Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Monde méditerranéen

Littérature byzantine et russe : une acculturation réussie ?

Jean-Pierre Arrignon
p. 603-604

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Arrignon, professeur à l’Université d’Artois

1Suite à la conversion des Russes au christianisme en 988-989, la Russie fait son entrée dans l’oikouménè byzantine, c’est-à-dire dans la communauté des États chrétiens présidée par l’empereur de Constantinople. D’autre part, la Russie vient tout juste d’être dotée d’un système d’écriture ; l’alphabet cyrillique inventé par Naum et Clément d’Ochrid n’a été mis au point que vers le milieu du Xe siècle, peu avant l’introduction du christianisme. Désormais, les Russes ont les moyens d’entrer dans la religion du Livre et de s’acculturer auprès de la civilisation dominante de l’époque : Byzance.

2Nous avons utilisé la Chronique du Temps passé, dite Chronique de Nestor, pour étudier comment les textes religieux (bibliques, évangéliques, patristiques) et historiques (Chroniques de Jean Malalas et d’autres) y ont été insérés.

3Nous avons mis en évidence l’extrême habileté avec laquelle Nestor a inséré les passages bibliques pour faire entrer les Russes dans la communauté des peuples bibliques. Le récit commence après le déluge. Les trois fils de Noé, Sem, Cham et Japhet se partagent la terre. À Japhet échoient les pays septentrionaux et occidentaux et dans la liste des pays, nous pouvons lire « le Bosphore, le Méotis, le Dervis, la Sarmatie, la Tauride, la Scythie, la Thrace, la Macédoine, etc. » En outre, le texte nous précise que « dans la part de Japhet, se trouvent les Rus’, les Tchoudes et tous les païens : les Mères, les Mouromiens, les Ves’, les Mordves, les Tchoudes d’au-delà de la Volga, les Permiens, les Petchénègues, les Jams, les Ougres, les Lituaniens, les Migola, les Kors’, les Letgolja, les lives, les Liakhs, les Prussiens et les Tchoudes, installés près de la mer varègue » puis il continue « de la descendance de Japhet, sont issus aussi les Varègues, les Suédois, les Normands, les Gots, les Rus’, les Angles, les Galiciiens, les Vlakhs, les Romains, les Allemands, les Korliazes, les Vénèdes, les Francs et d’autres encore. Ils vivent en occident jusqu’aux pays du Sud et sont les voisins des peuples de cham ».

4Ces textes son particulièrement intéressants. En effet, on voit comment le chroniqueur utilise les données bibliques en introduisant dans les longues séries nominatives des pays et des peuples, l’ensemble des pays et des communautés slaves. L’objectif est bien sûr de placer les peuples slaves dans la tradition biblique et de les fondre parmi les peuples de la Révélation. Les peuples slaves voisinent avec les Romains et leurs terres avec celles de Macédoine.

5C’est dans cette technique d’insertion que se place la légende de la prédication de saint André. Les Slaves et en particulier les Russes sont placés sur le même plan que les autres peuples de la Bible et parmi les peuples apostoliques.

6Le travail s’est poursuivi sur l’étude de l’insertion des chroniques byzantines. Il donnera lieu à publication ultérieure dans un livre consacré à la médiatisation des cultures russes et byzantines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Arrignon, « Littérature byzantine et russe : une acculturation réussie ? », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 603-604.

Référence électronique

Jean-Pierre Arrignon, « Littérature byzantine et russe : une acculturation réussie ? », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19557

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals