Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Organisations et transformations sociales en Australie

Laurent Dousset
p. 394-395

Texte intégral

Laurent Dousset, maître de conférences

Premiers contacts en Australie : les phantasmes de la « tribu perdue » (2)

1Cette année, nous avons poursuivi nos travaux analysant les situations de Premiers Contacts tels qu’ils se sont déroulés en Australie, et tout particulièrement dans l’aire culturelle du Désert de l’Ouest qui couvre 600 000 kilomètres carrés et est une des régions les plus tardivement occupée par l’Occident.

2L’année précédente, le séminaire s’engageait dans une analyse et classification des représentations coloniales de la situation australienne. En effet, les types de contacts entre Occident et mondes indigènes et Aborigènes en particulier ont été variés. Parfois violent et meurtrier, parfois pacifique, parfois s’agissait-il de rencontres entre indigènes et missionnaires, parfois au contraire entre Aborigènes et colons-éleveurs. Dans tous les cas, les situations ont été complexes et les conséquences difficiles à concilier avec d’une part les aspirations de l’État naissant et d’autre part les revendications indigènes.

3Puis nous nous étions penchés sur un cas particulier de premier contact qui a eu lieu dans le Désert de l’Ouest au cours des années 1950 afin d’analyser dans le détail les diverses étapes qui ont dominé la politique indigène australienne : ségrégation, assimilation et autodétermination. Cette année, nous avons poursuivi cette analyse en comparant deux situations. Celles où les Aborigènes furent soumis à des tentatives d’assimilation par des instances gouvernementales et celles dans lesquelles il s’agissait des missionnaires qui eurent cette même ambition. Il en résulte un constat Intéressant. Dans tous les cas, les témoignages Aborigènes révèlent une préférence sensible pour la situation gouvernementale au détriment de la situation religieuse. L’analyse de ces situations et des discours indigènes révèle que cette préférence est à associer à l’ingérence totale que les missionnaires tentèrent de mettre en oeuvre. La situation de contact avec les instances gouvernementales et une situation de non-contact. L’indigène y est un problème général à résoudre de manière globale. Les missionnaires, au contraire, tentèrent de pénétrer dans la sphère personnelle de chaque individu afin d’en modifier profondément les manières de faire et de penser.

4Nous avons ensuite approfondi ces recherches en y incluant l’analyse des actions Aborigènes. Quelles étaient leurs réactions à l’invasion, quels nouveaux concepts émergent de la rencontre, quelles répercutions ces rencontres avaient-elles sur la structure sociale et politique locale ? Nous en avons conclu un élément particulièrement intéressant. La présence des Blancs, de nouvelles technologies, d’autres manières de penser et de faire fabrique un relativisme nouveau dans les rangs des Aborigènes eux-mêmes qui se voient ainsi dans la position de réflecteurs de leur propre culture. Les choses, la tradition, la culture, quelles qu’en soient les définitions, ne sont plus « naturelles », mais deviennent des éléments qui doivent être expliqués et justifiés, car, visiblement, elles sont confrontées à d’autres manières de faire et de penser ; celles des Blancs. De ce relativisme culturel ou « auto relativisme » né une nouvelle conception de la culture et de la tradition. Elles deviennent opérationnelles et mobilisables. Elles deviennent des enjeux de revendication et d’existence politique. La confrontation culturelle produit ainsi une conception à la fois pragmatique et essentialiste de la culture. La culture devient palpable (même si indéfinissable), elle devient véhicule d’identités collectives. Elle devient objet et enjeux.

Publication

  • Avec K. Glaskin, « Western desert and native title : How models become myths », Anthropological Forum, vol. 17, n° 2, 2007, p. 127-148.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dousset, « Organisations et transformations sociales en Australie », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 394-395.

Référence électronique

Laurent Dousset, « Organisations et transformations sociales en Australie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19368

Haut de page

Auteur

Laurent Dousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals