Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

Existence et comportement. Des modes de vie animaux et végétaux

Florence Burgat
p. 627-628

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Florence Burgat, directeur de recherche à l’INRA

1Une très longue introduction a été consacrée à la mise en place du problème : les notions de vie, d’existence et de comportement ont été abordées par approfondissements successifs. En effet, dans la mesure où il s’agit de mettre ces notions en relation et à l’épreuve les unes des autres, nous avons procédé par paliers. 1) Définition de chacune de ces notions prises séparément (« premiers aperçus » qui ont consisté à voir comment elles prennent place dans l’histoire de la philosophie). 2) Mise en place de l’opposition entre la vie et l’existence ; les enjeux ontologiques qui s’ensuivent (les animaux rangés, avec les végétaux, du côté du « simplement vivant » afin de faire de l’existence une notion strictement anthropologique). 3) Développement de ces notions ; modification de leur définition au sein de pensées qui leur donne la première place (la notion de vie dans les philosophies de la vie – Hans Jonas, par exemple, qui montre en quoi la vie animale doit être pensée en terme d’existence – ou, dans une autre perspective, chez Canguilhem ; le comportement chez Merleau-Ponty qui, de même, le conduit à parler d’existence animale, etc.).

2Une fois le problème explicité, nous sommes entrés dans une lecture des textes majeurs pour notre propos. La lecture de la Philosophie de la nature d’Hegel (mais aussi le chapitre sur la certitude sensible dans la Phénoménologie de l’esprit) a permis de voir ce qui se jouait de fondamentalement nouveau pour la question qui nous occupe. En effet, l’analyse comparée de l’organisme végétal et de l’organisme animal conduit Hegel à formuler l’idée d’une subjectivité animale. La vie animale s’intériorise et perd la tranquillité propre à la vie végétale enracinée, elle doit affronter la contingence du monde, dont Hegel souligne le caractère presque toujours menaçant, ce qui contribue à faire du sentiment qui habite l’animal, « un sentiment d’incertitude, d’anxiété et de malheur » (§ 368 de l’édition de la Philosophie de la nature de 1830). Le lien entre Hegel et Merleau-Ponty trouve avec cette thématique de la subjectivité et de l’existence animale des développements particulièrement riches, qui parcourent La Structure du comportement, puis le cours sur La Nature (section consacrée à l’animalité). Ces travaux, centrés sur le comportement comme « entrée » phénoménologique vers l’existence et la subjectivité animales, ont été travaillés dans le détail, ainsi que la Phénoménologie de la perception, qui constitue l’introduction préalable (malgré la chronologie des œuvres) au problème du corps, ou plutôt de la corporéité vivante, centrale dans la question du comportement. La phénoménologie merleau-pontyenne a constitué l’axe majeur de réflexion de cette année, dans la mesure où les notions de vie, d’existence et de comportement sont entièrement refondues, articulées, et non plus platement opposées, les unes aux autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Burgat, « Existence et comportement. Des modes de vie animaux et végétaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 627-628.

Référence électronique

Florence Burgat, « Existence et comportement. Des modes de vie animaux et végétaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19594

Haut de page

Auteur

Florence Burgat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals