Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien

Jean-Claude Galey
p. 397-398

Texte intégral

Jean-Claude Galey, directeur d’études

Mutations des logiques identitaires et morphologies régionales, interactions idéologiques

1Poursuivant son enquête sur la complexité des dynamiques politiques et sociales aujourd’hui à l’œuvre dans le sous-continent, le séminaire de cette année s’est particulièrement attaché à exposer puis à discuter l’emprise toujours profonde que continue d’y jouer un dispositif culturel peu enclin à abandonner sa place et son ordre aux volontés de perceptions extérieures. La question des frontières a retenu toute notre attention. Locales, régionales ou nationales, les perceptions indiennes de la frontière brouillent et multiplient bien des attendus, déroutent nos perceptions familières en y interposant leurs propres cartes. Choses relatives et mouvantes la frontière s’attache ici à distinguer pour mieux relier, à rapprocher autant qu’à séparer en s’attachant chaque fois à des contextes référents pour confirmer la cohérence globale d’un processus sociologique.

2L’exercice proposait donc que l’on se déroute un moment des formes de linéarité, d’étanchéité et de rupture empruntées et filées par tant de métaphores familières. La relecture commentée de grands travaux classiques pris chez les historiens de Rome (Scheid, Whittaker sur le limes), les médiévistes (Guerreau, Nordman), les géographes (Febvre) et les anthropologues travaillant sur d’autres aires culturelles (Barth et plus récemment de Heusch) a joué le rôle d’introduction comparée. Elle fut suivie de plusieurs études de cas empruntés de caractère ethnographique où l’expertise indianiste et la mise en perspective cherchaient à dépasser puis interdire l’enfermement relativiste soulevant en retour des interrogations qui ne semblaient plus de mise dans nos manières de vivre et de penser mais qui pourtant y perpétuent encore souterrainement des liens qu’elles ne nomment plus.

3La frontière est dans l’Inde ce qui fait autorité. Autorité que gouverne un espace particulier de relations socialement marquées par la parenté et le mariage, les tenures foncières, aires de maîtrise, arbitrages de justice, sous-traitances, clientèles et réseaux d’usure, unités de culte. Modifiant nos univoques logiques de pouvoir elle module par de nombreux recouvrements et d’incessantes négociations différentes dimensions articulées chaque fois autour de territorialités qu’elle mobilise par séquences pour se révéler aussi une véritable inscription dans le temps. Au terme de cette première étape on a souhaité marquer ce que la frontière devait dans un premier temps à la construction sociale et dans un second pour éviter tout sociologisme réducteur ce qu’elles devaient toutes deux à la cosmologie et à l’ontologie particulière d’une cohérence rituelle et institutionnelle. En effaçant de mystérieuses barricades, la frontière se doit donc désormais d’être abordée sous le signe des passages et des seuils. Le thème sera repris.

4Le séminaire a par ailleurs accueilli la visite de Bruce Kapferer de l’Université de Bergen et les présentations qu’il lui a proposé sur la question des liminalités et du rituel en discutant les positions de Turner et Gluckman à la lumière des propositions de Deleuze sur le rhizome et d’une illustration empruntée à une ethnographie cinghalaise. Il a aussi entendu l’exposé de Jonathan Parry de la LSE sur l’embourgeoisement des ouvriers d’une aciérie dans un complexe industriel de l’Inde centrale. Serena Bindi, doctorante de l’université de Sienne, a présenté l’organisation des prêtres de Gangotri selon les migrations alternées que commandent les calendriers cérémoniels, agraires et royaux.

5Le directeur d’études a prononcé la conférence inaugurale des célébrations du Jubilée du Musée ethnographique d’Oslo et participé aux ateliers du Centre Jacques Berque de Tanger sur cette même question des frontières.

Publication

6A comparative approach to interaction. Social Anthropology between relativism and essentialism, Tokyo, Tokyo University for Foreign Studies (TUFS), 2007, vol.3, b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 397-398.

Référence électronique

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19370

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Galey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals