Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 420-422

Texte intégral

Tassadit Yacine, directrice d’études

Anthropologie de la domination dans les sociétés berbères

1Deux volets caractérisent notre séminaire. Le premier s’attache à montrer les formes de domination culturelles visibles (dans les discours et les pratiques) et les moyens mis en place par la société civile pour imposer des expressions marginalisées. Stéphanie Pouessel (EHESS) analyse les modes d’organisation du discours de contestation politique au Maroc en s’appuyant sur l’exemple du réseau Azetta. Rachid Mendjeli (EHESS) montre à travers la transmission orale la croyance « indigène » qui fonde les sociétés en Afrique du Nord et en France. À travers le conteur s’opèrent les différentes formes de communication entre les croyances issues des cultures traditionnelles et les représentations qu’en donne la « culture savante ». Quant à la recherche de El Mehdi lazzi (linguiste, IRCAM, Rabat-Maroc), elle s’inscrit dans une autre optique : celle qui consiste à doter la langue d’un outil de recherche et de sauvegarde performant comme l’élaboration d’une base de données électronique. Ce projet est le résultat de la collaboration, dans le cadre du projet FSP Maghreb-France sur les « Modes de production et de transmission de la culture dans les sociétés berbères », entre la MSH, Paris, et les Universités du Maghreb coordonné par Tassadit Yacine. De nombreux colloques et tables rondes ont été organisés au Maroc dont un en mai dernier sur les Berbères dans les sources historiques.

2Le second porte sur les rapports de genre au niveau des pratiques et dans les représentations. En partant de la théorisation de Joan Scott qui pose le genre comme une catégorie politique, en le distinguant du sexe biologique et en insistant sur la dimension symbolique du rapport masculin/féminin, Sonia Dayan-Herzbrun (Université Paris-VII) rappelle que le masculin renvoie toujours à la domination. Le pouvoir se trouve ainsi associé à la virilité sous ses différentes figures. Mahnaz Shirali (EHESS) essaie de montrer comment le port du voile en France est devenu un des signes et symboles de la féminité autour duquel se cristallisent les discours liés au rejet de l’islam.

3Abderrahmane Lakhsassi (Université Mohammed V, Rabat) se fonde sur les joutes oratoires pour montrer comment la division sexuelle traverse les discours oraux dans la « tradition » chleuh. Les femmes sont rappelées à l’ordre par un discours masculin porteur de légitimité religieuse. La figure emblématique du rays El Hadj Bélaid est ici représentative de la force des rapports de domination. Mattew Carey (EHESS) constate dans le Haut Atlas l’existence d’une véritable hiérarchie de la violence qui se manifeste en fonction des statuts (hommes, femmes, enfants). Mohand Tahar Aissat (Université de Bédjaia, Algérie), décrit la reproduction de la domination masculine – par femmes interposées – au sein d’une entreprise où ne sont employées que des femmes. Jean-Pierre Faguer (CSE) analyse la domination masculine dans le champ de production des œuvres littéraires. Il se fonde sur l’œuvre de Taos Amrouche parce qu’elle explore de manière systématique les formes de relations entre les hommes et les femmes selon les différents statuts masculins et s’acharne à décrire les effets émotionnels de la division du travail de la domination masculine entre pères, frères, époux et amants. Un travail qui est au principe d’une vision politique et révolutionnaire du roman de formation « au féminin » que l’on retrouve chez Assia Djebbar. Hervé Sanson (Paris-VIII) établit le lien entre affectivité (le rapport au père) et langue : « La langue arabe reste la langue-blessure, la langue qui stigmatise (par le père au visage de Janus) tout en demeurant paradoxalement le paradis perdu ». C’est au Congo Brazzaville que Karine Plancke (EHESS) a essayé de comprendre la dimension sexuée de la danse en milieu Punu. Sergio Lopes Leite (Museo de Rio de Janeiro) a montré l’incorporation de la domination dans le monde ouvrier. Ces observations ne sont pas sans lien avec certaines pratiques de la partie nord de l’Afrique.

Publications

  • « Lire les fables kabyles », dans Patrimoine en partage, Oujda, Agence de développement l’oriental, 2008, p. 48-64
  • « Lire les fables kabyles dans le prolongement de Ramond Lulle », dans Ramon LLull and Islam, The beginning of dialogue in quaderns de la Mediterrania, I Barcelone, IEMED, n° 9, 2008, p. 63-68 ; « Ramon y las fabulas cabileñas », dans le même numéro, p. 305-309
  • « Une ethnologie singulière », dans Esquisses algériennes, sous la dir. de Pierre Bourdieu, Paris, Seuil, 2008, 70 p. (Textes réunis et présentés par...)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 420-422.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19387

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals