Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques

Robert Boyer
p. 570-572

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Robert Boyer, directeur d’études

Les avancées des théories institutionnalistes face aux dynamiques macroéconomiques contemporaines

1Le séminaire a été fortement marqué par l’actualité de la crise des produits dérivés du marché hypothécaire américain et ses conséquences tant aux États-Unis que dans le reste du monde. Un premier tour d’horizon a souligné la nouveauté de cette crise qui se caractérise par la généralisation de l’incertitude liée aux mécanismes internes de formation du prix des produits dérivés et le blocage correspondant, une fois manifeste la surproduction des logements suscitée par le rapide essor des subprimes. Ce fut une invitation à revisiter la logique et le fonctionnement des produits dérivés et de souligner la multiplicité des innovations correspondantes. Il a été ensuite passé en revue une série de modèles qui contestent l’hypothèse d’efficience des marchés financiers, dès lors que l’on introduit l’hétérogénéité des agents et la spécificité de l’organisation institutionnelle des marchés à terme. Passant au plan macroéconomique, ont été ensuite étudiées diverses formalisations visant à rendre compte des caractéristiques et de la viabilité à long terme d’un régime d’accumulation tirée par la finance, du type de celui qui prévaut aux États-Unis depuis deux décennies. On peut alors caractériser de crise systémique et structurelle l’éclatement de la bulle spéculative liée à l’Immobilier qui elle-même fait suite à celle de l’Internet.

2Néanmoins, au-delà de la forte Interconnexion des marchés financiers à l’échelle internationale, les conséquences de la crise des subprimes ont été très différentes selon les pays. En effet, le régime de croissance tirée par la finance demeure exceptionnel et par ailleurs aucun pays de l’OCDE n’a suivi les États-Unis dans l’octroi de crédit à des acheteurs de logement de fait incapables de le rembourser en raison de l’insuffisance de leurs revenus et de leur patrimoine. Ce fut une incitation à passer en revue quelques-unes des plus prometteuses recherches en économie institutionnelle, non seulement dans la lignée des travaux de Douglas North mais aussi de Masahiko Aoki et Avner Greif. La différenciation des trajectoires nationales s’explique en particulier par l’émergence de complémentarités spécifiques entre diverses formes institutionnelles. Par ailleurs, on a pu mesurer la difficulté que rencontre la théorie des jeux pour expliquer l’émergence des institutions de base d’une économie de marché. Implicitement c’est reconnaître une orthogonalité entre le temps du projet et le temps historique pour reprendre une distinction de Jean-Pierre Dupuy. Un autre enseignement majeur de cette littérature est de souligner que rares, voire inexistantes, sont les institutions capables d’émerger spontanément de l’Interaction des agents, sans intervention d’une forme ou une autre d’organisation et de tierce partie en charge de contrôler les comportements opportunistes susceptibles de déstabiliser l’institution.

3Certains des travaux des participants au séminaire se sont inscrits dans ce thème général des conséquences de la financiarisation. Ce fut en particulier le cas d’une recherche montrant son impact sur les stratégies d’innovation des grands groupes pharmaceutiques mondiaux. D’autres exposés ont exploré les conséquences sur la formation des taux de change et le degré d’autonomie des politiques monétaires, non seulement en Europe mais aussi pour certains pays émergents tels le Brésil. Au gré des centres d’intérêt des autres participants, le séminaire s’est interrogé sur les facteurs explicatifs de l’individualisation des relations salariales, sur l’interaction des déterminants macroéconomiques et proprement urbains dans la crise des banlieues de novembre 2005. Enfin, un dernier exposé a repris le thème de la différenciation des trajectoires nationales à propos de l’évolution de longue période des pays anciennement colonisés.

4Ainsi s’achève un séminaire, commencé en 1984, consacré à l’évolution à long terme et la diversité des capitalismes.

Publications

5Salida de crisis y estrategias alternativas de desarollo. La experiencia argentina, sous la dir. de Julio C. Neffa, Madrid et Buenos Aires, Mino y Davila, 2007.

6« El estado social a la luz de las investigaciones regulacionistas recientes », Revista de trabajo, Ano 2, n° 3, Nueva epoca, 2006, paru en 2007, p. 139-156.

7« Capitalism strikes back : Why and what consequences forsocial sciencesv ? », Revue de la régulation, n° 1, varia, [En ligne], mis en ligne le 21 juin 2007. URL : http://regulation.revues.org/​document1369.html.

8« Assessing the impact of fair value upon financial crisis », Socio economic review, vol. 5, n° 4, octobre 2007, p. 779-807.

9« Robert Boyer », sous la dir. de Assen Slim, Comment je suis devenu économiste, Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, p. 51-66.

10« Vigorosa recuperacion... aunque incertidumbre sobre el nuevo regimen de credi-miento », dans Salida de crisis y estrategias alternativas de desarollo. La experiencia argentina, sous la dir. de Robert Boyer et Julio C. Neffa, Madrid et Buenos Aires, Mikno y Davila, 2007, p. 37-70.

11Avec Julio C. Neffa, « Se abre una nueva era para la economia argentina ? Un analisis de las transformaciones estructurales despues de la crisis dela convertibilidad », dans Salida de crisis y estrategias alternativas de desarollo. La experiencia argentina, sous la dir. de Robert Boyer et Julio C. Neffa, Madrid et Buenos Aires, Mikno y Davila, 2007, p. 713-767.

12« Peut-on mettre en évidence des lois en économie ? Le point de vue d’un macroéconomiste régulationniste », Économies et Sociétés, série « Histoire de la pensée économique », n° 10-11, 2007, Cahiers de l’ISMEA, Série OEconomia, « Histoire de la pensée économique », PE, n° 39, octobre-novembre 2007, Paris, ISMEA, p. 1799-1812.

13« Comment faisons-nous face au “KAKUSA” » ?, analyse comparée des inégalités au Japon et en France : débat avec le professeur Toshiki Tachibanaki à la Maison franco japonaise, Tokyo, en japonais, KAN : History, environment, civilization, vol. 30, été 2007, p. 340-373.

14« La fin de “la réforme structurale” de style américain » (en japonais), KAN : History, environment, civilization, vol. 31, automne 2007, p. 84-112.

15« Los cuatro capitalismos », Historia de la Economia Argentina del Siglo XX, n° 31, Archivo, Pagina/12, Buenos Aires, mars 2007, p. 492-493.

16« La flexicurité ce sont des règles mais aussi un état d’esprit », Le Monde « Économie », 14 avril 2008, p. 17.

17« Peut-on mettre en évidence des lois en économie ? Le point de vue d’un macroéconomiste régulationniste », dans Y a-t-il des lois en économie ?, sous la dir. d’Arnaud Berthoud, Bertrand Delmas, Thierry Demals, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p. 51-62.

18« Quels régimes de croissance pour l’Union européenne ? », dans L’Europe qui se fait. Regards croisés sur un parcours inachevé, sous la dir. de Gérard Boismenu et Isabelle Petit, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, Éditions de la MSH, 2008, p. 159-182.

19« Capitalisme(s) du XXIe siècle », Contretemps : Capitalisme, crises et développement, n° 21, février 2008, p. 22-35.

20« Pourquoi tant de crises ? », Alternatives Économiques, hors série « L’économie de marché » n° 77, 2008, p. 55-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Boyer, « Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 570-572.

Référence électronique

Robert Boyer, « Croissance et crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19528

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals