sera par exemple nocturne tandis que le sept, associé à la migration aztèque à travers les sept cavernes d’origine, les sept tribus, etc., aura toujours une relation avec le monde diurne.

8Comme il est de tradition, le séminaire a bénéficié des interventions des membres du CRAP, Daniel Lévine, Caterina Magni, Aïcha Bachir Bacha. Il a également accueilli Arturo Pascual, professeur à l’UNAM (Mexico), directeur de l’Instituto de Investigaciones Estéticas et directeur d’études invité, qui a traité de l’occupation territoriale préhispanique de la région d’El Tajín, Veracruz.

9Le directeur d’études a, comme les années précédentes, donné un enseignement à l’École nationale d’anthropologie et d’histoire de Mexico.

Publication

  • El primer mestizaje, Taurus, Mexico, 2007, 740 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Duverger, « Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 391-392.

Référence électronique

Christian Duverger, « Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19365

Haut de page

Auteur

Christian Duverger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals